Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Les Oraisons de sainte Brigitte de Suède, 10 minutes pour aller au Paradis

Birgitta of Sweden on an altarpiece in Salem church, Södermanland, Sweden © Wikimedia Commons
Birgitta of Sweden on an altarpiece in Salem church, Södermanland, Sweden
Partager

Les promesses de Jésus faites à la personne qui les récitera entièrement sont merveilleuses.

Dans la période qui suit Noël, les chrétiens sont animés d’une gratitude inestimable envers Jésus Christ et la Sainte Vierge qui a mis le divin enfant au monde. Envers Jésus pour son Incarnation, car théologiquement il s’agit de la plus grande miséricorde que Dieu ait accordé à l’homme, et envers Marie pour son « Fiat », son « Oui », grâce auquel tout a été rendu possible. Mais Jésus ne s’est pas arrêté là (Il nous aime bien trop pour cela) et cela fait maintenant deux millénaires que Jésus et Notre Dame remplissent une sorte de « divine boîte à outils » pour notre Salut, au sein de laquelle figurent les Oraisons de sainte Brigitte de Suède.

Sainte Brigitte de Suède, co-patronne de l’Europe, vécut de 1303 à 1373. Elle est fêtée le 23 juillet, un jour après sainte Marie-Madeleine soit dit en passant. Très jeune, Jésus en Croix lui apparaît. Horrifiée par l’état physique dans lequel Il se trouve, elle est prise de dévotion pour les Saintes Plaies du Christ, à qui elle en demande le nombre précis. En 1350, un crucifix qui se trouve désormais dans la basilique Saint Paul Hors les Murs à Rome, s’anime et lui révèle : « J‘ai reçu en mon corps 5 480 coups. Si vous voulez les honorer par quelque vénération, vous direz 15 Notre Père et 15 Je vous salue Marie avec les oraisons suivantes… ». Par la bouche de ce crucifix, Jésus enseigne alors à sainte Brigitte deux séries d’oraisons : Les 15 Oraisons, à réciter 365 fois pendant un an, et Les 7 Notre Père, à réciter 365 fois pendant 12 ans.

Les promesses de Jésus faites à la personne qui récitera entièrement ces deux séries d’Oraisons (ou seulement l’une d’entre elles) sont merveilleuses mais parfois bien mystérieuses :

Pour Les 15 Oraisons :

  • Je délivrerai du Purgatoire 15 âmes de sa lignée.
  • Je confirmerai et conserverai en état de grâce 15 justes de sa lignée.
  • Je convertirai 15 pécheurs de sa lignée.
  • Elle aura les premiers degrés de perfection.
  • 15 jours avant sa mort, elle aura une amère contrition de tous ses péchés et une parfaite connaissance de ceux-ci.
  • Avant sa mort, je viendrai avec ma très chère et bien-aimée Mère et recevrai bénignement son âme et la mènerai aux joies éternelles.
  • Je mettrai le signe de ma très victorieuse Croix devant elle, pour son secours et sa défense contre les embûches de ses ennemis.
  • Je lui donnerai un singulier trait à boire de la fontaine de ma Déité, ce que je ne ferai point à d’autres ne disant pas mes Oraisons.
  • Celui qui dira ces Oraisons est assuré d’être joint au suprême chœur des anges. 
  • Quiconque les enseignera à un autre, sa joie et ses mérites ne manqueront jamais, mais seront stables et dureront à perpétuité.
  • Là où sont dites ces Oraisons, Dieu est présent avec sa grâce.

Pour Les 7 Notre Père :

  • Ils n’iront pas en Purgatoire.
  • Je les compterai au nombre des Martyrs, comme s’ils avaient versé leur sang pour la foi.
  • Je conserverai en état de grâce sanctifiante l’âme de trois de leurs parents, au choix.
  • Les âmes de leur parenté, jusqu’à la quatrième génération, éviteront l’Enfer.
  • Ils connaîtront la date de leur mort un mois avant. S’ils devaient mourir avant, je considère la chose acquise, comme s’ils avaient rempli toutes les conditions.

La fontaine de sa Déité ? Être joint au suprême chœur des anges ? Cela dépasse bien notre intelligence humaine, mais ça fait franchement envie, vous ne trouvez pas ?

Il est tentant de penser qu’il est très simple de « gagner » toutes ces indulgences, en récitant seulement quelques prières par jour. Mais encore faut-il s’y tenir. Je précise que Les 15 Oraisons nécessitent environ 20 minutes de temps, dont 10 minutes pour Les 7 Notre Père. Souvenons-nous aussi de ce récit du Livre des Rois (5, 1-15), quand le prophète Élisée guérit de la lèpre Naaman, général de l’armée du roi de Syrie, en lui disant d’aller se baigner sept fois dans le Jourdain. Notons qu’en hébreu le prénom Naaman signifie « celui qui croit ». La foi et l’amour, c’est tout ce que demande Jésus. Combien de fois a-t-Il dit dans l’Évangile : « Ta foi t’a sauvé » ?

Ce qu’il y a de merveilleux dans ces Oraisons ce n’est pas simplement les promesses qui leur sont liées. C’est leur contenu. Saint Jean (21, 25) nous dit : « Jésus a fait encore beaucoup d’autres choses (après sa résurrection, ndlr) ; si on les écrivait en détail, je ne pense pas que le monde même pût contenir les livres qu’on écrirait ». Les Oraisons de sainte Brigitte nous apprennent bien des choses au sujet de la Passion. Elles retracent le récit de la Passion dans l’ordre chronologique, du jardin des Oliviers à la mort de notre Sauveur. Sauf que le narrateur n’est pas extérieur au récit, c’est Jésus lui-même qui nous raconte ce qu’Il a vécu. Notre Seigneur en profite même pour nous expliquer la valeur spirituelle et rédemptrice de chacune de ses souffrances. Par exemple l’Agonie « pour les péchés de cœur de l’homme (…) et l’accroissement de l’amour de Dieu et du prochain », ou le Couronnement d’épines « pour les péchés d’esprit de l’homme (…) et pour l’extension du règne du Christ sur la Terre ».

Alors en achevant ces quelques lignes, en devisant sur l’un des mille trésors que le Seigneur a mis à notre portée, comment ne pas affirmer, comme saint Augustin : « Ô heureuse faute qui nous a mérité un tel et si grand Rédempteur ! ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]