Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Un an avant les JMJ : sainte Faustine, saint Jean Paul II et la Divine Miséricorde

© DR
Partager

Ce rassemblement avec le Pape en Pologne, en pleine année jubilaire de la Miséricorde, prend un sens particulier et réactualise le message de la Divine Miséricorde. Précisions d'Hélène Dumont sur Radio Vatican.

Dans tout juste un an, du 25 juillet au 1er août 2016, des centaines de milliers de jeunes du monde entier seront réunis autour du pape François à Cracovie, en Pologne, pour la 31e édition des Journées mondiales de la Jeunesse. Le thème de cet événement sera « Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront Miséricorde », extrait des Béatitudes dans l’Évangile de Matthieu. Ce voyage du Pape en Pologne, en pleine année jubilaire de la Miséricorde, prendra un sens particulier car le message de la « Divine Miséricorde », diffusé grâce aux visions et aux écrits de sainte Faustine Kowalska, est très populaire parmi les catholiques de Pologne. Depuis sa promotion par Jean Paul II, il s’est répandu à travers le monde comme un support pour la prière personnelle ou communautaire. Hélène Dumont, conférencière et auteur de plusieurs ouvrages sur la Divine Miséricorde, apporte quelques précisions au micro de Radio Vatican. 

Sainte Faustine, « apôtre de la Miséricorde »

La spécialiste rappelle que sainte Faustine a eu « de nombreuses apparitions du Christ qui lui a parlé de sa Miséricorde. Il l’a choisie pour être l’apôtre de la Miséricorde. Pendant ses 13 ans de vie religieuse, elle a consigné par écrit tous ses entretiens avec le Christ et de la Vierge Marie et a ensuite fait peindre un tableau représentant Jésus Miséricordieux tel qu’elle L’avait vu dans sa cellule, comme Il le lui avait demandé ». Ce n’est après la mort de la religieuse que ce message a commencé à se répandre et à prendre de l’ampleur.

Jean Paul II et la Divine Miséricorde 

« Jean Paul II a eu très tôt connaissance du message de la Miséricorde (…), explique Hélène Dumont. Il n’a jamais rencontré [sainte Faustine] mais il a lu ses écrits et il a vu (…) combien le message de la Miséricorde était source d’espérance pour le peuple polonais. » Le Pape slave est alors arrivé au Vatican « avec le désir de transmettre au monde cette richesse pastorale qu’il avait mise en pratique dans son pays et donc d’annoncer la Miséricorde », rappelant à de nombreuses reprises, en particulier lors de la canonisation de sainte Faustine, « combien le monde a aujourd’hui besoin de la Miséricorde ».

La puissance du chapelet de la Divine Miséricorde

Le décès de saint Jean Paul II, le 2 avril 2005, en la veille de la fête de la Divine Miséricorde, est aussi un signe, une sorte de testament du Pape polonais. « Le chapelet de la Miséricorde, enseigné par Jésus à sainte Faustine, a été instauré pour la conversion des pêcheurs et du monde, mais Jésus a également recommandé ce chapelet pour les âmes à l’agonie, rappelle la conférencière. Sainte Faustine a vu la puissance de cette prière, à la fois quand elle priait pour la conversion des pêcheurs, mais aussi quand elle se trouvait auprès d’agonisants. Elle avait vu combien ces personnes retrouvaient la paix et s’endormaient dans le Seigneur. (…) Ce chapelet reprend ce que nous offrons à l’Eucharistie, le Corps et le Sang de Jésus en réparation de nos péchés et de ceux du monde entier, et nous implorons par Sa douloureuse Passion qu’Il soit miséricordieux pour nous et pour le monde entier. »

L’actualité de ce message au cœur des JMJ de Cracovie

En Pologne, « le message de la Miséricorde est répandu partout et reste très cher au peuple polonais ». Ce message, « Jean Paul II l’a souligné, a été une source de confiance et d’espérance pour le peuple qui a tellement souffert, en particulier les chrétiens polonais ». « Il est extrêmement beau que le pape François ait invité tous les jeunes du monde entier dans ce lieu de Cracovie, dans ce Sanctuaire mondial de la Miséricorde, conclut la spécialiste. C’est impressionnant et inouï ! Pour que tous puissent la fois plonger dans ce message et repartir avec. Quelle grâce pour notre temps. Quelle grâce pour les jeunes aujourd’hui de pouvoir le recevoir et en vivre ! »

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]