Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!
Aleteia

Pakistan : vive émotion après les attentats contre deux églises

Eglises d'Asie
Partager

Les écoles chrétiennes du pays sont restées fermées en signe de deuil après les attentats islamiques commis dimanche 15 mars à l’heure de la messe contre deux églises de Lahore (Penjab).

Ce lundi 16 mars, les écoles chrétiennes du Pakistan sont restées fermées en signe de deuil, après le double attentat commis par des talibans pakistanais contre deux églises chrétiennes du principal quartier chrétien de Lahore, au Pendjab. L’attaque a été perpétrée à l’heure de la messe, dimanche 15 mars, et a fait 15 morts et quelque 70 blessés (Aleteia).
 

Ceinturés d’explosifs

Les deux attentats ont eu lieu à quelques minutes d’intervalle ; les terroristes, venus à moto semble-t-il, ont visé l’église catholique Saint-Jean et l’église du Christ, affiliée à l’Église du Pakistan(1), situées à 500 mètres l’une de l’autre à Youhanabad, quartier de la banlieue sud de Lahore où vivent environ 130 000 chrétiens. En cette fin de matinée de dimanche, les deux lieux de culte étaient pleins, plusieurs centaines de fidèles y avaient pris place. Questionnés sur leur identité à l’entrée des lieux de culte par trois jeunes chrétiens, les terroristes ont commencé à faire usage de leurs armes de poing avant de faire détonner leurs ceintures d’explosif. Les témoins rapportent que sans le courage de plusieurs chrétiens, venus ceinturer les assaillants pour les empêcher de pénétrer dans les lieux de culte, le bilan aurait été considérablement plus lourd. Deux policiers, en faction devant les églises, ont été tués.
 

La colère des chrétiens

Après les explosions, alors que les ambulances affluaient sur place, des habitants de Youhanabad se sont rassemblés sur la principale avenue du quartier pour protester. La foule a lancé des pierres sur des policiers, les accusant de ne rien faire pour les protéger. Deux personnes, que la foule aurait soupçonnées d’être des complices des attaquants, ont été prises à parti et lynchées à mort. Une station de bus a été saccagée, avant que le calme ne revienne. Dans d’autres grandes villes du pays, à Karachi, à Multan, à Quetta et à Peshawar, des chrétiens sont descendus dans la rue pour manifester leur colère – des manifestations qui ont repris ce lundi et que la police a dispersées en faisant usage de gaz lacrymogène.
 

Les islamistes revendiquent l’attentat

Peu après l’attentat, le Jamaat ul-Ahrar, faction issue de la mouvance talibane du Tehreek-e-Taliban, a revendiqué l’action terroriste. « Nous avons frappé à Lahore, au cœur de la province du Pendjab. Que les dirigeants [du Pakistan] y voient une mise en garde », a déclaré Ehsanullah Ehsan, porte-parole du Jamaat ul-Ahrar. En novembre dernier, ce groupe avait déjà revendiqué un attentat-suicide particulièrement sanglant (60 morts et 200 blessés), commis à Wagah, l’unique poste frontière ouvert entre le Pakistan et l’Inde. Lire la suite sur Églises d’Asie 

Légende photo : Devant l’église catholique Saint-Jean à Lahore, la douleur des fidèles après l’attentat.

(1) L’Église du Pakistan (The Church of Pakistan) est née en 1970 d’un rassemblement des Églises anglicane, méthodiste, luthérienne et presbytérienne du Pakistan. Elle rassemble environ 1,2 million de fidèles et représente la moitié du 1,6% de Pakistanais chrétiens (l’autre moitié étant formée de catholiques romains).