Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Chrétiens et musulmans, ensemble avec Marie

Paul Malo / Aleteia
Partager

Demain, en la basilique de Longpont-sur-Orge (Essonne), se tiendra un événement nouveau, signe d’une avancée du dialogue islamo-chrétien : un rassemblement spirituel autour de la Vierge Marie.

« Un très grand défi ! » ; c’est ainsi que Mgr Michel Dubost, évêque d’Évry et président du Conseil pour les relations interreligieuses, a qualifié, lors d’une conférence de presse, le rassemblement du 21 mars proposé aux croyants des paroisses et des mosquées, autour de la Vierge Marie. Pour l’évêque d’un diocèse attaché au dialogue interreligieux comme pour ses co-organisateurs musulmans, le pari est en effet d’en faire « un succès populaire ». Souvent le dialogue islamo-chrétien consiste en des discussions théologiques de groupes. Or « s’il est très important que les responsables des communautés se rencontrent », précise Mgr Dubost, se vit également tout un quotidien « de rencontres entre des personnes dans les vestiaires sportifs, les supermarchés, les cours de récréation, les pauses café des lieux de travail, etc. ». « Beaucoup de gens de bonne volonté veulent progresser dans la construction d’un monde commun mais se sentent démunis. Le rassemblement de Longpont sera notre petit pas spirituel. […] Non pas prier ensemble mais être ensemble pour prier », a expliqué Gérard Testard, président d’Efesia, coordinateur d’« Ensemble avec Marie ».

Une intuition née au Liban

L’initiative est bien antérieure à l’actualité. Voilà plus d’un an qu’une trentaine de membres d’associations (Scouts Musulmans, Coexister, Groupe d’amitié islamo-chrétienne), de mouvements (Focolari) et des personnalités « engagées davantage à titre personnel que comme représentants d’institutions » discernent, prient et préparent l’événement. En s’inspirant de ce qui se vit depuis 2007 au Liban. Ce pays longtemps déchiré par une guerre civile a eu l’intuition que l’amour commun des chrétiens et des musulmans pour la Vierge Marie pouvait re-cimenter l’unité du pays. À tel point que l’Annonciation, le 25 mars, est devenue fête nationale fériée et chômée. Le dernier rendez-vous ayant été suivi par plus de 1,5 million de téléspectateurs. Né au Liban, Fouad Hassoun, Français chrétien arabe, a perdu la vue à cause d’un attentat à la voiture piégée. Il a témoigné lors de la conférence de presse de sa dévotion mariale, inséparable de l’objectif de « construire la paix et détruire les murs de la haine et de la méconnaissance ».

Une figure tendre et rayonnante

Tous les intervenants ont insisté sur la belle figure d’union qu’est la Vierge : « Marie pauvre dans les deux traditions » à laquelle « se réfèrent les pauvres », a souligné Mgr Dubost ; « Marie la mère du Verbe, Marie la musulmane, au sens où elle est celle qui consent à se remettre à Dieu, Marie à qui est consacrée une sourate du Coran et des livres et aussi Marie à qui un culte est rendu à Éphèse en Turquie », a rappelé Ghaleb Bencheikh, président de Religions pour la Paix. « Une figure aussi emblématique, tendre et rayonnante nous aidera, a-t-il déclaré, à nous aimer davantage. (…) La responsabilité des croyants pour le vivre ensemble est importante. Nous avons un devoir d’engagement dans la cité ». « Marie est porteuse d’universalité. On n’a plus le choix ni le droit de ne pas montrer cette universalité au-delà de nos différences », a commenté Slimane Riszki, membre du comité d’organisation.

C’est le sanctuaire de Longpont-sur-Orge, une des plus anciens lieux mariaux d’Île-de-France au vocable de bonne augure de Notre-Dame-de-Bonne-Garde, qui a été retenu pour accueillir le rassemblement. « L’important, c’est d’abord être côte à côte sur un banc car la rencontre précède le dialogue », insiste Christian Schennen, coordinateur pour Efesia Belgique. Il viendra samedi avec un car de 25 personnes et le projet d’organiser « Ensemble avec Marie » dans son pays.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]