Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Prêt à pratiquer un sport extrême ? 15 exercices pour apprendre l’humilité

Sunny Studio | Shutterstock
Partager

Saint Benoît n’est pas seulement le fondateur de l’ordre des bénédictins. Sait-on que de nombreux principes de sa sagesse peuvent aussi guider notre vie quotidienne ? Aujourd’hui, il pourrait prétendre au titre de meilleur coach personnel au monde, en éclairant l'épanouissement de la personne avec un accent particulier sur l’humilité. À suivre sans hésiter !

Si peu utilisé de nos jours, le mot humilité est souvent mal interprété ou mal compris. Dans une société qui encourage à s’exposer et à se valoriser, cette qualité d’effacement peut faire peur. Dans son livre Règles d’humilité : guide en douze étapes de saint Benoît pour une véritable estime de soi, le père italien Augustine Wetta propose des exercices qui, en suivant saint Benoît, nous apprennent à pratiquer l’humilité sous un angle à la fois abordable et moins difficile qu’il n’en a l’air. Suivons les pas à pas…

1.
LAISSER QUELQU'UN D’AUTRE SUGGÉRER CE QU’IL FAUT FAIRE

Même si cette personne est officiellement moins compétente. Même si elle n’est peut-être pas très gentille. Même si vous ne voulez surtout pas recevoir de leçons de la part de ce collègue averti… Respirez profondément, comptez jusqu’à 100 et jetez-vous à l’eau en demandant un conseil.

2.
SOURIRE ET REMERCIER DIEU QUAND ON EST INJUSTEMENT TRAITÉ

Vous ressentez une injustice manifeste. Cela arrive et vous parait inadmissible. Dans ce genre de situation, la colère est presque automatique. C’est comme s’il y avait un capteur qui nous rendait immédiatement irritable. Essayez quand même de dépasser votre emportement. N’oubliez jamais que votre colère vous blesse vous-même plus que l’autre. Alors, fermez les yeux pour ne pas voir l’auteur du crime et remerciez le Seigneur pour lui !

KOBIETA ZAKRYWA USTA
Shutterstock

3.
NE FAIRE AUCUNE REMARQUE... PENDANT TOUTE UNE JOURNÉE

Difficile, voire impossible de ne pas glisser une petite remarque à votre voisin, votre collègue ou votre conjoint en une journée ! Faire une remarque à quelqu’un, n’est-ce pas une démarche normale et naturelle à la fois ? Votre conjoint qui ne range pas les choses là où il faut ou qui met ses chaussettes blanches dans le panier des vêtements en couleur… Comment ne pas lui faire une remarque, même ironique ? Et si vous tentiez de passer toutes vos remarques sous silence ? Oui, un vrai silence ! Respirez profondément… Offrez au Seigneur cet effort. Vous pouvez le faire !

4.
GARDER SON OPINION POUR SOI

Plutôt que d’exprimer vos opinions à tout moment, sachez parfois garder le silence. Pensez à ce qui vous fait rêver, écoutez un morceau de votre musique préférée et passez à autre chose… Bien sûr, il s’agit d’un exercice à pratiquer de temps en temps afin de ne pas provoquer des dommages qui toucheraient votre vie sociale ou votre vie de couple. Sur les réseaux sociaux, exprimer son opinion est une activité quotidienne, alors fermez l’application dès que vous avez envie de monter au créneau !

5.
PRENDRE LE BLÂME POUR UNE CHOSE QUE VOUS N'AVEZ PAS FAITE

Stop ! C’est de ma faute ! Si votre conjoint vous entend dire cela, l’effet de surprise est garanti ! Attention quand-même à ne pas trop le surprendre… Il pourrait commencer à s’inquiéter sérieusement de votre état… Pourtant, cet exercice n’est pas aussi difficile qu’il n’y paraît. Dites simplement : « C’est de ma faute ! » Et allez dans une autre pièce pour ne pas avoir la tentation de vous rétracter. Bien sûr, nous parlons ici de conflits sans importance…

6.
RÉPARER CE QUE VOUS N'AVEZ PAS CASSÉ

Vous aimez gagner des défis. Vous les gagnez facilement. Vous avez le génie d’arranger vite les petits tracas du quotidien. C’est ce que nous, les parents faisons tous les jours… Donc ce n’est pas la peine de se lancer dans les diatribes. Juste une suggestion : cet exercice est parfait à pratiquer avec vos enfants.

7.
NE PAS CHERCHER D'EXCUSES

Quand nous sommes critiqués, généralement trouver des excuses est quelque chose d’inconscient et d’automatique. L’exercice consiste donc à acquérir la maîtrise de soi en adoptant une respiration profonde et en gardant le silence. Au lieu de parler, prenez le temps de réfléchir à ce que vous avez vraiment fait de mal avec une autocritique saine.

8.
SE METTRE DERRIÈRE UN AUTOMOBILISTE PAS TRÈS NERVEUX

Voici un point très sensible. Nous sommes toujours pressés, en train de compter les minutes qui s’égrènent toujours trop vite. Dans ce cas, comment pouvons-nous nous engager à rester derrière un automobiliste qui conduit trop lentement ? Eh oui ! Bien que difficile, cet exercice consiste à pratiquer la courtoisie civique mais aussi le respect du code de la route : n’avez-vous pas remarqué qu’en voulant doubler l’autre, on regarde à peine les panneaux de signalisation et les interdictions de doubler ?

9.
REMERCIER LE SEIGNEUR POUR LES CHOSES QUE VOUS NE FAITES PAS TRÈS BIEN

Nous rêvons tous d’avoir toutes sortes de compétences et de talents, nous aimerions être bons dans tous les domaines. Quand ce n’est pas le cas, nous sommes souvent déçus, tristes et en colère. Au lieu de cela, remerciez le Seigneur, car si vous ne savez pas comment faire une chose, vous découvrirez alors des capacités et des talents plus utiles et plus intéressants que ceux que vous persistez à mettre en œuvre habituellement.

10.
DIRE MERCI MÊME QUAND ON CONNAÎT LA RÉPONSE

« Oui, je sais … », « Oui, vous me l’avez déjà dit … » répondez-vous souvent avec une exaspération visible et un ton légèrement hostile. « Ok, merci de me l’avoir dit » pourrait être la bonne phrase à répondre à une personnes qui vous livre une information ou une indication. Attention, il s’agit d’un exercice à pratiquer en travaillant votre timbre de voix et votre expression de visage. Sinon, cela ne marche pas.

COMMUNICATION
Flamingo images - Shutterstock

11.
S'ABSTENIR D'AVOIR LE DERNIER MOT

S’abstenir d’avoir le dernier mot dans sa prochaine conversation animée, voilà un sacré défi. Grâce à votre respiration, vous parviendrez à vous dominer en calmant vos nerfs crispés, en vous taisant et en offrant tout au Seigneur. Essayez de vous engager à pratiquer cet exercice avec vos enfants. C’est une pratique difficile aussi pour eux… En ce qui concerne vos échanges sur les médias sociaux, fermez l’application qui vous accapare trop et, si nécessaire, désinstallez-la. Une fois que vous l’aurez téléchargée à nouveau, l’envie d’avoir et d’écrire le dernier mot aura probablement disparu.

12.
EN CAS DE COMPLIMENTS, DONNER CRÉDIT À DIEU

Chacun de nos talents est un cadeau pour lequel nous devons donnez crédit à Dieu en le remerciant tous les jours. Alors, quelque soit le compliment, qu’il s’agisse d’un travail bien fait, d’une appréciation de l’intelligence ou d’un plat bien préparé, répondez toujours « Je remercie le Seigneur pour ce cadeau ».

13.
SI QUELQU'UN VOUS AGACE, NE LE DIRE À PERSONNE

Se plaindre des autres, c’est un défaut qui concerne beaucoup de personnes si ce n’est tout le monde. Qui ne se s’est jamais plaint de personne ? Dans ce genre de situation, essayez de garder vos remarques pour vous, et oubliez au moins un instant ce qui s’est passé.

14.
DANS UNE CONVERSATION, SE LAISSER INTERROMPRE

Acceptez que vos propos ne soient pas les plus importants du monde et que votre opinion n’est pas celle du Juge suprême ! Rien de meilleur parfois que de laisser les autres s’exprimer jusqu’au bout, et d’observer que la relation avec eux s’enrichit plus de votre écoute que de votre parole.

15.
FAIRE UNE PLACE AU SEIGNEUR DANS SON QUOTIDIEN

Dimanche prochain, programmez votre minuteur afin qu’il sonne toutes les demi-heure. Quand il sonnera, arrêtez ce que vous faites et… récitez le Notre Père. Pour une meilleure pratique de la charité, rien de tel que de s’interrompre régulièrement pour prier. Grâce au minuteur, vous ne risquez pas d’oublier. Vous découvrirez rapidement qu’en fait, on peut toujours s’aménager des temps de prière en pleine journée. Et si la sonnerie intervient au moment où vous êtes engagé dans quelque chose qui ne peut pas être différé, imposez-vous de ne pas déroger à cette règle plus de deux fois dans cette journée.

En images : les conseils des grands saints pour passer de l'arrogance à l'humilité
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]