Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 09 mai |
Saint Pacôme le Grand
home iconSpiritualité
line break icon

Pape François : « La morale chrétienne ne veut pas dire ne jamais tomber, mais toujours se relever »

Radio Vatican - Publié le 09/03/15

Émotion et prière : 80 000 membres de Communion et Libération, venus d'une cinquantaine de pays, étaient réunis place Saint-Pierre ce samedi.

La place Saint-Pierre était noire de monde samedi matin : quelque 80 000 personnes, venues d’une cinquantaine de pays, ont participé à la rencontre du pape François avec les membres du mouvement ecclésial Communion et Libération qui célèbre ses 60 ans d’existence et qui commémore le 10e anniversaire de la mort de son fondateur, le prêtre italien Luigi Giussani.

Prières, lectures, projections et chants ont rythmé la rencontre jusqu’à l’arrivée du Saint-Père, accueilli avec affection et un enthousiasme débordant. Pour pouvoir saluer toute la foule, le pape François a dû franchir les limites du Vatican, sortir de la place Saint-Pierre et parcourir à bord de sa voiture découverte une partie de l’avenue de la Conciliazione, sous les ovations. Dans l’assemblée se trouvaient le cardinal de Milan Angelo Scola, des délégués anglicans, orthodoxes et musulmans, ainsi qu’un groupe de détenus italiens.

Ni défense ni repli identitaire

Dans son discours, le Souverain Pontife a livré quelques recommandations aux adhérents de ce mouvement catholique, en les mettant notamment en garde contre le risque de se figer dans une attitude de défense et de repli identitaire. Pour François, la morale chrétienne n’est pas l’effort de volonté titanesque de ceux qui décident d’être cohérents, une sorte de défi solitaire face au monde. La morale chrétienne est au contraire une réponse émue devant une miséricorde surprenante, imprévisible, voire même injuste selon les critères humains, de la part de Celui qui nous aime malgré nos trahisons. La morale chrétienne ne veut pas dire ne jamais tomber, mais toujours se relever, grâce à la main que Jésus nous tend. De la même manière, le rôle de l’Église n’est pas de condamner éternellement mais de répandre la miséricorde de Dieu sur toutes les personnes qui la demandent avec un cœur sincère.

Évoquant ses souvenirs personnels, le Souverain Pontife a confié que la lecture des livres et des articles du père Giussani avait nourri sa vie sacerdotale. En guidant les hommes à la rencontre du Christ, le fondateur de Communion et Libération éduquait à la liberté. Il a par ailleurs raconté que chaque fois qu’il venait à Rome, il aimait s’arrêter devant le tableau du Caravage qui se trouve dans l’église Saint-Louis-des-Français : La vocation de Matthieu. Jésus nous précède toujours, a-t-il expliqué : quand nous arrivons jusqu’à Lui nous découvrons qu’Il nous attendait déjà. Sans la miséricorde, on ne peut pas comprendre cette dynamique de la rencontre qui suscite l’émerveillement et l’adhésion.

Après 60 ans d’existence, le charisme du mouvement Communion et Libération n’a pas perdu de sa fraîcheur et de sa vitalité. Mais ses membres, a averti le pape François, ne doivent jamais oublier que c’est Jésus-Christ et pas une méthode spirituelle qu’ils doivent placer au centre de leur action. Sinon, ils feront fausse route. Ceci est vrai pour tous les charismes dans l’Église.

Ne pas enfermer le charisme

Autre recommandation : le charisme n’est pas une chose que l’on conserve dans une bouteille d’eau distillée ; être fidèles au charisme ne veut pas dire le pétrifier, l’écrire sur un parchemin et l’encadrer. C’est le diable qui pétrifie, prévient le Saint-Père. Comme l’affirmait le compositeur autrichien Gustav Mahler : « Il faut nourrir les flammes et non pas vénérer les Cendres ». L’Église doit sortir vers les périphéries à la recherche des personnes marginalisées, abandonnées, déçues par l’Église, prisonnières de leur égoïsme ; en rejeter toute attitude autoréférentielle, en écoutant avec une humilité sincère ceux qui pensent autrement. Gare à la spiritualité identitaire et à la complaisance autoréférentielle qui transforme les membres d’un mouvement ecclésial en militants d’une ONG. S’ils sont libres et centrés sur le Christ et l’Évangile, les membres du mouvement Communion et Libération pourront être les bras, les mains, les pieds, l’esprit et le cœur d’une Église en sortie.

Tags:
Pape François
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Steuben_-_Mort_de_Napoleon.jpg
Agnès Pinard Legry
Napoléon s’est-il réconcilié avec Dieu avant de mourir ?
2
TEENAGERS, LOVE, PARK
Edifa
Comment distinguer le flirt de l’amour vrai ?
3
WEB2-ALEXEI NAVALNY-RUSSIA-shutterstock_1662094504.jpg
Agnès Pinard Legry
Russie : le message inattendu d’Alexeï Navalny pour Pâques
4
Mathilde de Robien
Ces cadeaux de confirmation auxquels vous n’aviez pas pensé
5
MADAME ELISABETH
Mathilde de Robien
Que faut-il encore pour qu’Elisabeth de France soit déclarée bien...
6
WEB2-INDIA-FUNERAL-COVID-AFP-075_makhija-notitle210430_npA5k.jpg
Agnès Pinard Legry
Inde : les « anges de la miséricorde », un rempart de dignité fac...
7
Agnès Pinard Legry
Peter Nha, 23 ans, a donné sa vie pour sauver trois de ses amis
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement