Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Maman de jumeaux, dont l’un trisomique, elle raconte leur histoire sur Instagram

© Aventure X3ordinaire
Partager

Élisabeth et Jean-Philippe sont parents de jumeaux de sept mois. L'un des deux est porteur de trisomie 21. Ils racontent leur histoire sur les réseaux sociaux.

Lorsque l’on contemple Christian et Gabriel, difficile de ne pas craquer devant leurs bonnes billes de petits chefs. Les deux loupiots viennent de fêter leurs 7 mois. Élisabeth, leur maman a choisi de raconter leur histoire sur les réseaux sociaux. En effet, Christian est porteur de trisomie 21 et ses parents ont souhaité témoigner qu’il était possible de vivre avec ce handicap. « Nous voulons partager et montrer à d’autres parents que l’on n’est jamais seul dans ces étapes et que, malgré les difficultés, il y a surtout beaucoup de bonheur », lancent-ils sur leur page Facebook intitulée Aventure X3ordinaire.

Mariés depuis deux ans, Élisabeth et Jean-Philippe, 27 et 29 ans, sont allés de surprise en surprise : s’ils ne s’attendaient pas à l’arrivée de jumeaux, ils imaginaient encore moins celle de la trisomie. Le handicap de Christian a été décelé alors qu’Élisabeth était enceinte de 7 mois. Pour ses parents, hors de question d’interrompre cette grossesse pour autant. Ils décident d’aller jusqu’au bout.

« Les gens ne connaissent pas, ou mal, la trisomie »

« Avant, je ne voulais pas mettre mes enfants sur les réseaux sociaux », témoigne la jeune maman. Mais elle comprend rapidement que son témoignage a de la valeur. « Le handicap, ce n’est pas que du malheur et des rendez-vous à droite à gauche. Les gens ne connaissent pas, ou mal, la trisomie, et ils ont des idées préconçues. Ils s’imaginent que c’est une vie qui ne sera pas possible ». Elle constate avec regret que de nombreux médecins ne sont pas bien formés sur la question. « Nous ne cherchons pas du tout à nier le handicap », ajoute-t-elle, consciente que Christian a du retard dans certains domaines. « Et alors ? Personne ne sait de quoi l’avenir est fait », poursuit-elle. Son mari a lui-même un frère trisomique, Paul, jeune adulte aujourd’hui : « Il est heureux, il a sa vie, il fait des stages en cuisine, il a de l’humour. Grâce à lui, nous connaissions la trisomie donc nous n’avions pas peur de l’avenir ».

Leur page Instagram est suivie par près de 7.000 personnes. Des photos des jumeaux sont publiées quotidiennement, accompagnées de légendes qui montrent la réalité de leur vie de chaque jour : « 29 octobre. Rendez-vous chez le psychomotricien. Bonnes nouvelles pour Christian, il tient très bien sa tête » ; « 3 novembre. C’est vraiment l’éclate les balades avec Papa ! ». « Nous ne faisons pas cela pour nous rassurer quant au fait que nos enfants sont adorables. Nous avons énormément d’échanges avec des parents qui se retrouvent dans la même situation que nous et qui nous disent : “Les médecins nous ont dit cela et je voulais avoir votre avis, vous qui l’avez vécu” », explique Élisabeth. Ces jeunes parents ont choisi de croire en la vie. « Nous avons l’intention d’être aussi exigeants avec Christian qu’avec Gabriel, tout en respectant le rythme de chacun, et nous voulons les pousser à donner le meilleur d’eux-mêmes. Il faut se faire confiance à soi en tant que parent, mais il faut aussi faire confiance à son enfant ».

 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Les lecteurs comme vous contribuent à la mission de Aleteia

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à proposer des informations qui enrichissent et inspirent la vie de nos lecteurs avec une dimension catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient gratuits et librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.