Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Sri Lanka : une messe célébrée à l’église Saint-Sébastien trois mois après les attentats

© Bartek AED / Video: Bartek CRTN
Partager

Trois mois après les attentats de Pâques qui ont frappé le Sri Lanka le 21 avril 2019, une messe a été célébrée pour la première fois en l'église Saint-Sébastien de Negombo.

Negombo, banlieue proche de Colombo. Trois mois après la série d’attentats qui a frappé le Sri Lanka, une messe a été célébrée à l’église Saint-Sébastien, la première en ces lieux depuis le drame. Le 21 avril dernier, le pays avait subi une série d’attentats visant trois églises en pleine célébration de la messe de Pâques, ainsi que des hôtels de luxe. Dimanche 21 juillet, soit trois mois jour pour jours après la tragédie qui a causé la mort de 258 personnes, plus de 1.000 fidèles ont assisté à cette messe présidée par le cardinal Malcolm Ranjith, archevêque de Colombo. Parmi eux, des rescapés des attentats mais aussi des familles des victimes. Un mémorial pour les victimes a été dévoilé à l’issue de la messe, mentionne l’Aide à l’Église en Détresse (AED).

© Bartek AED / Video: Bartek CRTN
Une statue du Christ qui porte encore la trace du sang des martyrs.

Les catholiques représentent près de 7% de la population sri-lankaise

Si le cardinal Ranjith a adressé des paroles de réconfort aux victimes et à leurs proches, il a également déploré le climat d’insécurité et de peur qui règne parmi les fidèles et le clergé, rapporte Vatican News. « Oui, il y a toujours une certaine peur, même si au cours des trois derniers mois, nous n’avons pas eu d’incidents graves », a ainsi lancé le prélat qui regrette l’inactivité du gouvernement. Selon lui, celui-ci n’a pas pris « assez de précautions » pour empêcher ces attentats alors qu’il disposait d’informations en amont. Mgr Ranjith déplore aussi une enquête menée sans « effort sincère pour découvrir véritablement qui étaient les responsables de ces attentats ». Enfin, il a évoqué sa rencontre avec le Pape le 20 juin dernier au Vatican, confiant que le Saint-Père avait été bouleversé par des photos prises dans les églises peu de temps après les explosions.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]