Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!
Aleteia

La prière de Frédéric Ozanam pour trouver l’âme sœur

PEACE
Partager

Durant sa jeunesse, le Bienheureux Frédéric Ozanam a rédigé une prière pour les célibataires et a été exaucé dans sa recherche de l’âme sœur. Aujourd’hui, il intercède pour de nombreux célibataires qui peuvent dire sa prière tous les jours.

Avant de devenir une grande figure du catholicisme social du XIXe siècle, co-fondateur de la Société de Saint-Vincent-de-Paul, précurseur de la doctrine sociale de l’Église et co-créateur de la démocratie chrétienne, le Bienheureux Frédéric Ozanam a longtemps cherché sa vocation. Il a en effet hésité entre le célibat dans le monde, mariage ou vie religieuse. Il priait le Seigneur pour qu’Il lui dévoile sa volonté. En quête de sa propre voie, il a rédigé une prière pour les célibataires à la recherche de l’âme sœur. Dieu a entendu ses prières et la réponse à ses questions est venue suite à sa rencontre avec une jeune fille, Amélie Soulacroix. Le 23 juin 1841, les deux jeunes se sont mariés. Le 24 juillet 1845, ils ont eu une fille, Marie. Ce couple est un des plus beaux exemples de couple chrétien, leur correspondance en la preuve. Aujourd’hui nombreux célibataires qui tendent à un amour similaire peuvent dire la prière du Bienheureux Frédéric Ozanam et la faire leur :

Je sens en moi se faire un grand vide que ne remplissent ni l’amitié ni l’étude. J’ignore qui viendra le combler. Sera-ce Dieu, sera-ce une créature ? Si c’est une créature, je prie qu’elle ne se présente que quand je m’en serai rendu digne.

Je prie qu’elle apporte avec elle ce qu’il faudra de charme extérieur pour qu’elle ne laisse place à aucun regret; mais je prie surtout qu’elle vienne avec une âme excellente, qu’elle apporte une grande vertu, qu’elle vaille beaucoup mieux que moi, qu’elle m’attire en haut, qu’elle ne me fasse pas descendre, qu’elle soit généreuse parce que souvent je suis pusillanime, qu’elle soit fervente parce que je suis tiède dans les choses de Dieu, qu’elle soit compatissante enfin, pour que je n’aie pas à rougir devant elle de mon infériorité.

Ne m’abandonnez pas, Seigneur, faites que je sois aimé; Vous le savez, ce n’est pas seulement de la douceur que je cherche dans l’Amour, c’est le mépris de toute bassesse, c’est la force de combattre pour le Bien, pour le Vrai.

Amen