Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 23 mai |
Saint Didier de Vienne
Aleteia logo
Décryptage
separateurCreated with Sketch.

Jour de fête pour l’Église avec dix canonisations !

Saint-Peters-Basilica-CANONISATION-May-14-2022

Antoine Mekary | ALETEIA

Camille Dalmas - publié le 15/05/22

Le 15 mai sera un jour de fête à Rome, l'Église s'apprêtant à reconnaître dix nouveaux saints. À désormais quelques heures de cette heureuse échéance, il est temps de se remettre les idées en ordre sur ce qu'est une canonisation et sur d'autres informations essentielles pour participer pleinement à cet événement important pour l'Église universelle.

1Qu’est-ce qu’une canonisation ?

Une canonisation est l’acte liturgique célébré par le pape qui manifeste solennellement sa décision d’inscrire un bienheureux dans le catalogue des saints, permettant que son culte soit étendu à l’Église universelle. Au sens premier du terme, il s’agissait d’inscrire un saint au « canon » de la messe, c’est-à-dire l’ajouter à la liste des noms cités dans la prière eucharistique. Une canonisation est la manifestation de la reconnaissance de l’héroïcité des vertus de l’intéressé confirmée post-mortem à travers un voire plusieurs miracles. La validation de la « cause » d’un saint est assumée par la Congrégation pour les causes des saints.

2Comment se déroule le rite de canonisation ?

Le rite de canonisation en lui-même est relativement sobre et rapide : il intervient au début de la messe et consiste en la lecture de la bulle de canonisation par le pape, en réponse à la requête formulée par le préfet de la Congrégation pour les causes des saints, actuellement le cardinal italien Marcello Semeraro. Après cette “pétition”, suivie de la lecture de courtes biographies des nouveaux saints et du chant de la litanie des saints, le pape lit le décret de canonisation en latin : « En l’honneur de la Très Sainte et Indivisible Trinité, pour l’exaltation de la foi catholique et la croissance de la vie chrétienne, par l’autorité de Notre Seigneur Jésus-Christ, des saints apôtres Pierre et Paul et la Nôtre, après avoir réfléchi longuement, ayant imploré de nombreuses fois l’aide divine et ayant écouté l’avis de nombreux frères, nous déclarons et définissons comme saint le bienheureux X, et nous l’inscrivons au Livre des Saints, et nous établissons qu’il soit honoré avec piété et dévotion parmi les saints dans l’Église universelle. Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. »

3Qui sont les canonisés ce 15 mai ?

Le plus connu est sans nul doute Charles de Foucauld, ancien officier devenu ermite dans le Sahara. Il est accompagné de neuf autres saints qui sortent de la « salle d’attente » dans laquelle ils se trouvaient depuis parfois plus de deux ans en raison de la pandémie. C’est le cas notamment de deux autres bienheureux français, le prêtre catéchiste César de Bus (né au XVIe siècle) et la fondatrice de congrégation Marie Rivier (née au XVIIIe siècle). Ils seront canonisés en même temps que Titus Brandsma, prêtre-journaliste martyr du nazisme, et le martyr laïc indien Lazare Devasahayam Pillai, ainsi que quatre Italiens, Louis Marie Palazzolo, Justin Russolillo, Marie François Rubatto et Maria Domenica Mantovani, tous fondateurs de congrégations. 

4Peut-on canoniser plusieurs personnes en même temps ?

Oui, c’est la plupart du temps le cas, une canonisation isolée étant un phénomène devenu relativement rare, et donc signe d’une attention toute particulière. L’unique canonisation de ce genre par le pape François est intervenue le 4 septembre 2016 pour Mère Teresa de Calcutta. Benoît XVI avait canonisé saint Antoine Galvão seul à São Paulo au Brésil en 2007, profitant de son déplacement pour proclamer sa sainteté sur son sol natal., comme Jean Paul II pour de nombreux saints du monde entier pendant son pontificat. En 2002, il avait réservé une messe pour Padre Pio puis pour Josemaría Escrivá, père de l’Opus Dei. Il avait fait de même pour sa compatriote Faustine Kowalska en 2000 ou Edith Stein (Thérèse Bénédicte de la Croix) en 1998.

5Qui peut assister à une canonisation ?

Théoriquement, tout le monde : la Préfecture de la Maison pontificale se charge de distribuer les places pour la messe qui se déroule place Saint-Pierre. Celle-ci peut accueillir jusqu’à 100.000 personnes debout, et plus de deux fois moins assis – soit le format choisi pour la messe. Les principaux groupes, congrégations etc. reçoivent eux aussi des places. Il vaut mieux se dépêcher, les places partent très vite ! Pour les retardataires, il est toujours possible de suivre la messe debout depuis la place Pie XII, du côté italien.

6Les canonisations sont-elles toujours célébrées à Rome ?

C’est la plupart des cas, une canonisation ayant pour but d’insister sur l’universalité du culte rendu à un saint. Rome permet alors de faire venir des pèlerins du monde entier et de les accueillir en masse dans le cadre magnifique de la place Saint-Pierre. Cependant, il arrive régulièrement, depuis la canonisation à Séoul en 1984 des 103 martyrs de Corée par Jean Paul II, qu’un voyage soit l’occasion d’une canonisation. Le dernier exemple en date est la canonisation de Francisco et Jacinta Marta, les deux bergers ayant assisté aux apparitions de Fatima. Le pape François s’était en effet rendu dans le sanctuaire portugais le 13 mai 2017 à cette occasion. 

7Le pape François canonise-t-il beaucoup ?

Oui, le pape François a déjà canonisé près de 900 saints, présidant 11 cérémonies de canonisation sur la place Saint-Pierre ainsi que trois à l’étranger (Sri Lanka, États-Unis et Portugal) Cette statistique est cependant largement « faussée » par une canonisation de groupe, celle des 813 martyrs du sac d’Otrante, décidée par son prédécesseur Benoît XVI. Le pape François a eu beaucoup recours aux canonisations “équipollentes”, par simple décret, sans que cela ne s’inscrive dans une célébration liturgique. Ce fut notamment le cas en 2013 pour la mystique italienne Angèle de Foligno et pour Pierre Favre, membre du premier groupe de jésuites auprès de saint Ignace de Loyola, au XVIe siècle.

8Quid des portraits de saints ?

Pour chaque canonisation, des tapisseries des saints sont exposées sur la façade de la basilique Saint-Pierre, sous les fenêtres des sept loggias. Elles sont réalisées avec grand soin par une petite société italienne, Noa srl, une entreprise spécialisée dans la réalisation d’objets liés au sein gérée par la famille Mozzoni depuis des années. Sur commande de la Fabrique de Saint-Pierre, les tapisseries sont effectuées par cette entreprise pour chaque canonisation. Cette année, en raison du nombre de canonisés, les tapisseries seront au nombre de cinq, avec deux saints par pièce. Après chaque canonisation, ces tapisseries ont des sorts fort différents : certains sont récupérés par une congrégation ou une entité liée au saint, ou par son diocèse d’origine. D’autres sont gardés par la Fabrique, dans l’attente de leur trouver un lieu d’exposition permanent.

Tags:
béatification et canonisationCésar de BusCharles de FoucauldMarie Rivier
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Le coin prière
La fête du jour




Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement