Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 27 juillet |
Sainte Nathalie et ses compagnons
home iconÉglise
line break icon

Vietnam : mort d’un prêtre exemplaire

Eglises d'Asie

Eglises d'Asie - Publié le 19/06/14

Cinq évêques et 200 prêtres ont célébré les funérailles du P. Albert Trân Phuc Nhân, estimé pour sa valeur intellectuelle et sa sainteté. « Bon et fidèle serviteur, entre dans joie de ton maître » (Mt 25,21)

19/06/2014

(Légende photo : les obsèques du P. Albert Trân Phuc Nhân, le 18 juin, en l’église de Chi Hoa à Saigon. DR)

De l’agence d’information des Missions Etrangères de Paris (MEP), Eglises d’Asie :

Samedi 14 juin, un faire-part envoyé par le responsable du groupe de traduction de la Liturgie des heures annonçait le décès d’une figure bien connue et très estimée du clergé du Sud-Vietnam, le P. Albert Trân Phuc Nhân. Mort dans la maison de retraite des prêtres âgés de Chi Hoa, à la suite d’une crise cardiaque, le prêtre avait 82 ans et était dans sa 56e année le sacerdoce.
Sa vie a été consacrée à l’enseignement de l’Ecriture sainte au grand séminaire, à la traduction et au commentaire de la Bible dans le cadre du groupe de traduction de la Liturgie des heures, à partir de 1971, date à laquelle le groupe avait été fondé (1).
Ses funérailles ont été célébrées le 18 juin 2014, en l’église de Chi Hoa de Saigon, sous la présidence de l’archevêque de Saigon. Concélébraient quatre évêques de divers diocèses du pays et plus de 200 prêtres. Dans une longue homélie, l’archevêque a parlé des qualités exemplaires et rares de ce prêtre qu’il avait bien connu et dont il était ami.
Dans un texte écrit par lui en 2008, intitulé : « Quelques réflexions à l’occasion du 50e anniversaire de mon ordination sacerdotale », le P. Albert Trân Phuc Nhân avait retracé les grandes lignes de sa vie. A l’occasion de sa mort, ce texte a été republié sur le site Internet des sulpiciens du Vietnam.
Né le 25 novembre 1932 à Haiphong, Albert Trân Phuc Nhân était le septième d’une famille de douze enfants. Ceux-ci furent élevés par leurs parents dans un esprit profondément chrétien. Deux de ses aînés rentrèrent au petit séminaire, à l’âge de 11 et de 12 ans. Il ne tarda pas à les suivre. Au total, six des enfants de la famille répondirent à une vocation sacerdotale ou religieuse.
A 14 ans, le jeune Albert rentre au petit séminaire de Phat Diêm, où, se souvient-il, « la discipline était stricte et la formation morale rigoureuse ». En 1950, il est envoyé par l’évêque de son diocèse en Europe et placé dans un collège jésuite à Poitiers. Après l’obtention de son baccalauréat, ses supérieurs l’envoient à Rome, au Séminaire de la Propagation de la foi, où il accomplit six ans de formation sacerdotale. Il y côtoie des jeunes gens venus de cinquante pays et apprend de nouvelles langues, l’italien et l’allemand. Il est ordonné en 1959, peu après l’élection de Jean XXIII.
De 1959 à 1962, il étudie à l’Institut biblique de Rome, où il reçoit une solide formation d’exégèse biblique et se familiarise avec un certain nombre de langues anciennes, le grec, l’hébreu, araméen, etc..
En 1962, après cinq mois passés en Terre sainte, il est de retour au pays. Il commence à enseigner l’écriture sainte au grand séminaire de Huê. Ses confrères d’alors sont des sulpiciens français dont il admire la simplicité et la proximité avec les étudiants.

Il devient membre du groupe de traduction des heures liturgiques, dès la fondation de celui-ci, en 1971. Sa collaboration sera ininterrompue pendant 43 ans jusqu’à sa mort. En 1974, il vient résider dans le monastère de Mai Khôi des dominicains de la province de Lyon, sans interrompre son enseignement au séminaire de Huê.
La cérémonie des funérailles du P. Albert Trân Phuc Nhân a ainsi été l’occasion pour que se manifeste au grand jour l’estime dans laquelle le tenaient ses confrères. L’homélie de l’archevêque de Saigon a tracé de lui le portrait d’un enseignant très soucieux du devenir de ses élèves, d’un prêtre séculier qui, bien que n’ayant pas prononcé de vœux, les a mis en pratique dans sa vie. Particulièrement, il a voulu vivre pauvre, n’acceptant rien d’autre que les honoraires de messe qu’on voulait bien lui confier.

  • 1
  • 2
Tags:
Catholiquepretresacerdoce
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
La rédaction d'Aleteia
Traditionis Custodes : l’appel de jeunes « tradis » au pape...
2
MSZA TRYDENCKA
Mgr Dominique Rey
« Nous devons tous recevoir “Traditionis Custodes” dans l’obéissa...
3
Lauriane Vofo Kana
La délicate mise en œuvre du pass sanitaire dans les lieux de cul...
4
Freya and Dad
Cerith Gardiner
La vidéo d’une fillette de 10 ans dansant avec son papa dev...
5
La rédaction d'Aleteia
Traditionis Custodes, tout le monde en parle, mais qui l’a ...
6
Lauriane Vofo Kana
Hugo, 17 ans, l’organiste épatant de TikTok
7
LATIN MASS
Timothée Dhellemmes
Traditionis Custodes : les réactions se multiplient
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement