Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 28 septembre |
Saints Laurent Ruiz et 15 compagnons

Apocalypse Now

La Photo du Jour | Mon May 09 2016

AFP

L'Alberta s'embrase et c'est la fin d'un monde pour l'écologie et l'industrie pétrolifère canadienne.

Depuis sept jours, un gigantesque incendie ravage la région de la petite ville de fort Mcmurray dans l’Ouest canadien.

Véritable monstre de flammes, ce fléau déjà baptisé « la bête » par les pompiers, a déjà carbonisé 200 000 hectares, soit une zone équivalente à 20 fois la superficie de Paris.

Plus de 1600 bâtiments ont été détruit tandis que des villes entières sont encore menacées obligeant 100 000 personnes à quitter les lieux.

Certaines flammes atteignent 30 mètres, les fumées quant à elles couvrent une vaste zone et sont observables depuis l’espace.

Malgré des vents soufflant à plus 60 km/h, la pluie et la baisse des températures attendues pour la fin de journée pourraient devraient avoir raison des flammes.

La fin d’un modèle ?

À Fort McMurray, au nord-ouest du Canada, Les compagnies pétrolières font la loi depuis longtemps, au mépris de l’environnement, et des peuples autochtones dont elles détruisent le territoire.

Le pompage du pétrole en Alberta a conduit le Canada à se retirer du protocole de Kyoto sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre en 2011 tant son extraction produit de gaz à effet de serre, l’éloignant irrémédiablement des objectifs imposés par l’ambitieuse initiative internationale.

Il y a dix ans déjà, quinze peut-être, que l’exploitation des sables bitumeux de l’Alberta, troisième réserve mondiale, a débuté. « Rentable » du seul point de vue économique quand le baril de brut s’échangeait à 100 dollars, puits sans fond quand il plafonne à 35. Les conséquences écologiques de ce vaste champ d’exploitation à ciel ouvert grand comme l’Amazonie se faisaient déjà sentir sur la biodiversité, la pollution des nappes phréatiques, les taux d’empoissonnement au plomb et à l’arsenic relevés chez les poissons des rivières… Elles ont franchi un cap mortel pour le pays, sa terre, ses hommes.

Les investissements des compagnies pétrolières ont été divisés par quatre en 2016 dans l’Alberta par rapport au pic de 2014. La catastrophe fait craindre à présent une crise économique dans la région où la production va s’affaisser de moitié. Le taux de chômage y est repassé au-dessus de la moyenne nationale canadienne au début de l’année sur fond de suppression massive d’emplois : un travail sur deux créé en 2014 a disparu.

Devant le saccage des ressources de la planète et la spoliation de ses habitants les plus faibles et les plus pauvres (ici, les indiens autochtones) par des groupes industriels cupides visant la rentabilité à très court terme ou des responsables politiques prompts à satisfaire une clientèle au mépris de l’environnement et de leurs propres administrés, les récents propos du pape François et sa lettre encyclique n’apparaissent que plus justes et plus prophétiques.

Tags:
ApocalypseincendieVatican
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Caroline Moulinet
Ce geste tout simple à faire lorsque tout va de travers
2
Dressing Club
Marzena Devoud
Le Dressing Club, la meilleure adresse pour dénicher sa robe de m...
3
184833616
Marzena Devoud
Que dire à un proche en fin de vie ? Sept pistes pour vivre ce te...
4
Cecilia Pigg
Les astuces des grands saints pour bien dormir
5
Anna Ashkova
Prière à saint Côme et saint Damien pour demander une guérison
6
WEB2-AD LIMINA-VISIT-AFP-000_9MK7MX.jpg
Agnès Pinard Legry
Ce qu’a dit le pape François aux évêques français
7
MATTHEW CARAVAGGIO
Abbé Gaëtan de Bodard
Comment le Seigneur veut la première place dans nos vies
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement