Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Peut-on bénir tout et n’importe quoi ?

Demandez à votre curé de bénir votre voiture !
Partager

Les bénédictions font partie de la vie de l’Église, elles sont un rappel des bienfaits de Dieu. Les prêtres bénissent des personnes, des lieux, des objets... Tour d’horizon des « règles » à respecter.

Peut-être portez-vous la médaille qui a été bénie le jour de votre baptême. Peut-être également avez-vous un chapelet ou dizenier qui a été béni lors d’un pèlerinage… Peut-être encore avez-vous fait bénir votre voiture ou votre maison. Mais qu’est-ce que cela signifie vraiment ?

Bénir vient du latin bene dicere, « dire du bien ». On peut donc dire qu’aux premiers jours de la création, quand « Dieu vit que cela était bon », Dieu dit du bien de sa création, et donc, il la bénit. Dans l’Ancien Testament, Dieu bénit Abraham par l’intermédiaire de Melchisédech (Gn 14-19-20) et au Livre des Nombres (Nb 6, 24-26) Dieu confie à Aaron la bénédiction des Lévites, que les Juifs et les Chrétiens ont conservée. La bénédiction n’est pas non plus réservée aux prêtres : ainsi, Isaac donne sa bénédiction paternelle (Gn 27, 27). Dans les évangiles, Jésus prononce une bénédiction avant les repas, selon la tradition juive (Mt 14, 19, 26, 26, Lc 9, 16).

Cette bénédiction, Dieu ne l’a pas retirée à l’homme, même après le péché originel. Jésus-Christ, par sa mort et sa résurrection, a détruit la malédiction que l’homme s’était attirée par sa faute au jardin d’Éden. Il a répandu sur nous une bénédiction qui nous sanctifie. Ainsi a commencé notre « justification » : grâce au Christ, nous devenons des saints. Mais notre sanctification n’est pas acquise : c’est l’Esprit saint qui agit en nous pour nous rendre de plus en plus saints. Il le fait grâce aux sacrements, mais aussi par les sacramentaux, c’est-à-dire « les signes sacrés institués par l’Église dont le but est de préparer les hommes à recevoir le fruit des sacrements et de sanctifier les différentes circonstances de la vie » (Catéchisme de l’Église catholique n°1677). Les bénédictions font partie de ces sacramentaux. Concrètement, la bénédiction est un rappel des bienfaits de Dieu : c’est pourquoi elle comporte toujours « la louange de Dieu pour ses œuvres et ses dons, et l’intercession de l’Église afin que les hommes puissent faire usage des dons de Dieu selon l’esprit de l’Évangile ».

Que peut-on bénir ?

L’Église peut bénir des personnes (familles, malades, missionnaires, catéchistes, associations, pèlerins…), des animaux, des lieux (lieux de travail, champs, locaux d’associations, séminaires…) et des objets (instruments de travail, véhicules, installations techniques, objets de piété…). Attention, un lieu ou un objet bénit ne doit pas faire objet de superstition : l’Église rappelle que ces bénédictions ont pour but la sanctification des personnes qui en feront usage. Ainsi, on ne peut bénir un objet qui aura pour but de désobéir aux commandements de Dieu (par exemple une arme à feu, ou leurs cartouches).

Qui peut bénir ?

La bénédiction relève du sacerdoce commun des baptisés : c’est-à-dire qu’en l’absence d’un prêtre, certaines bénédictions (qui ne concernent ni le diocèse, ni la paroisse, ni la communauté, ni les objets) peuvent être prononcées par des laïcs. Mais quand un prêtre est présent, c’est lui qui doit présider la cérémonie. Dans ce cas, lui seul est autorisé à faire un signe de croix au-dessus des objets ou des personnes, à imposer les mains, et à étendre les mains pendant la prière. Si c’est un laïc qui préside, il garde les mains jointes pendant la cérémonie.

Avec qui ?

Puisque la bénédiction est une action liturgique, il est préférable qu’elle ait lieu dans un cadre communautaire : dans certains cas, c’est même requis. L’Église recommande qu’elle ait lieu en présence d’au moins un fidèle.

Quelle est la structure ?

Une bénédiction commence traditionnellement par une lecture de la parole de Dieu. Elle se poursuit par une prière de louange et une demande d’intercession. Chaque bénédiction comporte un rite long et un rite bref, que l’on peut employer selon la solennité qu’on désire donner à la cérémonie.

Quelques bénédictions à faire chez soi

Bénédiction de la famille, pouvant être dite par le père ou la mère de famille :

Lecture :

« Oui, il est bon, il est doux pour des frères de vivre ensemble et d’être unis ! C’est là que le Seigneur envoie la bénédiction, la vie pour toujours. » (Ps 132, 1-3)

Ou bien :

Le Seigneur nous dit, par son Apôtre Paul (Ph 2, 2) : « Ayez les mêmes dispositions, le même amour, les mêmes sentiments ; recherchez l’unité »

V/ Que le nom du Seigneur soit béni !

R/ Maintenant et toujours.

Nous te bénissons, Dieu notre Père, car tu as voulu que ton Fils vive dans une famille humaine en partageant ses joies et ses peines. Garde notre famille sous ta protection. Fortifie-la par ta grâce. Rends-nous paisibles et heureux. Aide-nous à nous assister mutuellement dans l’épreuve et la souffrance. Fais que nous vivions en ta présence dans la concorde et dans l’amour, en nous rendant service les uns aux autres à l’exemple de ton Fils, Jésus, notre Seigneur.

R/ Amen.

Que Dieu tout-puissant nous bénisse, le Père, le Fils et le Saint-Esprit.

R/ Amen.

Parents, vous pouvez bénir votre enfant avec la formule suivante, en traçant sur son front le signe de la croix :

Que le Seigneur soit avec toi, qu’il te protège aujourd’hui (ou chaque jour), et que Dieu te bénisse, le Père, le Fils et le Saint-Esprit.

R/ Amen.

Bénédictions de la table :

Avant le repas, signe de croix, puis :

Bénis-nous, Seigneur, et bénis ces dons que nous recevons de ta bonté pour nourriture. Par le Christ, notre Seigneur. Amen.

Ou bien :

Protège-nous, Seigneur notre Dieu, et donne à notre faiblesse ce qu’il faut pour subsister. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

Ou bien :

Que tes dons, Seigneur, refassent nos forces et que ta grâce nous protège. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

Après le repas, signe de croix, puis :

Nous te rendons grâce, Dieu tout-puissant, pour tous tes bienfaits. Toi qui règnes pour les siècles des siècles. Amen.

Ou bien :

Tu nous as rassasiés de tes dons, Seigneur ; comble-nous de ta miséricorde. Toi qui règles pour les siècles des siècles. Amen.

 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]