Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 26 juillet |
Saints Anne et Joachim
home iconActualités
line break icon

Chine : toujours autant d’avortements forcés

Solène Tadié - Associated Press - Eglises d'Asie - Sky News - Libération - Publié le 16/01/14

Malgré l’assouplissement annoncé de la politique de l’enfant unique, les avortements forcés se poursuivent en Chine.

Le nouveau gouvernement du président Xi Jinping a récemment annoncé l'assouplissement de la politique de l'enfant unique, 33 après sa mise en place sous Deng Xiaoping, le 25 septembre 1980. La mesure faisait partie des principales décisions annoncées le 15 novembre dernier, à l’issue du 3ème plénum du Comité central du XVIIIème Congrès du Parti communiste, qui s’est tenu à huis clos du 9 au 13 novembre dernier à Pékin.

Le sujet ne faisait toutefois l'objet d'aucune décision, soulignait la presse officielle. Mais quelques jours plus tard, le ton était donné. Églises d’Asie a en effet rapporté une déclaration de Wang Pei’an, numéro deux de la Commission nationale pour la santé et le planning familial, précisant que le calendrier de sa mise en place n’avait pas encore été fixé et qu’elle « ne serait pas le prélude à un abandon de la politique de l’enfant unique, voire même à de futurs nouveaux assouplissements de celle-ci ».

Pourtant, les affaires rapportées dans la presse ces dernières années n’ont pas manqué de scandaliser l’opinion mondiale, à commencer par les Chinois eux-mêmes. En juin 2012, la photographie d’une femme chinoise aux côtés de son fœtus de sept mois sanguinolent avait fait le tour de l’Internet chinois. Feng Jianmei, la maman, ne pouvait payer les 4200 euros d’amende que l’administration lui réclamait pour son enfant « en trop » et avait été dès lors contrainte d’avorter, puis de signer un document attestant de son accord pour l’intervention. Les témoignages de ce type sont légion sur Internet. Plus récemment, en octobre dernier, Sky Newslivrait celui de Liu Xinwen, réveillée au beau milieu de la nuit, conduite de force à l’hôpital et contrainte d’avorter. Elle était enceinte de six mois, mais de son deuxième enfant elle aussi… Son mari avait ensuite subi des menaces pour la contraindre à signer le fameux papier attestant qu’elle avortait de son plein gré.

Malgré les signes encourageants émis par l’administration Xi Jinping en novembre dernier, une nouvelle intervention tout aussi barbare dans la région du Hunan a ruiné la santé mentale d’une jeune femme de 25 ans, qui était également enceinte de sept mois.
Et si le Gouvernement central condamne les abus de la part des autorités locales, il leur demande néanmois d’appliquer les politiques de planification familiale. « Le système n’a pas du tout changé », a déclaré Liang Zhongtang, démographe de l’Académie des Sciences Sociales de Shanghai, à Associated Press. « Il est toujours interdit d’avoir plus d’enfants que ne le permet le Gouvernement, et il est par conséquent inévitable d’avoir à contraindre les femmes à l’avortement lorsqu’elles désirent avoir des enfants qui ne sont pas autorisés par le Gouvernement ».

Au-delà des souffrances humaines indicibles, les démographes chinois dénoncent les effets pervers de cette politique sur l’équilibre social et démographique. En 2005, les statistiques faisaient état d’une moyenne de 119 garçons à la naissance pour 100 filles (là où le ratio naturel est de 105 garçons pour 100 filles). De 1980 à nos jours, il serait ainsi né 38 millions d’hommes de plus que de femmes. Aujourd’hui, ce sont plusieurs dizaines de millions de jeunes hommes qui ne trouvent pas à se marier, des millions de femmes manquant à l’appel. Les démographes soulignent également le vieillissement accéléré de la population chinoise : les plus de 60 ans représentaient 12,5 % de la population en 2009, formant un groupe de 167 millions de personnes ; en 2050, ils devraient être 438 millions, à la charge d’une population en âge de travailler qui ne croît pas au même rythme.

Tags:
chinePolitique
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
LATIN MASS
Timothée Dhellemmes
Traditionis Custodes : les réactions se multiplient
2
La rédaction d'Aleteia
Traditionis Custodes : l’appel de jeunes « tradis » au pape...
3
Lauriane Vofo Kana
La délicate mise en oeuvre du pass sanitaire dans les lieux de cu...
4
MSZA TRYDENCKA
Mgr Dominique Rey
« Nous devons tous recevoir “Traditionis Custodes” dans l’obéissa...
5
Freya and Dad
Cerith Gardiner
La vidéo d’une fillette de 10 ans dansant avec son papa dev...
6
La rédaction d'Aleteia
Traditionis Custodes, tout le monde en parle, mais qui l’a ...
7
Lauriane Vofo Kana
Hugo, 17 ans, l’organiste épatant de TikTok
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement