Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Jeudi 16 septembre |
Saints Corneille et Cyprien
home iconActualités
line break icon

Hong Kong : la « révolution des parapluies » retentit en Chine continentale

Eglises d'Asie

Eglises d'Asie - Publié le 05/11/14

Jusqu’à présent, Pékin avait évité d’utiliser la manière forte, comme le recours à l’armée, à l’encontre des militants de Hong Kong. Cependant, plusieurs dirigeants et médias d’État ont prétendu que les manifestations étaient une tentative de renverser non seulement le gouvernement de Hong Kong mais aussi celui de Pékin. Le vice-Premier ministre et membre du Politiburo Wang Yang a déclaré que « les pays occidentaux tentaient de fabriquer de toutes pièces une "révolution de couleur" (1) en apportant leur aide aux opposants de Hong Kong » (Wen Wei Po [Hong Kong] 14 oct 2014 ; Ta Kung Pao, 14 oct 2014). Un commentateur du People’s Daily a assuré quant à lui que le « véritable but » des protestataires était de « remettre en cause les plus hautes autorités de Chine », mais que cette tentative « était vouée à l’échec ».

Le porte-parole du Parti communiste a accusé le gouvernement des États-Unis et les ONG américaines de soutenir ouvertement les manifestants. « Les États-Unis prétendent promouvoir "les valeurs universelles de la démocratie, de la liberté et des droits de l’homme", a-t-il écrit dans le People’s Daily, mais en réalité les États-Unis défendent seulement leur propre intérêts stratégiques et cherchent à détruire de l’intérieur les gouvernements qu’ils considèrent comme "insubordonnés" ». Un article publié dans l’édition outremer du People’s Daily qualifie par ailleurs le mouvement de manifestation à Hong Kong de « dongluan » (« agitation politique »), le terme même qui avait été utilisé par Deng Xiaoping et le Premier ministre de l’époque Li Peng, pour définir le mouvement étudiant dont la résistance s’était achevée par le massacre de Tiananmen en 1989 (People’s Daily, 11 oct 2014; Global Times, 4 oct 2014).

Pékin reste maître du jeu

Selon Deng Yuwen, commentateur politique chinois et ancien rédacteur en chef du Study Times, journal de la Central Party School (NDT), le président Xi Jinping et les hauts dirigeants ont décidé de ne faire aucune concession aux manifestants. « Il est possible qu’après la conférence de l’APEC [ Coopération économique pour l’Asie-Pacifique, NDT] en novembre prochain, Pékin mette en place des actions plus drastiques à l’encontre d’Occupy Central, déclare-t-il. Et même si cela ne consiste pas en un déploiement des forces de l’Armée populaire de libération qui sont en garnison à Hong Kong, Pékin pourrait resserrer son emprise sur la politique de la SAR (Région administrative spéciale) afin d’éradiquer toute possibilité de développement d’une "révolution de couleur" » (15 octobre 2014).

L’arme économique

L’une des méthodes que Pékin pourrait utiliser pour réduire la marge de manœuvre des militants serait de couper les fonds dont disposent les députés pro-démocratie et les organisateurs d’Occupy Central. Un bon angle d’attaque pourrait être le magnat des finances et dissident Jimmy Lai, qui dirige le populaire journal pro-démocrate Apple Daily. Un peu plus tôt cette année, les ordinateurs personnels de Jimmy Lai ont été piratés par des hackers de Chine continentale, lesquels ont divulgué presque immédiatement à la presse des documents démontrant que l’homme d’affaires avait fait don de 5,2 millions de dollars (soit un peu plus de 4 millions d’euros) à des politiciens pro-démocrates ainsi qu’au mouvement Occupy Central (Asiasentinel.com, 29 août 2014 ; South China Morning Post, 28 août 2014).

Une arme plus puissante encore serait sans aucun doute celle de « la carte économique », en référence au fait que l’économie de Hong Kong ne saurait survivre sans le soutien du continent. En septembre dernier, Pékin a convoqué plusieurs dizaines d’hommes d’affaires influents de Hong Kong à la capitale afin de les convaincre de dénoncer le mouvement Occupy Central. Le message de l’administration de Xi Jinping était que l’ensemble de la SAR subirait de graves pertes économiques si elle ne soutenait pas la politique du gouvernement central.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
Tags:
chinehongkong

Soutenez Aleteia !

A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Jean-Michel Castaing
Les sept grâces à recueillir des sept douleurs de Notre-Dame
2
Isabelle du Ché
Les incroyables fruits de la vidéo du père Aymar avec Tibo InShap...
3
Agnès Pinard Legry
Jessie, Jestonie et Jerson, trois frères ordonnés le même jour au...
4
WEB2-SAINTE MONIQUE-GODONG-FR560945A
Anne Bernet
Comment sainte Monique se libéra de son addiction à l’alcool
5
Soeur Nulla
Marzena Devoud
Le miracle qui va faire du cardinal Wyszynski un saint
6
WEB2-Jonathan Goodall-CC BY-SA 4.0
La rédaction d'Aleteia
Un évêque anglican devient catholique « après une longue période ...
7
WEB2-OBSEQUES-BELMONDO-000_9MK748.jpg
La rédaction d'Aleteia
Document : l’homélie des obsèques de Jean-Paul Belmondo
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement