Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 18 janvier |
Sainte Marguerite de Hongrie
home iconÉglise
line break icon

Un Premier ministre au Vatican : la touche Valls dans les relations avec l’Eglise catholique

© Pierre VERDY / AFP

Atlantico - Publié le 29/04/14

Le site d'actualités Atlantico a interviewé Bernard Lecomte sur le sens et la portée de la présence de Manuel Valls au Vatican.

En deux ans, Manuel Valls s'est rendu trois fois déjà au Vatican, à trois occasions différentes. Et si la gauche a le plus souvent un problème avec l'institution que peut représenter l'Eglise, c'est bien la République qui envoie son Premier ministre pour la canonisation de deux papes.

Atlantico :  Il s’agit du troisième voyage de Manuel Valls vers le Vatican en deux ans. Qu’est-ce que cela traduit de le relation de Manuel Valls avec l’Eglise ?
Bernard Lecomte : En soi, c’est un hasard. Pour une raison toute simple, c’est que la première fois il y était en tant que ministre du culte. La deuxième fois il accompagnait le président de la République. Cette troisième fois, il assume une invitation d’Ayrault. C’est Jean-Marc Ayrault qui avait décidé d’aller à Rome pour cette cérémonie.
Ces trois aller-retours à Rome relèvent, à mon sens, un petit peu du hasard. Cela dit on voit malgré tout qu’entre la France et le Vatican les relations sont quand même très étroites puisqu’il y a beaucoup d’occasions de contact dans un sens comme dans l’autre.
Entre la France et le Vatican, c’est toujours des relations amies-ennemies. C’est comme deux sœurs qui se détestent. L’histoire de la France et du Vatican est extrêmement longue, chahutée et parfois brutale. On pense à la révolution de 1789, la séparation de l’Eglise et de l’Etat en 1905. Ce sont les grands moments de bagarre qui ont parfois été jusqu’à se faire la guerre. C’est parfois très très houleux, c’est parfois même brutal, mais pour autant il y a peu de pays qui ont eu la même histoire avec la papauté. La France a aussi été très proche de l'Eglise. Il s'agit d'une histoire longue de deux mille ans.

Dans quelle mesure est-ce que la touche Valls diffère de la façon de faire de François Hollande ? Manuel Valls pourrait-il réconcilier la gauche et l’Eglise ?
Bernard Lecomte : Manuel Valls, apparemment, s’intéresse davantage aux religions que François Hollande dont on a vraiment l’impression qu’il ne s’intéresse pas du tout au sujet. Tout ceux qui connaissent François Hollande, y compris ses proches, confirment que pour lui il n’y a aucun soucis de spiritualité ou de transcendance. C’est un homme tout à fait froid sur ce plan-là, qui est très certainement respectueux de ses semblables, mais qui ne s’intéresse ni à Dieu, ni au Diable. Donc du côté de François Hollande, c’est réglé puisque tout cela ne l’intéresse pas. Du côté de Manuel Valls, il convient de ne pas oublier ses origines espagnoles. Sa famille a connu un catholicisme militant : celui de sa mère.
Valls a certainement plus d’affinités avec la religion que François Hollande. Même s’il est lui-même franc-maçon, ça n’empêche évidemment pas d’avoir des relations avec la religion. Rappelons également qu’il a été maire d’Evry pendant longtemps. Evry c’est une communauté religieusement complexe avec des cathos, des juifs, musulmans et de tout. Il a plus de sensibilité religieuse que François Hollande même s’il est aujourd'hui devenu tout à fait laïque.

Il faudra, à mon sens, plus qu’un premier ministre souriant pour rétablir des relations étroites entre la France et le Vatican. Ces relations ont toujours été très contrastées. Disons qu’elles étaient évidemment excellentes du temps du général De Gaulle, qu’elles se sont réellement dégradées avec Mitterrand et la gauche. Chirac a été au début très proche de Rome et à la fin très éloigné. Il a, là-dessus, beaucoup évolué. Giscard avait évidemment eu des relations très correctes avec Rome. Sarkozy avait écrit ce fameux livre sur la laïcité positive, qui lui avait octroyé une cote formidable au Vatican. On se souvient que le voyage de Benoît XVI en France avait été un succès et que Benoît XVI, ce qui est très inédit, avait accepté d’être reçu à l’Elysée. Le pape ne fait jamais ça. Aucun pape n’est jamais allé à l’Elysée. Benoît XVI a été le premier. C’est un geste d’ouverture et de sympathique en quelque sorte, il est allé voir Sarkozy à l’Elysée. C’est plus qu'une simple forme de tolérance, ne serait-ce parce qu'il n'y a absolument rien de religieux dans le palais de la République. C’était, je pense, une démarche très positive. Quant à aujourd'hui… on a pu constater que la visite de François Hollande à Rome s’est passée dans une froideur tout à fait remarquable.
Il faudra donc plus que Manuel Valls pour réconcilier la gauche et l’Eglise parce que la gauche ce n’est pas le Premier ministre, fut-il quelqu’un d’assez œcuménique comme l'est Manuel Valls. La gauche en France c’est une vraie tradition, c’est une culture. Dans cette culture il y a une majorité de militants de gauche qu’ils soient socialistes, d’extrême gauche ou radicaux, qui sont plutôt de culture anticléricale. Et c’est comme ça depuis la fin du XIXe siècle, ce qui fait presque un siècle et demi. Depuis Gambetta pour simplifier, la majorité de la gauche en France est quand même de tendance anticléricale. Cet anticléricalisme peut être modéré et respectueux ou bien parfois brutal voire violent.

Lire la suite de cet article sur Atlantico en cliquant sur ce lien

Tags:
manuel vallsPape Jean Paul II
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Agnès Pinard Legry
Marlène Schiappa : des propos qui font bondir
WOMAN,PRAYING,PRAYER
Claire Guigou
Six clés pour comprendre l'ouverture aux femm...
FIV
Agnès Pinard Legry
Bioéthique : les évêques invitent à quatre ve...
Rachel Molinatti
La vidéo de ce couple d'octogénaires va faire...
COUPLE, LOVE, SMILE
Edifa
Comment faire renaître la flamme de l’amour d...
D'CRUZ FAMILY
Cerith Gardiner
Ensemble, ils ont 1.042 ans : le secret de la...
Rachel Molinatti
Neige à Madrid : il sculpte un immense Christ...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement