Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Frère Giuseppe a eu le privilège de connaître personnellement six saints

Frei Giuseppe Ungaro
Partager

Décédé à 99 ans le 22 mai 2019, frère Giuseppe, un franciscain italien, a eu une vie bien remplie. Au cours de sa longue existence il a en effet connu personnellement six saints.

C’était incontestablement un homme de relations. Entendons-nous bien : c’est de relations spirituelles qu’il s’agit. Frère Giuseppe Ungaro, un franciscain italien, est décédé le 22 mai dernier à l’âge honorable de 99 ans — même s’il tenait à dire qu’il avait 100 ans car il comptait les neuf mois passés dans le ventre de sa mère. Jugez plutôt. Au cours de sa longue existence, il a connu personnellement… pas moins de six saints !

De Paul VI à Padre Pio

Qui sont-ils ? Le pape Jean XXIII, le pape Paul VI et le pape Jean Paul II, rencontrés lors de visites à la basilique Saint-Antoine de Padoue dont il est resté le recteur durant 47 ans ; saint Léopold Mandic, un capucin d’origine croate qui avait dédié sa vie à la confession et qu’il décrivait comme « un homme d’une grande humilité, sensible aux autres et d’une grande sagesse » ; saint Maximilien Kolbe, martyr du nazisme allemand assassiné dans le camp de concentration d’Auschwitz, qui était également franciscain, ce qui avait permis à frère Giuseppe de le rencontrer à plusieurs reprises ; et enfin Padre Pio, le saint capucin, qu’il a rencontré pendant la Seconde Guerre mondiale alors qu’il était curé à Sabaudia, dans le Latium, en Italie centrale.

Lire aussi : La sainteté pour les nuls

Nul ne saurait dire si frère Giuseppe sera un jour reconnu saint par l’Église ni s’il figurera dans le calendrier romain. Mais une chose est certaine. Ce gentil moine se levait chaque jour à 3h30 pour adorer le Saint-Sacrement, avant de célébrer la messe et de rendre visite à des familles démunies. Même la ville de Padoue a reconnu son engagement au service des autres. On dirait bien qu’il a vécu l’Évangile à 100%.

Quel est le saint patron de votre région ?
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]