Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Samedi 27 novembre |
Fête de la Vierge Marie en son icône du signe
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Tibet : Pékin intensifie la répression

Eglises d'Asie

Eglises d'Asie - published on 11/11/14

Un autre moine de Kirti, Lobsang Gyatso, âgé de 20 ans, a été condamné à 3 ans d’emprisonnement pour avoir lui aussi défilé dans les rues de Ngaba le 2 avril dernier avec le drapeau tibétain, en appelant à la libération du Tibet et au retour du dalai Lama.

Les fonctionnaires sur la sellette
La « rébellion tibétaine » ne montrant pas de signe d’affaiblissement, Pékin vient de donner de nouvelles consignes aux responsables des régions dites « sensibles », mesures destinées cette fois-ci aux fonctionnaires locaux eux-mêmes. « Certains fonctionnaires ne sont pas montrés assez fermes politiquement, et d’autres ont été signalés comme étant fortement corrompus », a déclaré le 5 novembre, peu après la condamnation des huit Tibétains, Ye Dongsong, responsable de l’équipe d’inspection de la Commission de discipline du Parti dans la Région autonome du Tibet et les provinces de peuplement tibétain.
Chen Quanguo, chef du Parti Communiste dans la RAT, a confirmé le 6 novembre que les coupables « seraient sévèrement sanctionnés », soulignant que « la Région autonome du Tibet ne serait pas épargnée par la campagne anti-corruption » et que le pays devait être débarrassé  des « fonctionnaires sympathisants du dalai lama » qui participent au soulèvement contre Pékin et à la tentative d’« expulsion du peuple Han, la plus grande ethnie de Chine ».

Le dalaï-lama exaspère Pékin
Car, malgré les rumeurs et effets d’annonces, les relations entre Pékin et le dalaï-lama semblent s’être encore détériorées. La Chine a en effet très peu apprécié les deux annonces inédites faites récemment par le leader religieux des Tibétains.
Le 7 septembre, ce dernier a tout d’abord annoncé qu’il serait le dernier représentant de l’institution séculaire des dalaï-lama. Une déclaration qui empêche de fait la « reconnaissance » de son successeur après sa mort, la fonction devenant inexistante et donc illégitime après lui. Le XIVe dalaï-lama coupe ainsi l’herbe sous le pied du Parti communiste chinois qui espérait agir comme pour le panchen lama (2) en désignant un tulku (maître spirituel réincarné) choisi par lui, pour succéder au leader tibétain, et mettre ainsi fait à la « rébellion de Lhassa ».
Une dernière et très récente déclaration du dalaï-lama a également fait couler beaucoup d’encre en octobre dernier. Après des décennies d’exil tout à la fois forcé et volontaire, le chef religieux des Tibétains a surpris Pékin en déclarant vouloir se rendre en Chine, à Wutaishan, montagne sacrée du bouddhisme. Mais ce qui se chuchote dans les couloirs de la diplomatie sino-tibétaine – officiellement interrompue –,  est que le XIVe dalaï-lama « aimerait retourner au Tibet pour y vivre ses dernières années ».
Le 9 octobre, un porte-parole de Pékin, a réagi vigoureusement en déclarant que le dalaï-lama « ferait mieux de cesser de parler d’un soi-disant retour au Tibet ». A moins, a-t-il ajouté, qu’il renonce à son titre de chef spirituel (il n’est plus à la tête du gouvernement en exil depuis 2011), pour « arrêter de diviser le pays ».

De l’agence d’information des Missions Etrangères de Paris,Eglises d’Asie (eda/msb)

Notes
(1) Le 16 mars 2011, jour anniversaire de la répression des émeutes de 2008, l’auto-immolation de Phuntsog, moine de Kirti, lançait le phénomène des suicides par le feu qui depuis, ne cessent de croître. Le monastère de Kirti est aujourd’hui sous étroite surveillance : des dizaines de moines ont été arrêtés et des centaines d’autres envoyés en « rééducation patriotique ».
(2) En 1995, le jeune Gendhun, âgé de 6 ans, disparaît mystérieusement alors qu’il vient d’être désigné par le dalai lama comme la réincarnation du panchen lama. Depuis que Pékin a reconnu, un an plus tard, « détenir l’enfant afin de veiller à sa sécurité », aucune nouvelle n’a filtrée sur le sort du « plus jeune prisonnier politique du monde ».
Légende photo : La surveillance des forces de l’ordre est constante pour empêcher les immolations au Tibet. 

  • 1
  • 2
Tags:
chinedalai lamatibet
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement