Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !
Aleteia

Voici comment célébrer, à la maison, le lundi de Pâques 13 avril 2020

Partager

La célébration de Pâques se développe au long des sept semaines à venir, que va couronner la Pentecôte. Jusqu’à la fin du confinement, Aleteia va vous proposer de sanctifier tous les jours du temps pascal, par une célébration quotidienne de la Parole de Dieu à la maison.

Avec le concours de la revue Magnificat

Mode d’emploi :

  • Cette célébration requiert au moins la présence de deux personnes.
  • Si l’on est seul, il est préférable de lire simplement les lectures et les prières qui figurent dans la célébration proposée. 
  • Cette célébration est particulièrement adaptée dans un cadre familial, amical et de voisinage. Dans tous les cas, on veillera à respecter strictement les mesures barrières
  • On place le nombre de chaises nécessaires devant un coin prière, en respectant la distance d’un mètre cinquante entre chacune. 
  • On allume une ou plusieurs bougies, que l’on place sur un support non combustible (bougeoirs, petites assiettes en porcelaine) et que l’on n’omet pas d’éteindre à la fin de la célébration. On met des fleurs et des décorations en signe d’allégresse. Une simple croix, ou un crucifix, doit toujours figurer en arrière-plan.
  • On désigne la personne qui va guider la prière. Celle-ci gèrera aussi la longueur des temps de silence. On désigne un lecteur.

 

 

* * *

LUNDI DE PÂQUES

Célébration de la Parole

Les yeux fixés sur le Christ Jésus, entrons dans le combat de Dieu

Ref:275
L'Apparition du Christ aux saintes femmes, détail de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

 

* * *

 

 

Tous sont assis. 

Celui qui guide la célébration prend la parole :

 

Oui, frères et sœurs,

Au matin de Pâques s’est levée l’aube nouvelle d’une humanité transfigurée par une résurrection,

Celle de Jésus de Nazareth, notre Dieu et Sauveur.

 

Amour infini de notre Père qui est au cieux,

Suprême témoignage de sa tendresse :

Pour nous racheter aux puissance du mal et de la mort

Qui nous nous avaient pris en otage,

Il a livré en rançon son Fils bien-aimé,

L’unique engendré de son amour,

Allant jusqu’à nous le donner pour frère en humanité,

Afin qu’avec lui nous remportions

La victoire de l’amour, la victoire de la vie 

Et qu’en lui nous héritions du bonheur éternel.

Au long de notre tribulation terrestre,

c’est bien lui notre Espérance !

c’est bien lui notre lumière et notre Salut !

Eclairés par sa lumière divine, nous prenons conscience 

de nos limites, de notre faiblesse,

et des dommages que causent nos péchés.

Mais stimulés par notre Espérance, 

nous voulons lui dire notre foi en sa Résurrection, 

et lui rendre grâce pour nous avoir donné 

la plus grande preuve d’amour :

sa vie pour la gloire de Dieu

et le Salut du monde ! 

 

Pause

 

Ô Jésus, voici que nous sommes empêchés  de perpétuer l’offrande de ta vie par la célébration de l’Eucharistie :

plus que jamais, tu nous demandes de l’actualiser, en nous aimant les uns les autres comme tu nous as aimés.

 

Après 3 mn de silence, tous lèvent et se signent en disant :

 

℣. Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. Amen.

 

Celui qui guide la célébration poursuit :

Pour nous préparer à accueillir la parole de Dieu
et pour qu’elle nous guérisse,
nous nous reconnaissons pécheurs.

On dit ensuite le rite pénitentiel :

℣. Seigneur, accorde-nous ton pardon.

℟. Nous avons péché contre toi.

℣. Montre-nous ta miséricorde.

℟. Et nous serons sauvés.

℣. Que Dieu tout-puissant nous fasse miséricorde ; qu’il nous pardonne nos péchés et nous conduise à la vie éternelle.

℟. Amen.

 

On dit ou on chante :

 

℣. Seigneur, prends pitié.

℟. Seigneur, prends pitié.

℣. Ô Christ, prends pitié

℟. Ô Christ, prends pitié

℣. Seigneur, prends pitié.

℟. Seigneur, prends pitié.

 

PRIERE

 

Celui qui guide dit la prière d’ouverture :

 

Le Seigneur est ressuscité d’entre les morts ; 

c’est pour nous jour de fête et de joie, 

car il règne pour les siècles, alléluia.

℟. Alléluia.

 

PREMIÈRE LECTURE

 

Lecture du livre des Actes des Apôtres (Ac 2, 14.22b- 33)

Le jour de la Pentecôte,
Pierre, debout avec les onze autres Apôtres,
éleva la voix et leur fit cette déclaration :
« Vous, Juifs,,et vous tous qui résidez à Jérusalem,
sachez bien ceci, prêtez l’oreille à mes paroles.
Il s’agit de Jésus le Nazaréen,
homme que Dieu a accrédité auprès de vous
en accomplissant par lui des miracles, des prodiges
et des signes au milieu de vous,
comme vous le savez vous-mêmes.
Cet homme, livré selon le dessein bien arrêté et la prescience de Dieu,
vous l’avez supprimé en le clouant sur le bois par la main des impies.
Mais Dieu l’a ressuscité en le délivrant des douleurs de la mort,
car il n’était pas possible qu’elle le retienne en son pouvoir.
En effet, c’est de lui que parle David dans le psaume :
Je voyais le Seigneur devant moi sans relâche :
il est à ma droite, je suis inébranlable.
C’est pourquoi mon cœur est en fête,
et ma langue exulte de joie ;
ma chair elle-même reposera dans l’espérance :
tu ne peux m’abandonner au séjour des morts
ni laisser ton fidèle voir la corruption.
Tu m’as appris des chemins de vie,
tu me rempliras d’allégresse par ta présence.
Frères, il est permis de vous dire avec assurance,
au sujet du patriarche David, qu’il est mort, qu’il a été enseveli,
et que son tombeau est encore aujourd’hui chez nous.
Comme il était prophète, il savait que Dieu lui avait juré
de faire asseoir sur son trône un homme issu de lui.
Il a vu d’avance la résurrection du Christ, dont il a parlé ainsi :
Il n’a pas été abandonné à la mort, et sa chair n’a pas vu la corruption.
Ce Jésus, Dieu l’a ressuscité ; nous tous, nous en sommes témoins.
Élevé par la droite de Dieu, il a reçu du Père l’Esprit Saint qui était promis,
et il l’a répandu sur nous, ainsi que vous le voyez et l’entendez. »

 

℣. Parole du Seigneur.

℟. Nous rendons grâce à Dieu.

 

PSAUME

(15, 1-2a.5, 7-8, 9-10, 11)

 


℟. Alléluia ! Alléluia ! Alléluia !

Garde-moi, mon Dieu : j’ai fait de toi mon refuge.
J’ai dit au Seigneur : « Tu es mon Dieu !
Seigneur, mon partage et ma coupe :
de toi dépend mon sort. » ℟.

Je bénis le Seigneur qui me conseille :
même la nuit mon cœur m’avertit.
Je garde le Seigneur devant moi sans relâche ;
il est à ma droite : je suis inébranlable. ℟.

Mon cœur exulte, mon âme est en fête,
ma chair elle-même repose en confiance :
tu ne peux m’abandonner à la mort
ni laisser ton ami voir la corruption. ℟.

Tu m’apprends le chemin de la vie :
devant ta face, débordement de joie !
À ta droite, éternité de délices ! ℟.

ÉVANGILE

 

℟. Alléluia. Alléluia.
℣. Voici le jour que fit le Seigneur,
qu’il soit pour nous jour de fête et de joie !
℟. Alléluia.

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Mt 28, 8-15)

En ce temps-là,
quand les femmes eurent entendu les paroles de l’ange,
vite, elles quittèrent le tombeau,
remplies à la fois de crainte et d’une grande joie,
et elles coururent porter la nouvelle à ses disciples.
Et voici que Jésus vint à leur rencontre et leur dit :
« Je vous salue. »
Elles s’approchèrent, lui saisirent les pieds
et se prosternèrent devant lui.
Alors Jésus leur dit : « Soyez sans crainte,
allez annoncer à mes frères
qu’ils doivent se rendre en Galilée :
c’est là qu’ils me verront. »
Tandis qu’elles étaient en chemin,
quelques-uns des gardes allèrent en ville
annoncer aux grands prêtres tout ce qui s’était passé.
Ceux-ci, après s’être réunis avec les anciens
et avoir tenu conseil, donnèrent aux soldats une forte somme
en disant : « Voici ce que vous direz :
“Ses disciples sont venus voler le corps,
la nuit pendant que nous dormions.”
Et si tout cela vient aux oreilles du gouverneur,
nous lui expliquerons la chose,
et nous vous éviterons tout ennui. »
Les soldats prirent l’argent et suivirent les instructions.
Et cette explication s’est propagée chez les Juifs
jusqu’à aujourd’hui.

 

Aucune acclamation ne conclut la lecture.

Tous s’assoient et le Conducteur redit lentement, comme en écho lointain :

Au plus profond de notre cœur,

laissons résonner cette parole du Fils à son Père,

parole que chacun d’entre nous a reçu la grâce de faire sienne :

 

« Tu m’ouvre le chemin de la vie :
devant ta face, débordement de joie !
À ta droite, éternité de délices ! »

 

On garde 5 mn de silence pour une méditation personnelle.

Celui qui guide la célébration marque la fin du temps de silence. Il invite alors tout le monde à se lever et il introduit à la prière dominicale :

Unis dans l’Esprit et dans la communion de l’Église,
nous osons prier comme le Seigneur Jésus lui-même
nous l’a enseigné :

 

On dit ou on chante le Notre Père :

℟. Notre Père…

Et on enchaîne immédiatement :

℟. Car c’est à toi…

 

Puis le Celui qui guide invite au partage de la paix :

Nous venons d’unir notre voix
à celle du Seigneur Jésus pour prier le Père.
Nous sommes fils dans le Fils.
Dans la charité qui nous unit les uns aux autres,
renouvelés par la parole de Dieu,
nous pouvons échanger un geste de paix,
signe de la communion
que nous recevons du Seigneur.

 

Tous échangent alors une salutation de paix à distance, par exemple en s’inclinant profondément les uns vers les autres, tour à tour ; ou bien, en famille, en s’envoyant un baiser avec deux doigts sur les lèvres. Puis, on s’assied.

 

COMMUNION SPIRITUELLE

 

Celui qui guide la célébration dit :

Quand nous ne pouvons pas recevoir la communion sacramentelle faute de messe, le pape François, nous invite instamment à pratiquer la communion spirituelle, appelée aussi “communion de désir”. 

Le Concile de Trente nous rappelle que celle-ci “consiste dans un ardent désir de se nourrir du Pain céleste, avec une foi vive qui agit par la charité et qui nous rend participants des fruits et des grâces du Sacrement”. La valeur de notre communion spirituelle repose donc sur notre foi en la présence du Christ dans l’Eucharistie comme source de vie, d’amour et d’unité, et sur notre désir d’y communier malgré tout.

Dans cet esprit, je vous invite maintenant à incliner votre tête, à fermer les yeux et à vous recueillir.

 

Pause

 

Au plus profond de notre cœur, 

laissons monter en nous le désir ardent de nous unir à Jésus,

dans la communion sacramentelle, 

et de faire vivre ensuite son amour dans nos vies, 

en aimant les autres comme il nous a aimés.

 

On reste en silence pendant 5 minutes pour un cœur à cœur avec le Christ Jésus. 

Vous trouverez en cliquant ici plusieurs exemples de prières de communion spirituelle.

Voici celle que récite chaque matin le pape François

 

« À tes pieds, ô mon Jésus,
je m’incline et je t’offre le repentir de mon cœur contrit qui s’abîme
dans son néant et Ta sainte présence.
Je t’adore dans le Saint Sacrement de ton amour,
désireux de te recevoir dans la pauvre demeure que mon cœur t’offre.
En attente du bonheur de la communion sacramentelle,
je veux te posséder en esprit.
Viens à moi, ô mon Jésus, pour la vie et pour la mort.
Que ton amour enflamme tout mon être, pour la vie et la mort.
Je crois en toi, j’espère en toi, je t’aime. Ainsi soit-il. »

 

On peut chanter un cantique d’action de grâce.

On se met debout.

On dit tous ensemble la prière suivante :

 

℟. Père très aimant, 

que la grâce du mystère pascal abonde 

et fructifie en nous ; 

tu nous as mis sur le chemin du Ciel ; 

aide-nous à répondre à ton amour. 

Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen

 

BENEDICTION

 

Celui qui guide la célébration, les mains jointes dit, au nom de tous, la formule de bénédiction :

 

℣. Par l’intercession de saint N. [patron de la paroisse ou du pays],

de tous les saints et saintes de Dieu,

Que le Dieu de la persévérance et du courage

nous donne de manifester par toute notre vie

l’esprit de sacrifice, de compassion et d’amour du Christ Jésus.

Ainsi, dans la communion de l’Esprit Saint,

nous rendrons gloire à Dieu,

le Père de notre Seigneur Jésus Christ,

pour les siècles des siècles !

℟. Amen.

 

Tous ensemble, tournés vers la croix et les mains jointes, on appelle la Bénédiction du Seigneur : 

 

Et tous ensemble les mains jointes :

 

℟. Et que la grâce de Dieu descende sur nous 

et y demeure à jamais. Amen.

 

Tous se signent. Puis les parents peuvent tracer le signe de la croix sur le front de leurs enfants. 

Pour conclure la célébration, on peut chanter le Regina Caeli, ou tout autre chant connu à la Vierge Marie à tonalité joyeuse. 

 

Regína caéli, lætáre, Allelúia!
Quia quem meruísti portáre, Allelúia!
Resurréxit, sicut dixit, Allelúia!
Ora pro nóbis Déum, Allelúia!

Reine du ciel, réjouis-toi, Alléluia !
car le Seigneur que tu as porté, Alléluia !
est ressuscité comme il l’avait dit, Alléluia !
Reine du ciel, prie Dieu pour nous, Alléluia !

 

 

* * *

 

Pour continuer de sanctifier ce jour, il sera bon de renouer avec la vénérable tradition des vêpres en célébrant, vers la fin de l’après-midi, l’office de la Liturgie des heures ; ou bien l’on pourra prendre la Prière du soir de jour, que l’on trouvera ici.

Tout au long du temps pascal, Aleteia vous proposera des formules quotidiennes de célébration, afin vous aider à sanctifier chaque jour, pour la gloire de Dieu et le Salut du monde.

Vous pourrez aussi trouver, gratuitement, bien d’autres ressources sur Aleteia et sur le site Magnificat.