Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Jean d’Ormesson : « Il faut défendre les chrétiens »

wikipedia.org
Partager

L'académicien a cosigné une pétition, relayée par l’hebdomadaire Marianne, dénonçant notamment les persécutions dont sont victimes les chrétiens d’Irak.

L’écrivain Jean d’Ormesson, membre de l’Académie française et ancien directeur général du Figaro, a marqué les esprits il y a quelques semaines en lançant un appel vibrant pour la défense des chrétiens d’Orient et contre le silence des élites politiques et médiatiques en France. Son appel semble avoir porté ses fruits.

Il n’est plus le seul à s’exprimer sur le sujet. Avec d’autres personnalités du monde politique, comme Alain Juppé, Michel Rocard ou Robert Badinter, ou du monde intellectuel comme Jacques Julliard et Michel Onfray, Jean d’Ormesson a cosigné une pétition relayée par l’hebdomadaire Marianne dénonçant notamment le fait que la communauté chrétienne d’Irak, une des plus anciennes du monde et qui se sert encore de l’araméen, la langue de Jésus, soit la proie de persécutions violentes.

Le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a annoncé qu’il présiderait personnellement le 27 mars, une réunion de Conseil de sécurité de l’Onu consacrée à la défense des chrétiens d’Orient et des autres minorités mises en danger par les groupes djihadistes en Irak et en Syrie.

Sur Radio Vatican, Cyprien Viet a interrogé Jean d’Ormesson, qui salue ce début de mobilisation, tout en s’inquiétant de la montée en puissance de l’État islamique, dont la barbarie n’est plus cachée mais au contraire mise en scène en jouant sur des ressorts de communication très modernes.

Jean d’Ormesson : Ce massacre des chrétiens avait commencé en Irak il y a déjà quelques années, et il me semble que les réactions avaient été très faibles. Il m’a semblé que ces malheureux chrétiens étaient abandonnés, et la situation a évidemment énormément empiré depuis lors. Le mal s’est étendu de l’Irak à la Syrie, à tout le Moyen-Orient, à la Libye et à l’Égypte, à l’Afrique. Je vois maintenant qu’il y a même eu des problèmes avec des chrétiens en Inde ou en Indonésie. Il y a un mouvement très fort contre les chrétiens et il me semble qu’il fallait défendre les chrétiens, non pas plus que les autres mais au moins autant que les autres minorités. Ce que j’ai dit à propos des chrétiens, je le dirai aussi à propos des yézidis qui sont également poursuivis. Mais il me semble qu’il y a quand même maintenant une sorte de mouvement de prise de conscience qui se fait. Nous avons tous été des juifs allemands. Nous avons tous été derrière les résistants contre Staline. Nous avons tous été Charlie. Je crois qu’il est bien temps que nous soyons tous des chrétiens d’Orient.

Cette année, un décalage s’est fait sentir entre la très forte mobilisation suite aux attentats de Charlie Hebdo et du supermarché casher et une certaine ignorance sur la situation du Nigeria, de l’Irak, de la Syrie. Peut-être que l’on ne peut pas voir ce qui se passe ou peut-être qu’on n’est pas bien informé. N’est-ce pas aussi ce regard des Français sur le reste du monde qui pose problème, ou qui posait problème jusqu’à récemment ?
Jean d’Ormesson :
Bien sûr, vous savez que le fait que les chrétiens soient maintenant victimes de beaucoup de persécutions a été souligné par plusieurs livres et les réactions ont été plus faibles qu’à l’occasion de Charlie. Avec Charlie Hebdo, les médias se sont sentis touchés. Ils ont donc réagi beaucoup plus fortement. Mais j’espère tout de même qu’il va y avoir une prise de conscience et que le sort des chrétiens va émouvoir les gouvernements, non seulement en Europe mais sur le plan international.

En tant que membre de l’Académie française et ancien dirigeant de presse, sentez-vous actuellement parmi les élites culturelles de France une prise de conscience ?
Jean d’Ormesson : 
Oui, il me semble tout de même que, à droite comme à gauche, il y a une sorte d’indignation.

Pages: 1 2 3 4

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]