Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Jeudi 29 octobre |
Saint Jude
home iconFor Her
line break icon

Deuil périnatal : les paroles lumineuses d’une "mam’ange"

@Karen Roach - Shutterstock

Mathilde de Robien - Publié le 27/01/20

On les appelle « mam’anges », ces mamans de petits anges, qui ont perdu un bébé trop tôt, in utero ou après quelques heures de vie. Le témoignage de l’une d'elles, Isabelle Verney, montre qu'en dépit de ces existences courtes, ces mamans accomplissent pleinement leur mission de mère. Des mots réconfortants qui redonnent un sens à ces maternités bouleversées.

« J’ai fait pour Maëlis tout ce qu’une mère peut faire pour son enfant », confie Isabelle Verney dans son témoignage Ma main dans la tienne qui vient de paraître aux éditions Téqui. Après deux garçons, Mayeul et Maxence, Isabelle Verney perd une petite fille, Maëlis, à quelques jours du terme, en octobre 2015, à cause d’un accident du cordon ombilical. Elle décrit dans un livre très intime tout le chemin qu’elle a parcouru, humainement, psychologiquement et spirituellement, pour faire le deuil de cette petite fille partie trop tôt. Chemin au bout duquel elle donnera naissance, trois ans après, à une petite Adélaïs.

L’auteur aborde sans fard les répercussions qu’entraîne la perte d’un bébé dans la vie quotidienne et confie ses profondes interrogations sur le salut de l’âme de sa fille. Il en résulte de magnifiques messages d’espoir distillés au fur et à mesure des pages. Elle rassemble dans ce livre toutes les paroles, toutes les réflexions qui lui ont permis, non pas d’oublier, mais d’avancer. Ses amies proches qui ont traversé la même épreuve qu’elle, des prêtres, son mari François, sont autant de phares qui la guident dans son douloureux travail de deuil, et par lesquels le lecteur est à son tour éclairé.

Une maternité différente, certes, mais une maternité malgré tout

En quoi consiste la maternité si ce n’est à aimer et à accompagner son enfant ? Une double mission qui échoit pleinement aux « mam’anges ». Un des messages particulièrement réconfortant dans le livre réside dans la certitude que cette maternité contrariée, bouleversée, permet malgré tout de remplir de A jusqu’à Z cette double mission confiée à chaque mère depuis la conception d’un petit être. « Ces maternités différentes sont aussi accomplies que les autres », souligne Isabelle Verney. Même si ce fut court, trop court, une mère ne doit pas nier ce qu’elle est pour son enfant : une mère qui l’a accompagné jusqu’au bout de sa petite vie, une mère qui lui a prodigué de l’amour dès l’instant où elle a appris son existence. « Pour nous qui les perdons (…), il peut être réconfortant de savoir qu’ils étaient entourés d’amour quand cela s’est produit », confie-t-elle.


FEMME ENCEINTE QUI PLEURE

Lire aussi :
Perte d’un enfant à naître : comment faire son deuil ?

Isabelle Verney donne ainsi la parole à une de ses amies, Catherine, qui tente de la réconforter en ce sens : « Tu as pleinement rempli ta mission avec elle. C’est allé trop vite, bien sûr, mais tu as fait tout ce qu’une mère fait pour son bébé, tu l’as accompagnée en tout. Elle est au Ciel, c’est ce que tout parent souhaite pour son enfant. Tu as rempli pleinement ton rôle pour Maëlis. Quel parent peut en dire autant ? ». Un rôle important qui fait de ces mamans de « vraies » mamans, malgré l’absence inconsolable. Une expérience fondatrice, comme le dévoile Blanche Streb, dans sa préface du livre de Catherine Radet Je n’ai pas dit au revoir à mon bébé (Quasar) : « Aujourd’hui, j’ai compris pourquoi il n’y a pas de mot particulier pour nommer l’homme et la femme qui perdent un enfant. Ces mots existent déjà, de toute éternité : parents, papa et maman. » Un lien qui demeure à jamais, notamment, si on est chrétien, à travers la communion des saints. Conviction formulée dans le livre d’Isaïe lorsque Dieu, cherchant à convaincre Israël de son amour, prend justement l’amour maternel comme exemple d’attachement indéfectible : « Une femme peut-elle oublier son nourrisson, ne plus avoir de tendresse pour le fils de ses entrailles ? » (Is 49, 15). « Non, une femme n’oublie pas », répond Isabelle Verney. « Elle apprend à vivre avec ».




Lire aussi :
Elena, une « petite sainte » pour l’éternité

Ma main dans la tienne, Isabelle Verney, Pierre Téqui éditeur, janvier 2020, 15 euros.

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Tags:
deuilmaternitémère
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Domitille Farret d'Astiès
Elles ont appris à les aimer : ces ...
statue de femme les yeux bandés
Mgr Benoist de Sinety
Dans nos aveuglements, le diable montre son v...
Mathilde de Robien
Franz et Franziska Jägerstätter, un couple un...
NIEMOWLĘ
Mathilde de Robien
Ces prénoms féminins qui portent en eux le sc...
Timothée Dhellemmes
En Europe, les lieux de culte se reconfinent ...
belle mère et belle fille
Jeanne Larghero
S’embrouiller avec sa belle-mère en trois leç...
KOMUNIA ŚWIĘTA
Mathilde de Robien
A.R.D.O.R., un bel acrostiche pour savoir com...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement