Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 20 janvier |
Saint Fabien
home iconActualités
line break icon

Sri Lanka : le Pape appelle à « dépasser l’héritage amer d’injustices, d’hostilités et de défiance »

© GIUSEPPE CACACE / AFP

Pope Francis (C) is watched by Sri Lankan President Maithripala Sirisena (R) as an army officer (L) retrieves his cap after wind blew it off at Bandaranaike International Airport in Katunayake on January 13, 2015. Pope Francis arrived in Sri Lanka on January 13, bearing a message of peace and reconciliation among different faiths on the war-torn island as he began a two-nation Asia tour. AFP PHOTO/GIUSEPPE CACACE

Eglises d'Asie - Publié le 13/01/15

En arrivant au Sri Lanka, François a mis l’accent sur « le processus de guérison » dont le pays a besoin.

À 9 heures, heure locale, ce 13 janvier, le pape François est arrivé au Sri Lanka pour une visite apostolique de deux jours, la troisième d’un Pape dans ce pays d’Asie du Sud. Le Souverain Pontife a été accueilli à l’aéroport international de Colombo par le président tout nouvellement élu Maithripala Sirisena, entouré de son gouvernement formé la veille.

Une visite avant tout pastorale

Si le Pape a déclaré que sa visite était d’abord « pastorale », il a immédiatement abordé la nécessité pour ce pays de dépasser
« l’héritage amer d’injustices, d’hostilités et de défiance laissé par le conflit » qui a vu la minorité tamoule et la majorité cinghalaise se livrer « aux horreurs de la guerre civile ». Centrant son propos sur la notion de « guérison » et citant l’épître aux Romains(1), il a affirmé que le pays ne connaîtra la paix qu’en « faisant vaincre le mal par le bien ».

Retransmise en direct par la télévision nationale ainsi qu’à la radio, la cérémonie d’accueil du Pape s’est déroulée à l’aéroport sans que rien ne transparaisse de ce qui occupe la une de la presse locale, à savoir les suites de l’élection présidentielle du 8 janvier et le fait que le président sortant, Mahinda Rajapaksa, ait très sérieusement tenté de mener un coup d’État le 8 au soir. Alors que sa défaite dans les urnes devenait évidente, Mahinda Rajapaksa aurait en effet envisagé d’obtenir des chefs de l’armée et de la police qu’ils bloquent le processus électoral. La tentative de coup d’État aurait rapidement avorté lorsque ces derniers lui auraient signifié qu’ils ne sortiraient pas de la légalité constitutionnelle.

C’est donc devant ce gouvernement tout juste formé et ce président fraîchement élu, porteurs d’un important espoir de changement et de retour à l’État de droit, que le Pape s’est exprimé en réponse au court mot de bienvenue du président Sirisena.

Une visite attendue par le Pape

François a commencé son allocution en disant qu’il a « longtemps attendu cette visite au Sri Lanka », manière sans doute de souligner qu’en aucune façon, il n’a jamais envisagé de l’annuler ou de la reporter en dépit du contexte post-électoral dans lequel elle se déroule. Cette visite est en effet, a souligné le Souverain Pontife, une visite « pastorale », pour « rencontrer et encourager les catholiques de cette île », au nombre de 1,35 million de fidèles (soit environ 7% des 20,4 millions d’habitants du pays). Le point d’orgue de ces deux jours de visite sera « la canonisation du bienheureux Joseph Vaz », béatifié par Jean-Paul II lors de sa visite dans le pays en 1995 et qui est, dixit le pape François, un « exemple de charité chrétienne et de respect pour toute personne, sans distinction d’ethnie ou de religion ». Joseph Vaz (1651-1711), connu comme « l’apôtre du Sri Lanka », est un exemple qui « continue, aujourd’hui encore, de nous inspirer et de nous enseigner ».

Un pays à réconcilier

Évoquant ensuite la guerre civile qui a déchiré le Sri Lanka durant près de 30 ans, le Pape a élargi la portée de son propos à la nécessité pour le monde de « réconcilier les diversités et les
désaccords »
. « C’est une continuelle tragédie de notre monde que beaucoup de communautés soient en guerre entre elles », a souligné le Saint-Père, poursuivant en expliquant que c’est « l’incapacité à réconcilier les diversités et les désaccords, qu’ils soient anciens ou nouveaux, [qui] fait apparaître des tensions ethniques et religieuses, souvent accompagnées d’accès de violence ».

Revenant au cas sri-lankais, pays où la rébellion séparatiste tamoule a été vaincue militairement au printemps 2009, le Pape a noté que

  • 1
  • 2
  • 3
Tags:
Pape François
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
young woman park
Edifa
La méthode de saint Ignace pour discerner les signes de Dieu
2
PAPIEŻ FRANCISZEK
Gelsomino Del Guercio
Le jour où le pape François a surpris tout le monde en demandant ...
3
ROSES
Marzena Devoud
Oubliez les nains, mettez des saints dans votre jardin avec ces v...
4
WEB2-STATUE-VIERGE-ISERE-GOOGLE-STREET-VIEW.jpg
Agnès Pinard Legry
Isère : une statue de la Vierge n’a plus droit de séjour dans l’é...
5
Agnès Pinard Legry
Marlène Schiappa : des propos qui font bondir
6
SAMUEL ELI
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
Allô, Samuel ? Comment Dieu nous appelle enco...
7
Cerith Gardiner
Écoutez cette famille irlandaise et vous aurez forcément envie de...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement