Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Aleteia

Qui sont les quatre seules femmes à être déclarées docteurs de l’Église ?

Saint doctor church
ST. CATHERINE DE SIENNE Lionel AMANS/CIRIC Sainte Thérèse d’Avila - Sainte Thérèse de l’enfant Jésus - Sainte Hildegarde de Bingen | Wikipedia
Partager
Commenter

Sur les 36 docteurs de l'Église, on dénombre quatre femmes. Il ne pouvait en être autrement pour Thérèse d’Avila, Catherine de Sienne, Thérèse de Lisieux et Hildegarde de Bingen.

Il y a actuellement 36 docteurs de l’Église. Ils sont tous saints et considérés comme des témoins remarquables de la doctrine que ce soit par leur œuvre ou par leur influence dans le monde. Mais quatre seulement sont des femmes, l’Église n’ayant commencé à leur accorder ce titre que dans les années 1970. Quatre femmes dont la vie et le rayonnement de leur enseignement ont fini par avoir raison d’un petit cercle d’hommes, les seuls auxquels étaient réservées jusqu’ici l’éducation et l’étude dans l’Église.

Parmi elles, la française Thérèse de Lisieux qui a été proclamée docteur de l’Église en 1997 après sainte Thérèse d’Avila et sainte Catherine de Sienne. Mais c’est à elle, d’une certaine façon, que l’on doit ce changement notable, aussitôt après sa canonisation, en 1925. Elle qui, de son vivant, avait confié « Je me sens la vocation de guerrier, de Prêtre, d’Apôtre, de Docteur, de Martyr (…) Malgré ma petitesse, je voudrais éclairer les âmes, comme les prophètes, les Docteurs… »  (B2°v-3r°).

Plusieurs laïcs, prêtres, évêques avaient alors lancé l’idée de lui attribuer le titre. Sans succès. Jusqu’à ce que les critères de sélection soient revus dans les années 1960. Arrivèrent ainsi les premières attributions féminines par Paul VI en 1970 : d’abord à sainte Thérèse d’Avila, en septembre, puis à sainte Catherine de Sienne, en octobre. Puis enfin à sainte Thérèse de Lisieux (1997) et plus récemment à sainte Hildegarde de Bingen (2012). Aleteia vous les présente.

Sainte Thérèse d’Avila, une véritable maîtresse de vie chrétienne

Saint Teresa of Avila
Wikipedia

Sainte Thérèse de Jésus, dite d’Avila (1515-1582), entrée au carmel à 20 ans, a un tempérament très marqué. Elle connaît des expériences mystiques et entreprend la réforme de l’Ordre qui deviendra la nouvelle règle de vie dans tous les carmels du monde. Auteur de nombreux ouvrages biographiques, didactiques ou poétiques, régulièrement réédités dans le monde entier, la sainte est vue par l’Église comme « une véritable maîtresse de vie chrétienne pour les fidèles de chaque temps » – selon une description de Benoît XVI au cours d’une audience générale en 2011 – comme un précieux soutien pour « ressentir réellement cette soif de Dieu qui existe dans la profondeur du cœur, ce désir de voir Dieu, de chercher Dieu, d’être en conversation avec Lui et d’être ses amis ». Dans une société en manque de valeurs spirituelles, sa figure de Docteur est souvent citée pour promouvoir un réveil de l’Église, et un approfondissement de l’expérience spirituelle.

