Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Jeudi 29 octobre |
Saint Jude
home iconTribunes
line break icon

Le principe de subsidiarité, condition du bien commun

CLASSROOM

Sunkids - Shutterstock

Jean-Yves Naudet - Publié le 29/07/19

LE BIEN COMMUN (3/7). L’épanouissement intégral des personnes et des groupes dépend très largement de l’application des principes de subsidiarité et de solidarité.

Pour parvenir au bien commun, un certain nombre de conditions sociales sont requises, en rapport avec les principes de la doctrine sociale de l’Église : on doit favoriser la liberté responsable par l’éducation, le principe de subsidiarité, l’exercice de la solidarité assurant un revenu décent à chacun, et avoir le souci des générations futures. Enfin, le bien commun a aussi une dimension spirituelle fondamentale, comme le soulignait saint Thomas d’Aquin.

L’éducation à la liberté responsable

Parmi ces conditions, l’éducation est prioritaire, qui joue un grand rôle dans l’épanouissement des personnes et leur apprentissage d’une liberté responsable. C’est là que l’on voit que la notion de « bien commun » est aussi liée à la notion de « subsidiarité ». En matière d’éducation, il est clair que les familles sont les premières responsables de l’éducation qui permettra le plein épanouissement de leurs enfants. Mais cela nécessite des conditions qui peuvent aller au-delà de la famille elle-même. Par exemple, le libre choix de l’école des enfants par les parents peut nécessiter des conditions financières qui, selon le principe de subsidiarité, remontent, par exemple, à des associations, à une collectivité locale ou même à l’État. On peut ainsi assurer ces conditions financières par des systèmes d’association, par des fondations, par des bourses privées ou publiques, par des chèques ou bons scolaires, etc.


EDUCATION

Lire aussi :
Des pistes pour éduquer des chrétiens responsables

Cette liberté responsable, condition du bien commun, concerne aussi le secteur économique, où elle a toute sa place, comme l’ont montré toutes les encycliques sociales. La subsidiarité doit en effet s’appliquer dans la vie économique comme dans les autres domaines pour favoriser le bien commun.

Un revenu décent

Autre condition du bien commun, précisément liée à cette vie économique : recevoir un revenu décent, que chacun doit recevoir en premier lieu par son salaire ou par son activité d’entrepreneur, etc., favorisée par le « droit à l’initiative économique », selon l’expression de Jean Paul II. Ce droit est lui-même une condition du bien commun. Mais on voit bien, là aussi, que l’élément individuel peut ne pas suffire, par exemple en raison du chômage, de la vieillesse, de la maladie, d’un handicap, etc.,  et que, à nouveau selon le principe de subsidiarité, le bien commun peut nécessiter une intervention d’un niveau supérieur pour assurer la solidarité qui va permettre à chacun d’avoir un revenu décent favorisant son plein épanouissement : solidarité privée (associative, caritative, de proximité), assurances sociales, solidarité publique via la redistribution…


bien commun; terre

Lire aussi :
Le bien commun vise le développement intégral de la personne

Le souci des générations futures

Le pape François le redit dans Laudato Si’ au paragraphe 159 : le souci des générations futures suppose d’agir pour la préservation de la planète entière, pour la préservation des ressources non renouvelables aussi. On peut penser également au souci des conditions d’existence : le bien commun conduit alors, par exemple, à ne pas transmettre aux générations suivantes une dette publique excessive dont le remboursement pénaliserait leurs conditions d’existence. La prise en compte du bien commun nécessite enfin un souci de l’existence même des générations à venir, de leur venue à la vie, et donc nécessite le respect de la vie humaine dès sa conception.

Une dimension spirituelle

Enfin, si l’autorité politique ne peut pas se substituer aux personnes et aux groupes (y compris évidemment aux groupes religieux) pour permettre le développement spirituel de chacun et pour lui permettre de rejoindre le but ultime du bien commun (ou sa dimension la plus élevée), qui est Dieu lui-même, l’État doit veiller aux conditions de cet épanouissement spirituel, à la fois pour chacun et pour la société tout entière, en veillant à la liberté religieuse.


Foule dans la rue

Lire aussi :
Le bien commun, premier principe de la doctrine sociale de l’Église

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Tags:
bien communQuestions de fond
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Domitille Farret d'Astiès
Elles ont appris à les aimer : ces ...
statue de femme les yeux bandés
Mgr Benoist de Sinety
Dans nos aveuglements, le diable montre son v...
Mathilde de Robien
Franz et Franziska Jägerstätter, un couple un...
NIEMOWLĘ
Mathilde de Robien
Ces prénoms féminins qui portent en eux le sc...
Timothée Dhellemmes
En Europe, les lieux de culte se reconfinent ...
belle mère et belle fille
Jeanne Larghero
S’embrouiller avec sa belle-mère en trois leç...
KOMUNIA ŚWIĘTA
Mathilde de Robien
A.R.D.O.R., un bel acrostiche pour savoir com...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement