Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Il existe un lien entre exposition précoce aux écrans et troubles cognitifs

© Shutterstock
Partager

Dans une tribune parue dans Le Monde le 17 janvier, les professionnels du Collectif Surexposition Ecrans (CoSE) s’inquiètent de la forte augmentation des troubles intellectuels et cognitifs chez l’enfant, et alertent sur la nécessité de lutter contre la surexposition précoce aux écrans de télévision, d’ordinateur, de tablette et de téléphone.

L’Éducation Nationale a publié dans ses Repères et références statistiques 2018 le nombre d’enfants scolarisés et souffrant de handicap. « Les résultats sont frappants », déplore le Collectif. « Le nombre d’enfants entre 2 et 11 ans souffrant de troubles intellectuels et cognitifs, de troubles du psychisme ou de troubles du langage est en très forte augmentation. Depuis 2010, les troubles ont progressé de 24% pour les troubles intellectuels et cognitifs, de 54% pour les troubles psychiques et de 94% pour les troubles de la parole et du langage. » En l’espace de dix ans, les enfants ont de plus en plus de mal à s’exprimer, à apprendre et à gérer leurs émotions.

Un lien avec la surexposition aux écrans ?

Ils sont pédiatres, pédopsychiatres, psychologue, psychomotricien, et s’interrogent : le facteur environnemental ne pourrait-il pas expliquer de telles progressions des troubles graves chez l’enfant ? Et de mettre en avant les nombreux travaux menés depuis une vingtaine d’années, établissant un lien de cause à effet entre une exposition trop précoce aux écrans et des troubles du sommeil, du langage, du comportement et de l’attention.

Pour les grands enfants, d’autres études confirment le rapport entre l’exposition aux écrans et les répercussions sur les activités physiques, le poids, la vision, l’humeur (anxiété, isolement, dépression) et des attitudes hypersexualisées ou violentes à cause de la pornographie et de la violence.

Les enfants en bas-âge regardent trop la télévision

Le combat s’annonce rude puisque les parents eux-mêmes ne semblent pas prendre en compte cette réalité. Alors que de nombreux spécialistes préconisent de ne pas exposer les enfants aux écrans avant l’âge de trois ans, l’étude ELFE (étude longitudinale française depuis l’enfance) révèle que deux tiers des enfants âgés de deux ans regardent la télévision tous les jours. Le Collectif en appelle donc au pouvoir public à soutenir des équipes de recherche, afin que la France dispose d’études qui lèveraient tous doutes sur le sujet, et à élaborer une stratégie nationale de prévention des risques, en créant notamment des soutiens à la parentalité.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]