Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 09 mai |
Saint Pacôme le Grand
home iconActualités
line break icon

Chine : les personnes âgées victimes de la politique de l’enfant unique

© WANG ZHAO / AFP

CHINA-LIFESTYLE An elderly man sits on a hobby horse at a residential area in Beijing on May 4, 2015. AFP PHOTO/ WANG ZHAO

Eglises d'Asie - Publié le 11/05/15

Des centaines de personnes âgées ont manifesté à Pékin pour protester contre la misère affective et économique à laquelle les a acculées le diktat de l’enfant unique.

Mercredi 6 mai, plusieurs centaines de personnes âgées ont manifesté devant le ministère de la Santé et du Planning familial à Pékin pour se plaindre de la précarité de leurs conditions économiques. Parents endeuillés par la perte de leurs enfants, ils dénoncent la politique de l’enfant unique comme la cause de la précarité financière à laquelle ils sont contraints aujourd’hui.

Selon Radio Free Asia (RFA) qui rapporte la nouvelle dans une dépêche datée du 7 mai, huit cents personnes âgées ont manifesté en présence d’un important déploiement policier. Elles portaient des pancartes où l’on pouvait lire les inscriptions suivantes : « Si vous voulez que le rêve chinois devienne réalité, soulagez la peine des parents endeuillés ! » ou bien « Qui doit supporter les conséquences des politiques gouvernementales ? ». Des manifestants portaient un T-shirt où était inscrite la phrase : « Notre lignée familiale a été interrompue par la politique de l’enfant unique ! »

Outre les policiers, des bus avaient été amenés sur place par les autorités pour ramener chez elles les personnes âgées. Plusieurs bus étaient ainsi programmés pour partir à Shenyang, distante de 700 kilomètres de la capitale chinoise.

« Nous n’avons personne pour prendre soin de nous »

Selon un manifestant interrogé par RFA, toutes les personnes âgées rassemblées ce mercredi ont été contraintes d’adhérer à la politique de l’enfant unique, politique édictée le 25 septembre 1980, il y a presque trente-cinq ans, et ont eu le malheur de voir leur enfant décéder depuis. « Nous n’avons personne pour prendre soin de nous ou nous soutenir. Nous avons perdu nos enfants et le montant que nous percevons de nos retraites est bien insuffisant pour ne serait-ce que survivre, explique ce manifestant. Si nous devons aller à l’hôpital, il nous faut débourser des sommes très importantes. »

Selon les estimations des milieux proches de ces manifestants, le nombre des personnes âgées qui ont perdu leur unique enfant et qui ne disposent pas du minimum vital aujourd’hui s’élève à un million. Ces personnes âgées s’estiment en droit de revendiquer des moyens de subsistance au gouvernement car, font-elles valoir, elles ont obéi à la politique de l’enfant unique non par choix personnel mais par sens du devoir envers la communauté nationale.

Venue du Jilin, province du Nord-Est, une manifestante qui ne s’identifie que sous le pseudonyme de A Fang précise qu’à titre personnel, elle ne remet pas en cause la politique de l’enfant unique, mais qu’elle reproche au gouvernement de se dérober à ses responsabilités en refusant de faire face aux conséquences induites par cette politique. « Le problème ne va pas disparaître, met-elle en garde. Plus ils essaieront d’esquiver leurs responsabilités, plus l’esprit de rébellion grandira. »

Zhao Min vient, elle, du Hebei, la province qui entoure Pékin. Son fils unique est mort à l’âge de 16 ans, au cours d’une rixe provoquée par cinq jeunes sous l’emprise de l’alcool – qui, par ailleurs, ont réussi à échapper à toute condamnation. « Chacun sait la place qu’un enfant décédé peut occuper dans le cœur de ses parents. Aucune douleur n’est plus lourde à porter. Nous ne demandons pas grand-chose ; nous pensons que la législation est juste, mais nous avons perdu nos enfants et nous réclamons justice. »

Trente-cinq ans de coercition

En manifestant ainsi le 6 mai, les parents endeuillés soulignent certaines des contradictions des politiques démographiques et sociales menées par les autorités depuis 1980. Les raisons qui ont présidé à la mise en place de la politique de l’enfant unique sont connues : au tournant des années 70 et 80, Deng Xiaoping lance le pays sur la voie des réformes économiques, et les planificateurs mettent en garde contre le risque de voir les efforts en termes d’accroissement de la richesse grignotés par une augmentation démographique jugée excessive. Des experts étrangers sont consultés et préconisent la mise en place d’un système de retraite et de sécurité sociale pour inciter les couples à réduire leur fécondité. Mais la haute direction chinoise tranche, estimant que la mise en place d’un tel système est trop coûteuse et sa réussite hasardeuse. En décrétant la politique de l’enfant unique, elle décide d’opter pour une politique volontariste et coercitive de maîtrise de la croissance de la population.

  • 1
  • 2
Tags:
chinePolitique
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Steuben_-_Mort_de_Napoleon.jpg
Agnès Pinard Legry
Napoléon s’est-il réconcilié avec Dieu avant de mourir ?
2
TEENAGERS, LOVE, PARK
Edifa
Comment distinguer le flirt de l’amour vrai ?
3
WEB2-ALEXEI NAVALNY-RUSSIA-shutterstock_1662094504.jpg
Agnès Pinard Legry
Russie : le message inattendu d’Alexeï Navalny pour Pâques
4
Mathilde de Robien
Ces cadeaux de confirmation auxquels vous n’aviez pas pensé
5
MADAME ELISABETH
Mathilde de Robien
Que faut-il encore pour qu’Elisabeth de France soit déclarée bien...
6
WEB2-INDIA-FUNERAL-COVID-AFP-075_makhija-notitle210430_npA5k.jpg
Agnès Pinard Legry
Inde : les « anges de la miséricorde », un rempart de dignité fac...
7
Agnès Pinard Legry
Peter Nha, 23 ans, a donné sa vie pour sauver trois de ses amis
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement