Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 29 novembre |
Bienheureux Bernardo Francisco de Hoyos
home iconÉglise
line break icon

Pape François : Quand Dieu se fait proche, c’est toujours la fête

Alessandro Gisotti - Radio Vatican - Publié le 06/10/13

La Messe n’est pas un simple souvenir, mais la présence de Dieu parmi nous, une rencontre de salut.

« Quand Dieu vient et se rapproche c’est toujours la fête », a rappelé le Pape François lors de la messe célébrée à la maison Sainte Marthe (le 3 octobre),  en présence notamment des membres du « Conseil des cardinaux », réuni ces jours-ci au Vatican avec le souverain pontife. Dans son homélie, le Pape a souligné qu’il ne fallait pas transformer la mémoire du Salut en un souvenir, en « un événement habituel ». La Messe, a-t-il insisté, n’est pas un évènement social mais la présence de Dieu parmi nous

Esdras lit le Livre de la Loi, que l’on croyait perdu, et le peuple, bouleversé, pleure de joie. Le Pape François est parti de ce passage du Livre de Néhémie, dans la Première lecture du jour, pour centrer son homélie sur le thème de la mémoire.  Le Peuple de Dieu, fait-il observer, « avait la mémoire de la loi, mais ce était qu'une lointaine mémoire » ; mais, ce jour-là,  « la mémoire s’est faite proche » et « elle a touché les cœurs ». Ils pleuraient “de joie, pas de douleur”, souligne-t-il, « car ils faisaient l’expérience de la proximité du salut ».

 « Et ceci est important pas seulement dans les grands moments historiques, mais aussi dans les moments de notre vie: tous nous avons la mémoire du salut, tous. Mais je m’interroge: est-ce une mémoire proche de nous, ou est-elle un peu lointaine, archaïque, une mémoire de musée ? … elle peut s’en aller … et lorsque la mémoire n'est pas proche, lorsque nous nous n'avons pas cette expérience de la proximité de la mémoire s’enclenche un processus de transformation, et la mémoire devient un simple souvenir ».

Lorsque la mémoire se fait lointaine, a poursuivi le Saint-Père, « elle devient un simple souvenir; mais lorsqu’elle est proche, elle se transforme en joie, et c'est la joie du peuple”. Cela, a-t-il dit encore, constitue « un principe de notre vie chrétienne ». Lorsquela mémoire est proche,  elle réchauffe les cœurs et nous donne la joie ».

 « Et cette joie est notre force », ajoute le pape. La joie de la mémoire proche. En revanche, la mémoire domestiquée, qui s’éloigne et devient un simple souvenir, ne réchauffe pas le cœur, ne nous donne ni la joie ni la force. « Cette rencontre avec la mémoire est un évènement de salut, une rencontre avec l’amour de Dieu qui a fait l'histoire avec nous et nous a sauvés, c’est une rencontre de salut. Et c'est tellement beau d'être sauvés, que nous devons nous réjouir et faire la fête ».

« Quand Dieu vient et se rapproche c’est toujours la fête–  a-t-il insisté. Et « que de fois, nous chrétiens, avons peur de la fête: cette fête simple et fraternelle qui est don de la proximité du Seigneur ». La vie, a-t-il ajouté, « nous conduit à éloigner cette proximité, à ne garder que le souvenir du salut, pas la mémoire, qui est vivante ».  Et l’Eglise, a-t-il souligné, a « sa mémoire »: la « mémoire de la Passion du Seigneur ». Et de prévenir: à nous-mêmes, il nous arrive aussi  « d’éloigner cette mémoire et de la transformer en un souvenir, en un évènement habituel »

 « Chaque semaine, nous allons à l’église…et cette mémoire, tant de fois nous ennuie, parce qu’elle n’est pas proche. C'est triste, mais la messe, souvent, se transforme en un événement social et nous ne sommes pas proches de la mémoire de l'Eglise, qui est la présence du Seigneur parmi nous.. Imaginons cette belle scène dans le Livre de Néhémie : Esdras portant le Livre de la mémoire d’Israël et le peuple qui s’approche de sa mémoire et pleure de joie, le cœur réchauffé, joyeux, sent que la joie du Seigneur est sa force.  C’est la fête, sans peur, simplement”.

 « Demandons au Seigneur, a conclu le Pape, la Grâce d'avoir toujours sa mémoire près de nous, " une mémoire proche et non pas domestiquée par l'habitude, par tant de choses et transformée en un simple souvenir».

Article traduit par Elisabeth de Lavigne

Tags:
eucharistieMessePape François
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Agnès Pinard Legry
Jauge de 30 personnes : les catholiques unis ...
Timothée Dhellemmes
"Ridicule", "pathétique", "humiliante"... la ...
Aliénor Goudet
La demande très spéciale que la Vierge Marie ...
Agnès Pinard Legry
Vent debout contre la jauge de 30 person...
CATHEDRALE NOTRE DAME DE PARIS
Caroline Becker
Découvrez l'intérieur de Notre-Dame de Paris,...
Timothée Dhellemmes
Les évêques fustigent une décision "irréalist...
Monseigneur Matthieu Rougé
Timothée Dhellemmes
Mgr Rougé : "C’est un manquement à la parole ...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement