Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Inde : violences antichrétiennes en Orissa : la parole aux témoins

© DR
P. Dibakar Parichha et P. Mrutyunjaya Digal, dans les locaux d’Eglises d’Asie
Partager

Le 25 octobre dernier, lors d’un passage à Paris, les pères Dibakar Parichha et Mrutyunjaya Digal ont témoigné en répondant aux questions d’Eglises d’Asie.

04/11/2013

  Plus de 5 ans sont passés depuis les effroyables pogroms antichrétiens qui ravagèrent, du 25 au 28 août 2008, la région de Kandhamal dans l’État indien de l’Orissa : 400 villages attaqués, plus de 6 000 maisons, 340 églises et chapelles, des dispensaires et des écoles incendiés et détruits; des milliers de fidèles blessés; des femmes et des jeunes filles, des religieuses,  violées et près de 70.000 personnes privées d’un toit.
 
Les violences à leur encontre se multipliant, les chrétiens ont demandé protection au gouvernement, mais celui-ci n’a rien fait. Et la vague de persécution s’est étendue à d’autres Etats, comme le Kerala, le Tamil Nadu, le Karnataka, etc.
 
Aujourd’hui, en dépit des assurances du gouvernement fédéral, les attaques antichrétiennes se poursuivent en Orissa. Des sources ecclésiastiques font état de situations dramatiques, notamment dans le district de Kandhamal, épicentre des violences.
 
Selon les chiffres de l’archidiocèse catholique de Cuttack-Bubhaneswa, rapportés par Eglises d’Asie, le bilan de ces semaines de violences s’élève à une centaine de morts, près de 60 000 personnes déplacées, et des milliers d’habitations, de lieux de culte et d’institutions détruits.
 
Les chrétiens sont découragés car ils se sentent abandonnés par le système judiciaire : les plaintes sont rarement enregistrées, les criminels ne sont pas traduits en justice et, quand ils le sont, ils ne se retrouvent condamnés que très rarement, alors que des innocents sont accusés injustement.

Sur un total de 3 232 cas de violence ayant fait l’objet d’une plainte devant les autorités de police, la police en a officiellement enregistré 828. Parmi ces plaintes, seules 327 ont été suivies d’un procès devant un tribunal pour aboutir à 86 condamnations seulement. Les tribunaux ont acquitté 1 597 suspects alors que des milliers d’autres agresseurs n’ont jamais été interrogés par la police.

Le P. Dibakar Parichha, porte-parole de l’archidiocèse catholique de Cuttack-Bubhaneswar et avocat, et le P. Mrutyunjaya Digal, trésorier de l’archidiocèse, ont été les témoins directs de ces violences et de ces injustices.  Ils sont venus témoigner au micro d’Eglises d’Asie..
 
Lire l’interview directement sur le site de l’agence d’information des missions étrangères :  
 
http://eglasie.mepasie.org/asie-du-sud/inde/2013-11-01-pour-approfondir-violences-antichretiennes-en-orissa-la-parole-aux-temoins
 
I.C
 
 
 
 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]