Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Taizé à Strasbourg : 30.000 jeunes chrétiens en communion de prière pour une Europe solidaire

© DR
Partager

L’Europe et l’œcuménisme au cœur de la prière des jeunes pour saluer l’arrivée de la nouvelle année. Le pape envoie sa bénédiction et leur dit toute sa confiance.

31 décembre 2013

« Nous sommes venus à Strasbourg comme des pèlerins de paix et de confiance dans cette ville, dans cette région d’Europe, qui est aujourd’hui un symbole de réconciliation après les terribles guerres du 20e siècle… Prenons au sérieux la parole du Christ : « Aimez-vous les uns les autres » et « Aimez vos ennemis »… En nous mettant sous le même toit, n’ayons pas peur que la vérité de l’Évangile soit diluée. Faisons confiance à l’Esprit Saint… Il ne s’agit pas de nous mettre ensemble pour être plus forts, mais pour être fidèles au Christ doux et humble du cœur. »
 
Trois méditations, un seul fil conducteur : « Chercher la communion visible de tous ceux qui aiment le Christ », thème de la 36e rencontre européenne de jeunes chrétiens, organisée en Alsace par la communauté œcuménique de Taizé du 28 décembre au 1 janvier.
 
« Nous voulons aider les jeunes à vivre la réconciliation et la foi dans leur réalité quotidienne », avait déclaré Frère Alois, avant leur départ pour Strasbourg. (cf. Aleteia)
 
Le prieur de Taizé s’adresse aux jeunes sous forme de méditations avant et après la prière de chaque soir. Samedi dernier, premier jour de la rencontre, la prière se faisait en simultané du parc des expositions du Wacken, à Strasbourg, avec toutes les villes et villages d'Alsace et de l'Ortenau, où ont été répartis les jeunes.
 
Ceux-ci viennent principalement de Pologne, d'Ukraine, de France, d'Allemagne et d'Italie, mais aussi de presque tous les autres pays du continent, pour un total d’environ 30.000 participants.
 
Créer, consolider une communauté d’amitié pour mieux affronter les défis de nos sociétés actuelles et poser les bases d’un meilleur avenir : c’est ce qu’attendent les églises chrétiennes de leurs jeunes aujourd’hui. Frère Alois se fait l’écho de cette aspiration en semant parmi eux l’appel du Christ à laisser derrière eux « l’esprit de rivalité, qui entraîne les oppositions, les injustices », et à devenir « des créateurs d’amitié, des artisans de paix ». Comme Jésus le faisait, par « un repas partagé, par une visite », et surtout en apportant autour d’eux « le pardon et la confiance. »

« L'Europe qui a traversé et traverse encore des moments difficiles, a besoin de votre engagement, de votre foi, et de votre courage », leur a dit le pape François, dans un message transmis par son Secrétaire d'Etat, Mgr Pietro Parolin, à la veille de la rencontre. (Zenit)

Pour l’archevêque de Strasbourg, Mgr Jean-Pierre Grallet, l’Europe et l’œcuménisme constituent deux attentes essentielles du rassemblement de Taizé :

A quelques mois des élections européennes, entre les 20 et 25 mai selon les pays (25 mai en France) et le contexte de crise actuel, ce nouveau rassemblement de Taizé, confie-t-il dans un entretien à La Croix, est « porteur d’optimisme par rapport à un euroscepticisme général. Les jeunes réunis à Strasbourg attendent une Europe plus spirituelle et plus fraternelle, et pas seulement organisationnelle, économique et financière ».
 
Mgr Grallet est persuadé que « chaque génération a rendez-vous avec les grands enjeux de la vie » et il espère que la rencontre de Taizé contribuera à « aider les générations à se croiser et à stimuler la solidarité ».
 
Jusqu’à ce soir, 31 décembre, les pèlerins sont invités à échanger sur tant de thèmes comme l’écologie, les nouvelles solidarités, la justice, la crise …

On sait déjà que la prochaine rencontre européenne de Taizé sera organisée à Prague, en République tchèque, fin décembre 2014. Prague est « depuis le début de notre histoire un centre spirituel et culturel, non seulement de notre pays, mais de toute l’Europe centrale », a déclaré lundi 30 décembre, le cardinal Dominik Duka, archevêque de Prague, en annonçant la nouvelle.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]