Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Comment expliquer la PMA pour toutes aux enfants ?

PREGNANT
Artem Oleshko | Shutterstock
Partager

À l’approche de la nouvelle mobilisation contre le projet de loi bioéthique le week-end du 30 novembre et du 1er décembre, Aleteia s’est entretenu avec Bernadette Lemoine, psychologue et psychothérapeute, afin de trouver les mots les plus justes possibles pour aborder avec un enfant le sujet de la PMA ouverte à toutes les femmes.

« Bientôt, un enfant pourra avoir deux mamans ! C’est la maîtresse qui l’a dit ! », claironne Joséphine, 7 ans, en rentrant de l’école. Une idée que des enfants ne pouvaient même pas imaginer il y a quelques  années, et qui appartient désormais à l’ordre des possibles dans leur petite tête. Que répondre à cela ? Certains diront qu’il n’y a rien à répondre. D’autres, soucieux de souligner la richesse que représente l’altérité parentale, trouveront ici des pistes de réponse adaptées aux enfants.

1
Ne pas éluder le sujet

Quelle que soit l’issue du projet de loi bioéthique, l’idée qu’un enfant puisse avoir deux mamans a certainement déjà fait un bout de chemin dans l’esprit des enfants. Entre l’école, la cour de récréation, les livres vus à la bibliothèque et les journaux télévisés, difficile de passer au travers. D’où l’importance d’avoir les bons outils pour aborder le sujet avec son enfant. Un premier élément de réponse serait de prendre en compte sa remarque et de reconnaître les faits : « Effectivement, il y a des personnes qui pensent qu’on peut construire une famille avec deux mamans », propose Bernadette Lemoine. « Ces mamans ont bien sûr la capacité d’aimer leur enfant, mais il ne grandit pas de la même manière que s’il avait un papa et une maman ».

2
Souligner la richesse de l’altérité parentale

Forte de nombreuses années d’expérience en tant que psychothérapeute spécialiste des troubles liés à l’angoisse de séparation et auteur de nombreux ouvrages, Bernadette Lemoine est persuadée qu’un enfant élevé par un couple de même sexe ne se développe pas de la même façon que s’il est élevé par un couple hétérosexuel. Elle invite à dire à l’enfant : « Les papas ne sont pas comme les mamans. Chacun a des qualités qui lui sont propres et ce ne sont pas les mêmes. Elles se complètent ». On peut amener l’enfant à réfléchir à la situation en se projetant : « Si tu avais deux mamans, ça veut dire que tu n’aurais pas de papa, ça te ferait quoi ? ».

Lire aussi : Les chiffres à avoir en tête quand on parle de PMA

3
« Science sans conscience n’est que ruine de l’âme » (Rabelais)

Les enfants ne sont pas trop petits pour percevoir les limites de la science. Ils sont à même de comprendre la différence entre pouvoir et vouloir. On peut alors leur expliquer en partie les raisons et les problématiques soulevées par le projet de loi en faveur de la PMA pour toutes. « Pour beaucoup de femmes, c’est très douloureux de ne pas avoir d’enfant. C’est pourquoi les médecins ont réussi à faire en sorte que les femmes puissent avoir un enfant sans mari, avec un homme qu’elles ne connaissent pas. Mais elles ne réalisent sans doute pas qu’elles n’offrent pas les meilleures conditions pour élever un enfant. Les progrès scientifiques et l’intelligence des hommes ont rendu possible ce qui n’était pas envisageable autrefois, mais ce n’est pas parce qu’on peut faire quelque chose que ce quelque chose est bien », formule Bernadette Lemoine.

4
Entrer dans le concret

Afin de faire correctement le tour de la question, il faudra bien être sincère et affirmer que deux femmes ensemble ne peuvent pas donner la vie. Sans entrer dans le processus complexe de la PMA, on peut cependant dire qu’il a fallu un homme pour qu’un enfant puisse être conçu. Cette précision permet de souligner la chance qu’a un enfant de couple hétérosexuel de connaître son père et sa mère, ses grands-parents, ses origines. A contrario, on peut faire remarquer qu’un enfant de couple homosexuel ne connaîtra jamais son père, et que cela va sans doute lui manquer lorsqu’il sera plus grand.

5
Faire connaître le plan de Dieu pour l’humanité

« L’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux ne feront plus qu’un », lit-on dans la Genèse (Gn 2, 24). Depuis des millénaires, Dieu a prévu qu’il y ait un papa et une maman qui s’aiment pour donner la vie et faire grandir un enfant. Bernadette Lemoine conseille d’inviter l’enfant à s’émerveiller devant la beauté du corps humain et de la procréation qui servent le plan de Dieu pour l’humanité : « Ne trouves-tu pas magnifique tout ce que Dieu a prévu pour qu’un enfant naisse, grandisse et s’épanouisse ? ».

Lire aussi : Parlons d’amour à nos enfants !

6
Inculquer le respect

Formuler ainsi ses convictions n’exclut pas d’enseigner le respect de l’autre. Bernadette Lemoine insiste sur ce point : « Un jour tu rencontreras peut-être un camarade qui aura deux mamans. Tu devras toujours le respecter, même s’il n’a pas la même vie que toi ».

Témoignages : Ils ont participé à la manifestation du 6 octobre
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]