Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Samedi 23 janvier |
Saint Alphonse de Tolède
home iconCulture
line break icon

Il y a cent ans mourait Charles Péguy, "mécontemporain" et poète inclassable

DR / Wikimedia

memorial charles peguy

Radio Vatican - Publié le 02/09/14

Il y a presque cent ans jour pour jour, le 5 septembre 1914, tombait le lieutenant du 276e régiment d’infanterie Charles Péguy, touché en plein front par une balle allemande.

Le poète inclassable, directeur des Cahiers de la Quinzaine, dreyfusard, internationaliste, chrétien, voire mystique, républicain et nationaliste, mourrait l’épée à la main à la veille de la bataille de la Marne.

Sa mort au champ d’honneur a souvent été présentée comme héroïque, symbolique en tout cas de celle de tant de soldats français fauchés par la puissance de feu allemande au cours des premières semaines de guerre. Intellectuel engagé, critique de la modernité, Charles Péguy a accompli son devoir de citoyen presque avec bonheur. 
 Xavier Sartre revient pour Radio Vatican sur la mort de ce chrétien controversé avec Jean-Pierre Rioux, historien de la France contemporaine, et auteur de « La mort du lieutenant Péguy, 5 septembre 1914 », aux éditions Tallandier.

« Je me porte admirablement. Une fois sur les routes, je me suis retrouvé le marcheur que j’étais il y a vingt ans. Je périrai peut-être, je ne crèverai pas. Quoiqu’il y ait, une fidélité éternelle mais une fidélité sans deuil. Tant de choses m’ont été données ».  C’est ce qu’écrit Charles Péguy à sa femme, le 16 août depuis la Lorraine. Ce lieutenant de réserve semble heureux de partir à la guerre. Il a fait la paix avec ses amis, il accomplit son devoir et n’attend qu’une chose : en découdre avec l’ennemi. C’est ce qui arrive le 5 septembre. En fin d’après-midi, montant à l’assaut d’une ligne allemande, en haut d’un champ de betteraves, il tombe. Il a 41 ans. Cette mort qu’il a presque cherchée nous révèle le personnage inclassable qu’était Charles Péguy.

Il est inclassable dans l’ensemble de ces engagements, qui sont toujours de type libertaires, voire insurrectionnels, estime Jean-Pierre Rioux. C’est un homme qui n’a jamais accepté les règles du jeu du monde moderne. Il aura été un Dreyfusard plus qu’actif dans les premiers moments, dès 1894. Il sent bien qu’il se passe quelque chose à travers cette affaire Dreyfus, où l’autorité militaire fait tout pour accabler Dreyfus, alors que l’intime conviction des Dreyfusards est qu’il n’est pas coupable et que le rendre coupable est un déni contre la vérité et la justice. 
De fil en aiguille, il est aussi socialiste, et même assez révolutionnaire. Mais en même temps, c’est une conception du socialisme et de la révolution qui n’oublie jamais la nation, qui n’oublie jamais la patrie et qui ne porte pas une condamnation définitive de toute guerre. Il pense très profondément que pour tuer la guerre, il faut faire la guerre. 

Et du coup, ce Péguy engagé, ce Péguy insurgé, ce Péguy révolutionnaire, ce Péguy internationaliste rêve aussi, bien sûr, comme beaucoup à l’époque, de paix universelle et de désarmement général. Il le dit d’ailleurs en partant : « Je pars soldat de la République pour le désarmement général et pour la dernière des guerres ».  Cela correspond tout à fait à son tempérament, à ses atavismes, à ses héritages puisque le jeune Charles Péguy a toujours été une sorte de petit patriote très choqué par la défaite de 1870, comme tous les gens de sa génération parce que le petit Péguy est sans cesse hanté par son père qui est mort des suites de la guerre de 1870.  Donc, il est enfant de la défaite. Il souhaite que soit lavée cette humiliation nationale. Du coup, il a toujours été très intéressé et très discipliné face à la chose militaire.
Et ce Dreyfusard plus qu’ennemi de l’armée qui fait condamner Dreyfus, fait en même temps ses périodes militaires et est très content d’avoir ses premiers galons, etc. 

Faire la guerre à la guerre
Charles Péguy n’est pas un va-t-en-guerre mais il reconnait la nécessité du combat pour instaurer une vraie paix. Dans cette optique, la guerre qu’il livre à l’été 14 recouvre à ses yeux une dimension morale.  Il y a eu une évolution chez Péguy tout à fait importante. La guerre juste, il y croit mais en même temps, il accroche tout cela à la vocation de la France. Le chrétien Péguy, évidemment, accroche à sa définition de la France face à l’Allemagne toute une vision d’une autre République française, c’est le Royaume de France et la France à double vocation : une vocation chrétienne et une vocation de liberté. Et c’est au nom de ce patriotisme à usage de la nation française et de ce qu’on pourrait appeler « la cité de Dieu », qu’il a cette définition plus chrétienne de l’engagement patriotique et de la cause du Royaume de France devenu République forgeant des soldats de la République : c’est le pays de Jeanne D’Arc qui a la charge de défendre la liberté du monde. Il aura eu le génie de ne jamais donner à cet engagement patriotique un côté moisi, revanchard, maurrassien ou même barrésien. Il n’a jamais cru à la ligue des patriotes du type Déroulède, il n’a jamais cru à l’Action française. Il a toujours pensé que la France a à se montrer à travers ses soldats, toujours à la fois le défenseur de la chrétienté et de la liberté. 

  • 1
  • 2
  • 3
Tags:
Charles Péguygrande guerre
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
WEB2-Farah Shaheen-ACN
Agnès Pinard Legry
Pakistan : Farah, chrétienne de 12 ans, enlevée, violée et réduit...
2
Cerith Gardiner
Mariée pendant la pandémie, elle choisit ses grands-mères comme d...
3
Domitille Farret d'Astiès
Le dernier compagnon de Padre Pio est décédé
4
Agnès Pinard Legry
Bioéthique : le texte qui arrive au Sénat a bien changé
5
web2-mgr-chauvet-afp-000_1hh3qc.jpg
Caroline Becker
Mgr Chauvet : "Face au drame de Notre-Dame, le Seigneur m'apprend...
6
I.Media
10 ans après son ralliement à l'Église catholique, un ancien évêq...
7
Domitille Farret d'Astiès
Sans-abri, "Neneuil" a eu une fin de vie royale
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement