Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

La belle histoire de Philippe Naudin, l’homme qui a embrassé le pape François

© Filippo MONTEFORTE / AFP
Le pape François reçoit un baiser sur le front durant l'audience générale du 19 février 2020.
Partager

Pleine de tendresse, cette photographie montre le Pape en train d’être embrassé par un homme porteur de handicap. La vie de celui-ci a été transformée à partir d’un pèlerinage à Lourdes.

Ce baiser sur le front donné au pape François lors de l’audience générale du 19 février dans la salle Paul VI a ému les foules. Cet homme qui embrasse affectueusement le pontife argentin s’appelle Philippe Naudin. Français, porteur de handicap, c’est la deuxième fois qu’il rencontre le Pape et à chaque fois, a-t-il confié à Aleteia, ce dernier lui a demandé sa bénédiction. Bénir, qui vient du latin bene dicere, c’est tout simplement « dire du bien ». Et chacun peut le faire, avec ou sans handicap. Ce cliché émouvant est une belle illustration de l’audience générale qui était consacrée aux Béatitudes, et notamment à la douceur.

Dix jours après sa naissance, Philippe Naudin attrape une méningite qui le laisse paralysé. Il ne peut ni marcher ni même parler. À l’âge de 7 ans, il débarque à Lourdes grâce à un pèlerinage organisé par le diocèse de Moulins. Il se déplace alors en fauteuil roulant. « Je ne savais pas ce qu’était un miracle », témoigne-t-il. « Je croyais simplement que la Vierge allait me faire un cadeau. Devant la grotte, j’ai reçu sa parole dans mon cœur d’enfant : “Je vais te faire deux cadeaux”. Je me dis en moi-même : “Chouette, elle va me donner des bonbons et des gâteaux”. Ce n’était pas ça ! Elle me dit : “Tu va te lever et marcher. Ensuite tu parleras et tu témoigneras de ce que j’ai fait pour toi” ».


Il raconte que la veille du départ, au cours de la nuit, il demande – à sa façon, puisqu’il ne peut pas parler – à une infirmière de l’emmener aux toilettes. « Voilà que je laisse le fauteuil et reviens à quatre pattes. Dans le train du retour, j’ai dit mon premier mot : “Maman !” ». De pèlerinage en pèlerinage, l’état de Philippe s’améliore et il parle et marche de mieux en mieux. Pour lui, c’est clair : c’est l’œuvre de la Vierge Marie. Aujourd’hui comédien, il se met volontiers dans la peau de l’ours blanc Bouba et anime des temps festifs. Pour lui, c’est une façon de montrer que la vie est plus forte que le handicap.

Bouba était à Rome en pèlerinage avec le groupe de la Diaconie de la beauté que le Pape a également salué.

En images : Les audiences du pape François, quel cirque !
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]