Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 22 juin |
Saint Thomas More
home iconÉglise
line break icon

Cardinal Poupard : « Le Pape François est fils du Concile et fils de Paul VI »

© Public Domain

Radio Vatican - Publié le 17/10/14

Le cardinal Poupard, qui fut l’un des proches collaborateurs du pape Paul VI, revient sur quelques-uns de ses souvenirs de Paul VI et dément sa réputation de « pape triste ».

Le cardinal Paul Poupard, président émérite du Conseil pontifical pour la culture, a évoqué pour Radio Vatican quelques-uns de ses souvenirs de Paul VI, du temps du Concile Vatican II.

« Juste après son élection en 1964, Paul VI évoquait déjà dans le discours d’intronisation de son pontificat, ce qu’il appelait les « voix formidables » du monde moderne. Il ajoutait : « Saurons-nous les entendre ? » À l’ouverture de la seconde session du Concile Vatican II, la première qu’il présidait, il posait trois questions : D’où venons-nous ? Quelle est notre route ? Quel est notre but ? La réponse qu’il nous apporte, c’est que le Christ qui nous a convoqué, c’est lui notre chemin et c’est vers lui que nous allons. Les observateurs orthodoxes qui se trouvaient à Rome avaient été subjugués par ce discours inaugural.

J’étais au Secrétariat d’Etat, et je servais de messager aux pères du Concile qui faisaient part au Pape de leurs préoccupations. Et j’ai constaté que le Pape lisait tout, absolument tout, il voulait répondre à chaque objection. Il voulait lever tous les doutes et les objections car il en comprenait le bien-fondé. En particulier, le texte sur la liberté religieuse avait soulevé de très vives tensions. Le cardinal Léger de Montréal m’avait transmis une pétition signée par 30 cardinaux à l’attention du Pape pour lui demander de promulguer le texte sur la liberté religieuse. Mais Paul VI avait conscience que le premier schéma était assez sociologique, peu théologique. Il a demandé de reporter le texte pour que l’intercession le mûrisse. Cette décision avait notamment provoqué la colère des jeunes experts. Mais dix ans après, alors que je me rendais à Montréal, j’ai vu le cardinal Léger se précipiter sur moi, du plus loin qu’il a pu me voir, et me dire : « Nous avons admiré la sagesse de Paul VI qui a su nous faire patienter pour que le texte soit un véritable texte théologique, que la liberté religieuse ne soit pas une concession à l’esprit du temps mais soit fondée sur la dignité de la personne humaine ».

« Il respectait les pères du Concile, il ne voulait pas peser sur eux mais disait en même temps : « Je ne suis pas le notaire du Concile, je suis moi aussi un père du Concile ! » « Mais il a connu des souffrances extrêmes à la suite de ce Concile. Je le revois, radieux, en 1965, remettant les messages aux hommes de la pensée et de la science, à Jean Guitton, à Jacques Maritain. Puis les bourrasques sont venues, mai 68 et l’interprétation du Concile. Et l’air du temps : l’Eglise était allée au monde pour le convertir et pas pour s’y subvertir. Le point culminant des épreuves a été le schisme de Mgr Lefebvre. Cela a été une souffrance très forte, mais Paul VI gardait le cap de l’espérance. Contre l’avis de ses collaborateurs, il a osé faire de 1975 une année sainte. À la surprise de tous, des millions de pélerins sont venus à Rome. Cette même année, il a publié une lettre apostolique, La Joie de croire, puis à Noël, La Joie d’annoncer l’Evangile. Cette lettre se conclut ainsi : « Notre temps attend – souvent à son insu – l’annonce de la bonne nouvelle de l’Evangile, non pas d’annonciateurs tristes et résignés mais joyeux, enthousiastes, porteurs de cette Bonne Nouvelle ». Le pape François cite continuellement cette lettre, notamment dans La Joie de l’Evangile. Il y a une filiation certaine et avouée entre ces deux papes, le Pape François est fils du Concile et fils de Paul VI. »

Tags:
Pape Paul VI
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
COUPLE, LOVE, SMILE
Edifa
Ces petits gestes d’amour sont plus importants que des « Je t’aim...
2
avgustin irena maucec
La rédaction d'Aleteia
Augustin et Irène, 25 ans de fidélité malgré le handicap
3
Anna Gebalska-Berekets
Ces paroles à dire (et à ne pas dire) à un proche atteint du canc...
4
Wedding engagement ring - Woman
Edifa
Doutes sur son mariage : Dieu voulait-Il pour moi ce conjoint&nbs...
5
Timothée Dhellemmes
[Vidéo] Guillaume Warmuz, l’ancien footballeur qui a répondu à l’...
6
Agnès Pinard Legry
Nouveaux prêtres : la « promo » 2021 arrive !
7
AMERICA'S GOT TALENT
Cerith Gardiner
Télévision : Nightbirde illumine America’s Got Talent
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement