Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Pourquoi la Vierge Marie a-t-elle autant de noms ?

Partager

Alors que l’Église catholique s’apprête à célébrer le 15 août l’Assomption de Marie, la rédaction d’Aleteia s’est intéressée aux nombreux noms donnés à la mère de Dieu.

Présence attentive et accueillante, la Vierge Marie occupe une place toute particulière dans le cœur des croyants. « Les fidèles ont spontanément recours à la Vierge Marie, en qui ils reconnaissent leur Mère dans le domaine spirituel et leur Avocate patentée auprès de Dieu », confie à Aleteia Mgr Dominique Le Tourneau, auteur du Dictionnaire encyclopédique de Marie et du Guide des sanctuaires mariaux de France. Si cinq mois de l’année lui sont tout particulièrement consacrés, la Vierge Marie répond également à de nombreux noms : mère de Dieu, Immaculée conception, Ève nouvelle, Notre-Dame… « La liturgie lui en attribue déjà un certain nombre », détaille Mgr Le Tourneau. « Les seules messes votives de la Sainte Vierge en contiennent 366 ! ».

Marie la bien nommée

Au-delà de ceux attribués par la liturgie, « la piété populaire s’est chargée de lui en forger à partir de différents domaines d’activités », souligne le prêtre. Il y a ainsi ceux liés aux phénomènes naturels (Madone de la foudre, Sainte Marie des neiges), au corps humain (Madone du doigt, Madone de la sueur), à la maladie et à la santé (Madone des infirmes, Madone de la toux, Sainte Marie du médecin), au monde animal (Madone de la fourmi, Madone des chevaux), aux fleurs et aux fruits (Sainte Marie du lys, Madone de la poire, Sainte Marie des vignes), aux caractéristiques physiques du territoire (Madone de la colline des vents, Madone du terrain plat) et enfin ceux liés aux relations humaines (Madone du reproche, Madone de la réconciliation). À ces noms-là on peut encore ajouter Notre-Dame-de-la-Course-landaise à Bascons, Notre-Dame-du-Rugby à Larivière-sur-Savin, Notre-Dame-du-Cyclisme à Labastide-d’Armagnac, toutes trois dans les Landes, ou encore Notre-Dame-de-l’Écologie à Galiffa, en Catalogne.

Lire aussi : La piété mariale est-elle facultative ?

« Les apparitions de la Vierge Marie ont contribué à développer des titres particuliers liés au sanctuaire alors érigé ou au lieu de l’apparition », reprend Mgr Dominique Le Tourneau. « On peut mentionner à titre d’exemple les différentes Notre-Dame-de-Bon-Secours, Notre-Dame-de-Toutes-Aides, Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle, Notre-Dame-de-Toutes-Grâces, Notre-Dame-de-la-Délivrande, Notre-Dame-de-Bon-Espoir, Notre-Dame-de-Miséricorde, Notre-Dame-de-la-Santé, Notre-Dame-des-Victoires, Notre-Dame-des-Miracles, Notre-Dame-des-Neiges, Notre-Dame-des-Vertus, Notre-Dame-de-Bonne-Garde, Notre-Dame-de-la-Sainte-Espérance, sans compter les Notre-Dame-de-l’Assomption ou Notre-Dame-de-la-Nativité ».

Les litanies de Lorette

Adressées à la Vierge Marie sous ses différents vocables et titres, les litanies de Lorette donnent également un aperçus des nombreux noms donnés à la Vierge Marie. « Elles ont été enrichies au fil du temps en fonction des circonstances : après la victoire de Lépante sur les Turcs, saint Pie V y ajoute l’invocation “Secours des chrétiens”, après la promulgation du dogme de l’Immaculée Conception, Pie IX y incorpore “Reine conçue sans le péché originel”. Léon XIII l’enrichit en 1905, de “Reine du très saint Rosaire” et de “Mère du bon conseil” », indique également l’auteur du Dictionnaire encyclopédique de Marie. « Nous devons à Paul VI la mention de “Mère de l’Église” et à saint Jean Paul II celle de “Mère de la famille” ».

Lire aussi : La Vierge Marie, première collaboratrice de Dieu

À tous ces noms on peut également ajouter ceux des causes qu’elle patronne. « Il semble assez normal pour ne pas dire logique que les enfants de Dieu que nous sommes se tournent spontanément vers leur Mère en quête de protection », reprend Mgr Dominique Le Tourneau. « C’est ce que les artistes ont exprimé avec bonheur sous les formes variées de la Vierge de Miséricorde, qui tient son manteau bleu grand ouvert pour abriter le peuple chrétien et le préserver ainsi des assauts de l’ennemi infernal. » Plusieurs pays portent également un titre marial : c’est le cas de la France (« Royaume de Marie »), mais aussi de la Colombie (« terre de la Vierge, jardin marial »), de Ceylan (Notre-Dame-de-Lanka), de l’Ouganda (« Règne de Marie ») ou encore de la Russie (« Apanage alloué à la Mère de Dieu »).

« Les titres marials sont innombrables »

Au total, combien Marie a-t-elle de noms ? « Nul ne peut répondre à cette question. Les titres marials sont innombrables. L’on peut s’en faire une idée aux exemples cités ci-dessus. « Rien qu’en Catalogne, nous rencontrons plus de 1.000 vocables marials distincts. Il s’en crée encore de nos jours comme Notre-Dame-d’Arabie en 2011 ou encore Notre-Dame-de-l’Ovalie en 2019 », affirme Mgr Le Tourneau, qui y voit « un signe excellent de la santé spirituelle du peuple chrétien ».

« Étant donné que Dieu a voulu faire passer toutes les grâces qu’il nous octroie par les mains de la Vierge Marie, il s’impose à nous de la prier avec ferveur et constance, comme un enfant s’adresse à sa mère parfois pour lui demander la lune, sans se poser de question quant à la possibilité de voir ses demandes exaucées », précise-t-il. « De ce fait, le recours à la Sainte Vierge est un phénomène universel ».

Découvrez les célébrités attachées à la Vierge Marie :
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]