Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 25 octobre |
Aleteia logo
home iconActualités
line break icon

Tibet : Pékin intensifie la répression

Eglises d'Asie

Eglises d'Asie - Publié le 11/11/14

Huit Tibétains ont été condamnés à des peines de prison allant de 3 à 5 ans, pour leur implication présumée dans le suicide par le feu d’un opposant, selon le service tibétain de Radio Free Asia.

Cette condamnation intervient alors que s’effectue actuellement une tournée d’inspection de la Commission de discipline du Parti communiste visant à « remettre au pas la Région autonome du Tibet (RAT) », en menaçant de sanctionner « les fonctionnaires laxistes et pro-dalai lama ».
Le Tribunal de Ngaba (Aba), préfecture autonome tibétaine de Ngaba dans la province chinoise du Sichuan, a fait condamner, lundi 3 novembre dernier, huit Tibétains pour leur « participation au meurtre » de Konchok Tséten, qui s’est immolé par le feu en décembre dernier.

Les immolations par le feu se multiplient
Konchok Tséten, âgé de 30 ans et père de deux enfants, est décédé de ses blessures le 3 décembre 2013, après son auto-immolation à Meruma, dans la préfecture autonome tibétaine de Ngaba, épicentre des immolations en protestation à l’occupation du Tibet par la Chine (1).
Comme ses prédécesseurs, dont le nombre ne cesse de croître malgré la surveillance accrue des forces de l’ordre (2), le jeune Tibétain avait crié des slogans anti-Pékin et appelé au retour du dalai lama, avant de mettre le feu à ses vêtements imbibés d’essence. Le corps en flammes, il avait réussi à courir quelques mètres le long de la rue principale avant de s’effondrer.
Les habitants avaient alors affrontés la police chinoise pour tenter, en vain, de l’empêcher d’emmener de force le corps calciné de Tséten. La confiscation du corps des suicidés par le feu a été instaurée par Pékin afin de dissuader les candidats à l’immolation, en privant leur dépouille des rituels funéraires qui traditionnellement doivent être effectués par les familles.

« Ma sœur a été arrêtée, battue et torturée »
C’est depuis Dharamsala, siège du gouvernement tibétain en exil en Inde, qu’une association d’anciens prisonniers politiques tibétains, Gu-Chu-Sum, a révélé cette information lors d’une conférence de presse donnée le 5 novembre dernier par le frère de l’une des condamnées, Dolma Tso.
« Ma sœur a été condamnée à une peine de 3 ans pour implication indirecte dans l’auto-immolation de Konchok Tséten », a déclaré son frère Kungyam. « Dolma Tso a essayé d’aider à placer le corps carbonisé de Tséten dans un véhicule, et c’est pour cet acte de compassion que la police chinoise l’a arrêtée », a t-il poursuivi, ajoutant que sa sœur avait été « battue et torturée sévèrement » durant sa détention de 11 mois afin de lui faire « avouer sa participation à l’acte de rébellion contre la Chine ».
Toujours selon le groupe Gu-Chu-Sum, deux autres personnes, Konme et Gephel, ont été condamnées respectivement à 3 et 2 ans de prison. Cinq autres Tibétains, dont l’identité pour le moment reste non confirmée, ont été jugés pour les mêmes faits et emprisonnés pour 5 ans.

Arrêtés en représailles
Au total, depuis le 3 décembre 2013, quelque 20 Tibétains auraient été arrêtés en représailles à l’auto-immolation de Konchog Tséten. Les autorités chinoises tentent en effet d’enrayer la vague des immolations en opposition à Pékin, en arrêtant toute personne soupçonnée « d’implication dans les suicides » et en encourageant les délations.
Deux moines de Kirti, à Ngaba, ont été de leur côté condamnés à 2 et 3 ans de prison pour « activités séparatistes et complot contre la nation » par la cour de Barkham, toujours dans la province autonome tibétaine de Ngaba, a rapporté, dimanche 10 novembre, le site Phayul, tenu par le gouvernement tibétain en exil.
Lobsang Tenpa, âgé de 19 ans et moine à Kirti depuis son enfance, a été reconnu coupable d’avoir défilé en avril dernier dans la rues principale de Ngaba, le drapeau national tibétain autour du front et une grande photo du dalai lama portée à bout de bras. Il avait eu le temps de lancer des slogans dénonçant la violente répression chinoise qui sévit au Tibet depuis mars dernier avant d’être arrêté par la police quelques minutes plus tard. Il vient d’être condamné à 2 ans de prison par le tribunal de Barkham, ce 7 novembre, sans avoir eu droit à un avocat.

  • 1
  • 2
Tags:
chinedalai lamatibet
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Top 10
1
JOHN PAUL II
Marzena Devoud
Le jour le plus heureux de la vie de Jean Paul II
2
ZITA
Mathilde de Robien
Cette magnifique prière gravée dans les alliances de Charles et Z...
3
WEB2-MISSEL-FORMATION-ABBENICO.jpg
Agnès Pinard Legry
Les prêtres se préparent à un grand changement
4
WEB2-PERE-BRUNO-RAFFARA.jpg
Marthe Taillée
Bruno Raffara, père, grand-père et prêtre
5
Maria Paola Daud
Pourquoi Michel-Ange n’a-t-il jamais terminé cette Pietà ?
6
I.Media
Le pape François révèle les pays qu’il visitera dans les prochain...
7
La rédaction d'Aleteia
[VIDEO] Un jeune enfant handicapé monte au côté du Pape au début ...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement