Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

La sainteté pour les nuls

PRAYER
Tomsickova Tatyana - Shutterstock
Partager

La sainteté, c’est une question d’accueil et d’amour, non de perfection et de performance.

Le Carême semble un bon temps pour réfléchir sur la sainteté, qui est toujours une expérience de la miséricorde divine. L’invitation est lancée au lundi de la première semaine : « Soyez saints, car moi, le Seigneur votre Dieu, je suis saint » (Lévitique 19, 2). À la fin de cette première semaine, Jésus reprend l’invitation comme en écho : « Vous donc, vous serez parfaits comme votre Père céleste est parfait » (Mat 5, 48). Mais que signifie être saint, est-ce synonyme de perfection et de canonisation ?

Si l’habit ne fait pas le moine, la canonisation ne fait pas tous les saints. Et pourtant, « nous sommes tous appelés à la sainteté » (Vatican II). La sainteté relève de notre être baptismal, la canonisation vient de l’Église. Lorsque nous regardons de quoi nos journées sont faites, personne ne pense être canonisé. Ne marchons-nous pas sur le chemin de la sainteté avec nos imperfections ? Voici quelques réponses simples aux questions que nous nous posons sur la sainteté :

Qu’est-ce que la sainteté ?

La sainteté, c’est Dieu en nous ; c’est accueillir son amour. C’est une question d’accueil et d’amour, non de perfection et de performance. Est saint celui ou celle qui aime, pardonne, prie, en prenant la voie de la confiance en Dieu, comme l’a bien montré Thérèse de Lisieux.

Qui peut devenir saint ou sainte ?

Nous sommes toutes et tous créés à l’image de Dieu, baptisés dans la mort et la résurrection du Christ. Dieu seul est saint, mais il nous appelle chacun et chacune à la sainteté, à l’accueil de sa miséricorde dans nos blessures et faiblesses. Certaines personnes sont reconnues officiellement par l’Église.

Y a-t-il une méthode particulière ?

Pas vraiment. François de Sales disait que l’Évangile doit être la règle de vie et l’amour, l’unique méthode. Il n’est pas nécessaire d’avoir tel style de vie pour se sanctifier. L’important est d’accomplir son devoir d’état le mieux possible en unissant notre volonté à celle de Dieu. La sainteté jaillit de la vie.

Pourquoi l’Église canonise-t-elle ?

Pour nous donner l’occasion de célébrer la victoire du Christ dans telle personne. Nous avons besoin de modèles qui soient près de nous et qui nous aident à vivre. Les saintes et les saints sont des amis qui éclairent, des protecteurs qui intercèdent pour nous.

Pourquoi si peu de couples sont canonisés ?

Le processus vers la canonisation prend du temps et coûte cher. Il faut dire qu’avant Vatican II, l’Église a trop « cléricalisé » la spiritualité chrétienne, canonisant surtout des prêtres, des religieux, des vierges. Pourtant, la vie de couple et de famille est aussi un chemin de sainteté dans le quotidien. Les réalités conjugales et familiales (conjoint, enfant, sexualité, métier, maison, quartier, école, repas, loisir…) sont des lieux de la sainteté, c’est-à-dire de l’accueil et de l’amour. Signalons que le pape François a canonisé en tant que couple Louis et Zélie Martin. Plusieurs autres couples et laïcs le seront aussi.

Pourquoi s’intéresser aux saints et saintes ?

Parce que leur exemple donne de l’espérance. Nous ne sommes pas seuls à croire en Dieu. C’est encourageant de savoir que des gens comme nous sont près de Dieu et qu’ils nous accompagnent ici-bas, nous tirent en avant, nous conduisent au Christ. Nous n’avons pas à les copier, mais à imiter l’amour ardent qu’ils ont pour le Seigneur. Le curé d’Ars disait : « Je fais volontiers une belle place aux saints ici-bas pour qu’ils me fassent une petite place au ciel. »

Pourquoi prier les saints et saintes ?

Jésus s’est fait homme pour nous sanctifier. Ses parents, ses apôtres, les saints et les saintes, font partie de la même famille que nous, de la communion des saints. Ils nous réconfortent dans l’espérance, puisqu’ils ont vaincu la mort avec le Christ. Ils nous aident à traverser les épreuves de la vie. En les priant, nous exprimons notre confiance et notre relation en un Dieu proche, intime, vivant dans ses témoins. Avec eux, nous devenons des amis de Dieu.

Pour en savoir plus :

Comment devenir saint ?, par Jacques Gauthier, Novalis, 2019.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]