Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 25 janvier |
Conversion de Saint Paul
home iconActualités
line break icon

Chine/Hongkong : un mois de « Révolution des parapluies »

Eglises d'Asie

Eglises d'Asie - Publié le 28/10/14

Après un mois de manifestations ininterrompues, qu’ont obtenu les étudiants ? Déjà un profond changement des relations entre le gouvernement central à Pékin et la « région administrative spéciale » de l’île.

 Le plus grand mouvement de contestation qu’ait jamais connu Hongkong est-il condamné à céder face à Pékin ? Qu’ont obtenu les étudiants, qui ce mardi soir encore, 28 octobre, se sont réunis par milliers afin de marquer un mois de manifestation ininterrompue  et d’observer 87 secondes de silence en souvenir des 87 salves de gaz lacrymogène tirées par les policiers le 28 septembre dernier ? C’est ce que tente d’analyser Willy Lam (1), dont le texte ci-dessous a été mis en ligne en langue anglaise le 23 octobre dernier sur le site de la Jamestown Foundation, think-tank basé aux Etats-Unis.
La traduction –qui sera publiée en deux parties – est de la rédaction d’Eglises d’Asie.

Hongkong après la Révolution – Première partie
par Willy Lam

Les manifestations pour la démocratie qui se poursuivent encore à Hongkong – connues aujourd’hui sous le nom de « mouvement Occupy Central » ou de « Révolution des parapluies » ont d’ores et déjà changé profondément les relations entre le gouvernement central à Pékin et la Région administrative spéciale (RAS) [de Hongkong].

Pour la première fois depuis la rétrocession de Hongkong à la Chine en 1997, des centaines de milliers d’habitants sont descendus dans la rue pour faire entendre leur opposition à la mainmise de Pékin sur le système politique de la RAS. Bien plus significatif encore, cette manifestation du « pouvoir du peuple », aussi inattendue que véhémente, a forcé Pékin à reconnaître les limites de « l’exception chinoise », celle qui part du principe que le parti communiste chinois avait le droit d’ignorer les valeurs universelles et que les pays étrangers n’avaient pas à s’immiscer dans les affaires intérieures du pays.

Des dizaines de personnalités de Chine continentale ont exprimé leur soutien aux militants de Hongkong tandis que des médias et des hommes politiques étrangers ont appelé le gouvernement de Xi Jinping à répondre aux demandes des manifestants étudiants de la SAR. Si les autorités chinoises sous la férule du président Xi décident d’écraser la rébellion à Hongkong et sur le continent, elles révèleront  alors clairement au monde la voie politique que le président chinois entend suivre pour poursuivre sa rapide ascension en tant que superpuissance.

Pour un autre système politique à Hongkong

Le principal défi que les militants de Hongkong – dont la majorité est formée d’étudiants et de lycéens -, pose à Pékin peut être mieux compris à la lumière des changements politiques qui ont concerné la SAR. A première vue, la campagne menée par les étudiants d’Occupy Central est une protestation contre la décision unilatérale et autoritaire prise en août dernier par le Congrès national du peuple au sujet du processus d’élection du chef de l’exécutif à Hongkong, système qui doit être effectif en 2017 (Xinhua, 31 août 2014).

Alors que ce processus électoral était présenté comme une élection au suffrage universel sur la base du système « une personne, une voix », Pékin avait en réalité mis en place un comité de sélection (Nomination Committee) comprenant 1 200 représentants principalement pro-Pékin, chargé de choisir les candidats. Avant de pouvoir se présenter en tant que candidat à l’exécutif, les politiciens doivent ainsi tout d’abord obtenir à plus de 50 % l’appui des membres de ce comité électoral. Selon l’avocat pro-démocrate et ancien président du Barreau de Hongkong, Alan Leong, « il s’agit d’un système électoral de style nord-coréen », ce qui est à l’opposé des promesses de « haute autonomie » qui avaient été faites [par Pékin] à Hongkong. (Singtao Daily [Hong Kong], 2 sept 2014 ; Associated Press, 31 août 2014).

  • 1
  • 2
Tags:
chinehongkong
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
WEB2-Farah Shaheen-ACN
Agnès Pinard Legry
Pakistan : Farah, chrétienne de 12 ans, enlevée, violée et réduit...
2
Cerith Gardiner
Mariée pendant la pandémie, elle choisit ses grands-mères comme d...
3
clocher-peigne
Caroline Becker
Vous aussi, vous avez un clocher-peigne près de chez vous ?
4
Domitille Farret d'Astiès
Sans-abri, "Neneuil" a eu une fin de vie royale
5
Jérôme Lejeune
Timothée Dhellemmes
"L'intelligence de Jérôme Lejeune était orientée vers la vérité"
6
jeunesse et covid
Jeanne Larghero
Face au coronavirus, jouer la sécurité ou tenter le risque ?
7
PRIEST,ROMAN,COLLAR
Agnès Pinard Legry
Comment savoir si un prêtre… est vraiment prêtre ?
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement