Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aleteia

Hongkong : commémoration d’une ampleur sans précédent pour les 25 ans de Tiananmen

Eglises d'Asie
Partager

Officiellement interdite, la veillée aux flambeaux en l’honneur des victimes du massacre de la place Tiananmen à Pékin, le 4 juin 1989, a rassemblé 180 000 Chinois de Hongkong et du continent.

07/06/2014

(légende photo :180 000 personnes réunies le soir du 4 juin, bougie à la main, dans le Parc Victoria de Hongkong, formant le plus vaste hommage jamais rendu aux victimes de la répression du « printemps de Pékin ».)

De l’Agence d’Information des Missions Etrangères de Paris, Eglises d’Asie :

Jamais commémoration interdite n’aura été plus suivie. A l’occasion du 25e anniversaire du massacre de la place de Tiananmen, des milliers de militants pour la démocratie se sont rassemblés à Hongkong mercredi 4 juin, pour la veillée aux flambeaux traditionnelle en mémoire des victimes.
Mais cette année, malgré les tentatives de Pékin pour empêcher toute évocation des événements de juin 1989, plus de 180 000 personnes s’étaient réunies hier soir, bougie à la main, dans le Parc Victoria de Hongkong, formant le plus vaste hommage jamais rendu aux victimes de la répression du « printemps de Pékin ».
De nombreux Chinois étaient discrètement venus du continent pour la manifestation, tandis qu’à Pékin la place Tiananmen faisait l’objet d’une intense surveillance policière et toute agitation suspecte immédiatement signalée et maîtrisée. Il y a plusieurs semaines déjà que des unités de policiers et de militaires ont été déployées autour de la capitale, où le dispositif appliqué chaque année à l’approche de la date anniversaire du massacre du 4 juin a encore été renforcé.
Depuis 25 ans, la censure chinoise n’a eu de cesse d’effacer toute trace des événements de 1989, qu’il s’agisse des témoins directs (aujourd’hui pour la plupart emprisonnés ou exilés à l’étranger), des archives audiovisuelles, écrites ou photographiques, comme des traces numériques sur les réseaux sociaux et le Web. Toute tentative effectuée avec les moteurs de recherche chinois sur Internet pour entrer les mots « Tiananmen », « 4 juin » ou simplement « démocratie », se solde désormais par un accès refusé ou une page vierge.
Des centaines de militants, avocats et autres dissidents présumés ont été arrêtés et emprisonnés « de manière préventive » depuis mars dernier, toujours en raison « d’activités suspectes » liées à la commémoration interdite du 4 juin. Parmi eux se trouve Bao Tong, 81 ans, l’un des rares hauts fonctionnaires du Parti qui s’était opposé à la répression de 1989.
« Je suis venu spécialement à Hongkong pour participer à cette veillée, témoigne Huang Waicheng, qui arrive de Shenzhen. En Chine continentale, non seulement nous ne pouvons pas exprimer notre opinion en raison du manque de liberté, mais il y a bien trop peu de personnes qui savent ce qui s’est passé [à Tiananmen]. »
Revenue dans le giron de la Chine en 1997, Hongkong jouit d’un statut particulier qui lui permet d’être régulièrement le théâtre de protestations contre le régime de Pékin. Illustrant cette liberté d’expression qui n’a pas cours sur le continent, les députés du Parlement hongkongais favorables au mouvement pour la démocratie étaient mercredi entièrement vêtus de noir, et ont observé une minute de silence en hommage aux victimes du « Printemps de Pékin ».
Durant la veillée au Parc Victoria, les noms des morts de Tiananmen (1) ont été lus dans un silence recueilli, tandis que défilaient sur des écrans géants les images de la répression de 1989 ainsi que des témoignages vidéo de dissidents en exil. « Puisse [le président] Xi Jinping voir la lumière de toutes ces bougies ! », a lancé à la foule Lee Cheuk-Yan, principal organisateur de la manifestation, tandis que les participants scandaient : « Justice pour le 4 juin ! ».
Le cardinal Zen Ze-kiun, évêque émérite de Hongkong, aujourd’hui âgé de 82 ans, a avoué douter de voir de son vivant la reconnaissance du massacre de Tiananmen par le gouvernement chinois. « Les meurtriers n’ont toujours pas demandé pardon pour leur crime, ni même admis l’avoir commis », a-t-il regretté lors de son allocution durant la prière qui a précédé la veillée.

Pages: 1 2 3 4

Tags:
hongkong
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]