Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 16 avril |
Saint Benoît-Joseph Labre
home iconActualités
line break icon

Justice : Le Pape François dénonce le « populisme pénal »

La rédaction d'Aleteia - Radio Vatican - Publié le 24/10/14

Dénonçant les abus judiciaires, le Pape a appelé à la suppression de la peine de mort et de l'emprisonnement à vie.

Dans ce discours très long et très fort devant l’association internationale du droit pénal, le Pape a notamment dénoncé les incitations à la vendetta et au populisme pénal, s’appuyant probablement sur la situation de son pays d’origine, l’Argentine, il y a quelques mois : le Pape s’était dit bouleversé par le lynchage d’un jeune garçon suspecté d’avoir commis un vol. Il s’est élevé contre un certain "populisme pénal" qui promet de résoudre les problèmes de la société en punissant les crimes au lieu de viser à la justice sociale. "Il est impossible d’imaginer que, de nos jours, des états ne puissent pas faire appel à autre chose qu’à la peine capitale pour défendre les vies contre un agresseur injuste", a-t-il souligné.

Pour le Saint Père, "tous les chrétiens et les gens de bonne volonté sont appelés à lutter non seulement pour l’abolition de la peine de mort, mais aussi pour améliorer les conditions d’emprisonnement, dans un souci de respect de la dignité humaine des personnes privées de liberté." Le Pape François, pour qui "l’emprisonnement à vie est une peine de mort camouflée", a souligné que le Vatican a récemment supprimé l’emprisonnement à vie de son propre code pénal.

« La vie en commun a besoin de règles de coexistence dont la violation requiert une réponse adéquate, a reconnu le Pape François face à un public de juristes. Mais nous vivons des temps dans lesquels certains secteurs de la politique ou des médias incitent à la violence et à la vendetta, publique et privée, non seulement contre ceux qui sont responsables d’avoir commis des délits, mais aussi contre ceux qui sont soupçonnés, de façon plus ou moins fondée, d’avoir enfreint la loi ».
« Dans ce contexte, s’est développée dans les dernières décennies la conviction qu’à travers la condamnation, on peut résoudre les problèmes sociaux les plus divers. On croit qu’à travers la condamnation, on pourrait obtenir des bénéfices qui demanderaient la mise en place d’un autre type de politique sociale, économique et d’intégration sociale », a mis en garde le Pape.

La justice doit être au service de l’humain
En évoquant la question de la proportionnalité des peines, François a rappelé l’opposition explicite de l’Eglise à la peine de mort depuis l’encyclique de Jean-Paul II Evangelium Vitae. Il dénonce la politique des régimes totalitaires et dictatoriaux, qui utilisent leur code pénal comme instrument d’oppression de la dissidence politique ou de persécution des minorités religieuses et culturelles.
Le Pape a aussi évoqué l’usage abusif de la détention préventive et de la torture, qui ne se pratiquent pas seulement dans les camps de concentration rappelle-t-il, mais aussi dans « des institutions pour mineurs ou des hôpitaux psychiatriques ». Dans une allusion aux pratiques de la CIA dans la lutte contre le terrorisme, il a dénoncé « la responsabilité des Etats qui tolèrent la torture ou autorisent le transport dans leur espace aérien de détenus envoyés vers des centres qui pratiquent la torture ».

La corruption est comme la mauvaise haleine
François a par ailleurs appelé les juristes à se montrer vigilants face à deux grands fléaux contemporains, la traite des personnes et la corruption, sans jamais perdre de vue le fait que les institutions judiciaires doivent être au service de la dignité humaine. En utilisant une de ces images dont il a le secret, le Pape François a conclu en dénonçant le trafic d’êtres humains et la corruption, "autant de crimes qui ne sauraient être commis sans la complicité, active ou passive, des autorités." Pour le Saint Père, "une personne corrompue ne perçoit pas sa propre corruption. C’est un peu comme quelqu’un qui aurait mauvaise haleine : il faut que quelqu’un s’en rende compte et le lui dise pour qu’il le réalise." "La corruption est un mal encore plus grand que le péché. Plus que d’être pardonné, ce mal doit être guéri."

Tags:
justicePape François
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
adoption
Cerith Gardiner
Parents de cinq enfants, ils adoptent une fratrie de sept frères ...
2
Mathilde de Robien
Ces quatre cavaliers de l’Apocalypse qui détruisent le couple
3
Joubarbe
Marzena Devoud
Connaissez vous les herbes de saint Joseph ?
4
Mgr Benoist de Sinety
La leçon d’Istanbul : « Vous avez voulu la paix au prix du déshon...
5
WEB2-PERE-MICHEL-BRIAND-SOCIETE-DES-PRETRES-DE-ST-JACQUES.jpg
Agnès Pinard Legry
Qui sont les deux Français enlevés à Haïti ?
6
WEB2-CHURCH-SAINTJOSEPHDESNATIONS-WEB2-CHURCH-SAINT-JOSEPH-DES-NATIONS-Eleonorede-Vulpillieres.jpg
Eléonore de Vulpillières
Paris : le tabernacle de Saint-Joseph des Nations forcé par des m...
7
Camille Dalmas
Miséricorde divine : le livre qui a bouleversé le pape François
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement