Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Pendant 24h, Franck Ferrand entre au monastère

MONASTERY-FRANCK-FERRAND-SOLESMES
© Kto
Franck Ferrand en compagnie d'un moine de l'abbaye de Solesmes.
Partager

Pendant 24h, le célèbre journaliste féru d’Histoire, Franck Ferrand, a délaissé sa vie chronométrée pour expérimenter le silence de la clôture. Au coeur de l’abbaye de Solesmes (Sarthe), le chroniqueur a ainsi vécu au rythme des moines bénédictins. Une expérience unique, filmée et diffusée ce samedi 16 février sur la chaîne KTO.

Pour le premier numéro de son nouveau magazine « Une nuit au monastère », la chaîne KTO a fait appel à un invité de marque. Franck Ferrand, connu pour ses chroniques d’Histoire sur Radio classique, a accepté un challenge inédit : passer 24h derrière la clôture. Et pas n’importe où ! Dans la célèbre abbaye bénédictine de Solesmes dans la Sarthe.

Olivier Braillon, directeur délégué à la direction des programmes de la chaîne KTO, raconte à Aleteia comment il a décroché l’accord du chroniqueur favori des férus d’Histoire : « Nous avons eu la chance de le convaincre en un instant ! Nous l’avons rencontré en novembre dernier lors de la présentation de la comédie musicale Bernadette au Val-de-Grâce ; nous lui avons alors proposé d’étrenner une nouvelle émission à Solesmes. Il a dit oui tout de suite ! »

Accueilli par le père abbé et la communauté de moines du 16 au 17 janvier (de 15h à 15h), le célèbre journaliste, qui a l’habitude de nous raconter l’histoire des autres, a cette fois-ci laisser entrevoir, pendant quelques instants, la sienne. Mais pourquoi avoir choisi l’abbaye de Solesmes ? « Solesmes n’est pas n’importe quelle abbaye, souligne Olivier Braillon. C’est là que fut re-fondé l’ordre bénédictin au milieu du XIXe siècle, sous l’impulsion d’un jeune moine nommé Prosper Guéranger. L’abbaye a, dès ce moment, et depuis lors, attiré comme un aimant un nombre incroyable d’artistes : poètes, peintres ou écrivains. Nous avons rencontré le père abbé Dom Philippe Dupont et le prieur, le père Geoffroy Kemlin. Ces derniers nous ont exprimé leur enthousiasme pour un projet si cohérent avec la règle de saint Benoît, dont un chapitre est entièrement dédié à l’accueil des hôtes. Ils ont pris le temps d’interroger la communauté dont on sait que certains membres sont attachés à la discrétion la plus absolue et peu friands des lumières et des caméras. Malgré ces réticences bien naturelles, toute la communauté a donné son accord ».

Après avoir été accueilli à la porte du monastère sarthois par le frère hôtelier, l’historien-conteur a donc abandonné son téléphone pour vivre au rythme des offices et du silence, loin du monde et de ses sollicitations. Une expérience unique à découvrir samedi 16 février à 20h40 sur la chaîne KTO. Prochain invité ? « On garde la surprise », glisse malicieusement Olivier Braillon.

Pour découvrir l’émission en intégralité, cliquez sur la vidéo :

Découvrez ces plus belles abbayes de France :
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]