Sainte Catherine de Sienne, l’enfant prodige du Bon Dieu

ST. CATHERINE DE SIENNE
Lionel AMANS/CIRIC

Catherine de Sienne (1347-1380), italienne, est une tertiaire dominicaine mystique. Ses écrits, et principalement Le Dialogue, son œuvre majeure, forment un ensemble de traités dictés lors d’extases, qui marquent la pensée théologique. Appréciée pour sa simplicité mais également sa ténacité, elle n’hésite pas à s’impliquer dans le contexte politique et religieux tourmenté de son époque. Que n’a-t-elle pas fait pour ramener d’Avignon à Rome le neuvième et dernier pape, Grégoire XI, à s’y être réfugié ; à chercher à rétablir l’unité et l’indépendance de l’Église. Les correspondants de ses missives — près de 300 — sont des plus variés : papes, cardinaux, prince des divers États italiens, hommes et femmes, riches et pauvres… Elle attire, bouleverse, entraîne… Autour d’elle, les conversions se multiplient. On se réconcilie aussi beaucoup. Il n’y a pas de doute, elle sait convaincre. Un pouvoir que les dominicains attribuent à «  un solide bon sens, un jugement clair comme une eau de source ». Catherine de Sienne est pour l’Église l’enfant prodige du Bon Dieu, l’exemple de l’équilibre entre la prière et l’action, qui lui a valu un autre titre : celui de patronne de l’Europe, aux côtés de Cyrille et Méthode, et sainte Brigitte de Suède, par Jean Paul II, en 1999.

Sainte Thérèse de Lisieux, la plus jeune de tous les docteurs

ST THERESE OF LISIEUX
Public Domain

C’est en 1997 que tombe enfin la nouvelle. La carmélite Sainte Thérèse de l’enfant Jésus et de la Sainte Face (1873-1897) est élevée au rang de docteur de l’Église. En lui donnant ce titre, Jean Paul II fait d’elle la plus jeune de tous les docteurs de l’Église. Un titre dont avaient fait la demande plus de 50 conférences épiscopales à travers le monde, depuis sa canonisation, en 1925. Toutes étaient unanimes : que ce soit en christologie, en ecclésiologie, en œcuménisme, en mariologie ou en spiritualité, Thérèse de Lisieux a toute sa place dans le cursus des études théologiques des futurs prêtres. La nouveauté de sa spiritualité —  appelée la théologie de la « petite voie » de l’enfance spirituelle — inspire nombre de croyants. Elle propose de rechercher la sainteté, non pas dans les grandes actions, mais dans les actes du quotidien, voire les plus insignifiants, à condition de les accomplir pour l’amour de Dieu. Bien que dotée d’un « caractère bien trempé », on lui reconnaît un art de l’empathie d’une rare douceur qui fait d’elle un parfait « docteur de la science de l’amour », comme la définissait Jean Paul II.

Sainte Hildegarde de Bingen, une conscience de la chrétienté

La sœur bénédictine mystique allemande, Hildegarde de Bingen (1098-1179), a fait son entrée dans le cercle des docteurs de l’Église en octobre 2012, soit quatre mois après sa canonisation. Benoit XVI, en lui attribuant ce titre, confirme l’exemplarité de sa vie mais aussi le caractère exceptionnel de ses écrits comme modèle pour tous les catholiques. Hildegarde est une femme hors du commun, aux multiples talents. Seule femme musicienne de son époque, ses chants sont à l’image de ses écrits : envoutants et magnifiques.  Son livre Le Scivias (« Connais les voies ») relate les vingt-six visions qu’elle eut depuis son enfance. Rédigé en dix ans, il est considéré un chef-d’oeuvre de la littérature chrétienne et un des plus grands livres mystiques de tous les temps. L’Église comprend que cette religieuse, si intime avec Dieu, peut aider à bien gouverner. Elle devient alors la conscience religieuse de la chrétienté de son temps, écrit à tous les grands d’Europe, aux empereurs, aux roi, aux cardinaux, au souverain pontife lui-même… Elle dicte encore et encore… (Livre des Merveilles).

Cinq autres causes à l’étude ?

Cinq autres causes de doctorat, au féminin, sont à l’étude : La capucine italienne, Véronique Guilliani (1660-1727) ; la bénédictine allemande Gertrude de Helfta (1256-1302) ; sainte Brigitte de Suède (10302-1373) ; la mystique française Marguerite-Marie Alacoque (1647-1690) ; et la mystique anglaise Julienne de Norwich (1342-1416).

En images : ces Français en attente de canonisation. Cliquez sur la première image pour voir le diaporama.

 

 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]