Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Suivant l’appel du pape François, trois jeunes partent aux périphéries de l’Eglise

petit à petit
 

 Geoffroy de Boissieu


Quentin de Veyrac

Jean Romatet  

Partager

Pendant un an, de Rome à Jérusalem, ils rencontreront les chrétiens qui consacrent leur vie au service des plus petits.

25/02/2014

« L’Eglise doit sortir d’elle-même, elle doit aller aux périphéries géographiques, humaines et existentielles (…), là où résident le mystère du péché, de la douleur, de l’injustice, de la souffrance… » : c’est en réponse à cet appel du pape François que trois jeunes Français, Geoffroy de Boissieu, Quentin de Veyrac et Jean Romatet, ont décidé de partir pendant un an à la rencontre de ceux qui, en toute humilité, consacrent leur vie aux plus petits.
 
« Petit à petit tour » : c’est le nom de leur projet qui les conduira de Rome à Jérusalem (voir ici leur itinéraire) pour aller à la rencontre de ceux, qui à notre époque, « loin des caméras et des honneurs, offrent leur vie en secret pour les abandonnés, les oubliés de notre monde, les laissés pour compte, les rejetés de nos sociétés ».
 
De septembre 2014 à juillet 2015, ils seront tour à tour à Rome, en Amérique du Sud (Pérou, Bolivie, Chili et Argentine), en Asie du Sud Est (Laos, Cambodge, Vietnam), en Afrique (Kenya, Rwanda, Tanzanie), au Moyen-Orient (Liban, Jordanie, Jérusalem) puis en Europe, à Saint Jacques de Compostelle.
 
Handicap, maladie, prostitution et délinquance : voilà les quatre pauvretés à la rencontre desquelles ils iront. Tout au long de leur parcours, ces trois jeunes Français chercheront à comprendre « le sens de l’engagement radical de ces chrétiens qui ont parfois quitté famille et amis pour se mettre du côté de ceux que personne ne regarde, ceux que personne ne veut toucher, ceux qui dérangent, ce que tout le monde fuit. Comment à notre époque, ont-ils pu faire ce choix, dans une joie profonde et simple, qui laisse tant à désirer dans nos sociétés qui ne rêvent que de bien-être ? ».
 
Pourquoi « petit à petit » ? Parce que le temps de Dieu n’est pas celui des hommes. Parce que les chrétiens engagés qu’ils vont rencontrer ne sont pas des magiciens. Leur dévouement et leurs actions ne portent du fruit que dans le temps, petit à petit. De même que, souvent, ce n’est que petit à petit que nous apprenons à reconnaître Dieu qui frappe comme un mendiant à la porte de notre cœur.
 
Regardez l’interview de Quentin de Veyrac sur Sel et Lumière : http://www.youtube.com/watch?v=2a8RxqnJdX4
 
 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]