Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mardi 05 mars |
Sainte Olive
Aleteia logo
Tribunes
separateurCreated with Sketch.

Lettre à un ami gêné par « Fiducia supplicans »

Article réservé aux membres Aleteia Premium
Pope Francis presides over the celebration of the Palm Sunday 2023

Antoine Mekary | ALETEIA

Jean-Miguel Garrigues, op. - publié le 26/12/23

Interpellé par un ami qui s’interroge sur une possible bénédiction de couples en situation irrégulière, le théologien Jean-Miguel Garrigue lui répond : il ne s’agit pas de bénir un "lien" pseudo-conjugal, mais d’implorer Dieu pour la purification d’une relation appelée à grandir jusqu’à la charité divine.

Cher ami, à propos du texte magistériel Fiducia supplicans, qui vous tourmente, vous m’écrivez : « Ce qui me gêne ici ce n’est pas bien entendu la bénédiction des personnes… c’est la bénédiction de l’entité couple. » Et vous ajoutez : « Il me semble que le salut est personnel. » À cela je réponds : il est certes personnel, mais pas purement individuel, car la personne humaine est un être de relation, sur le plan anthropologique comme sur celui infiniment profond de la Communion des saints. Pourquoi l’Église devrait-elle s’interdire de bénir, non pas l’union homosexuelle comme telle, mais la relation de deux personnes qui veulent faire ensemble, pour le pire (l’irrégularité de leur union) mais aussi pour le meilleur, leur chemin vers l’amour de charité, c’est-à-dire vers Dieu ?

Purifier une relation

Tous les soignants et les prêtres qui nous sommes occupés de sidéens, à l’époque où le sida tuait inexorablement, pouvons témoigner de tant de cas où l’un des deux compagnons a soigné l’autre avec un dévouement admirable jusqu’à sa mort. L’un d’eux m’a dit avoir vécu avec son compagnon, avec qui tout rapport sexuel était désormais impossible, « leurs plus beaux moments d’amour ». Il ne s’agit pas de bénir unlien pseudo-conjugal, et c’est pour cela que le texte exige que cette bénédiction n’utilise pas le rite liturgique du mariage et qu’elle n’ait pas de lien avec un mariage civil. Il s’agit néanmoins d’implorer l’aide de Dieu pour le devenir d’une relation qui, bien que dans une « situation irrégulière »,peut se purifier et grandir jusqu’à la charité divine en devenant de plus en plus oblative.Comme dit l’exhortation Amoris lætitiaau n. 305 : 

L’attitude que l’on appelle en théologie morale « tutioriste » (« la plus sûre car la plus dure » se lamentait déjà saint Augustin) est obnubilée par la dimension pédagogique que doivent avoir avant tout pour elle les comportements officiels de l’Église. Elle interdisait jusqu’au concile Vatican II la sépulture chrétienne aux suicidés et au XVIIe siècle aux gens de théâtre comme Molière. Aux premiers siècles, elle voulait qu’on s’interdise de réconcilier par la pénitence ceux qui avaient abjuré pendant la persécution (lapsi). Elle redoute à chaque fois le mauvais usage que l’on pourrait faire de la miséricorde de l’Église, au risque de faire de celle-ci « une Église des purs » au lieu de cette « nasse mêlée » (Mt 13, 47-48) dont parle le Christ.

Ce nouveau texte magistériel est un nouveau pas sur le chemin d’une Église qui se doit d’être avant tout un témoin de la Miséricorde de Dieu.

Aussi Fiducia supplicans prend-elle des précautions : pas de bénédiction liturgique et pas de lien avec le mariage civil. Mais ce nouveau texte magistériel est néanmoins un nouveau pas sur le chemin d’une Église qui se doit d’être avant tout un témoin de la Miséricorde de Dieu. N’avons-nous tous pas eu, parmi nos proches ou nos amis, des cas, dans le domaine sexuel et dans celui du don de la vie, où nous n’avons pas souhaité voir s’appliquer la loi morale dans toute sa dureté, celle-là même que nous réclamons pédagogiquement quand il s’agit des autres ?

L’assistance de l’Esprit saint

Ne vous laisser pas troubler par des soupçons distillés par certains médias, François est le successeur de Pierre à la tête de l’Église de Rome pour le bien de toute l’Église catholique. Ses défauts personnels ne sauraient entraver l’assistance que son magistère doctrinal (à la différence de son rôle de juge et de gouvernant) reçoit de l’Esprit saint selon la promesse du Christ : « Tu es Pierre et sur cette Pierre je fonderai mon Église [la mienne non la tienne] » (Mt 16,18). Voilà qui doit fonder en Dieu votre foi autrement plus solidement que nos diverses sensibilités et opinions.

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
BénédictionFiducia supplicansHomosexualitéPape FrançoisVatican
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Faites du soutien de notre mission votre effort de Carême 2024.

Notre mission ? Offrir une lecture chrétienne de l’actualité et transmettre l’espérance du Christ sur le continent numérique.

Nous sommes les missionnaires du XXIème siècle : accompagnez-nous par vos dons !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts.

(avec déduction fiscale)
ASSISE-Ictus-x-Aleteia.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement