Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 02 mars |
Bienheureux Charles le Bon
Aleteia logo
Belles Histoires
separateurCreated with Sketch.

À Beit Afram, prendre soin des personnes âgées en temps de guerre

2.-Une-residente-de-la-maison-Beit-Afram-le-3-octobre-2023.-©Marco-Bassi

Marco Bassir

Une résidente de la maison Beit Afram le 3 octobre 2023

Claire Riobé - publié le 28/11/23

Marco Bassir est le directeur de Beit Afram, une maison de retraite du village de Taybeh, en Cisjordanie. Dans une région meurtrie par la guerre, il se démène pour défendre jusqu’au bout la vie de ces personnes âgées isolées.

Sans donateurs, l’avenir d'Aleteia s’écrit en pointillé.
Pour qu'Aleteia reste gratuit et pour faire rayonner l’espérance qui est en vous,
faites un don à Aleteia !

JE FAIS UN DON

(avec déduction fiscale)

Il fait défiler, sur son portable, les photos de vingt-six visages ridés et souriants. Il présente, avec une fierté non dissimulée, « ses résidents » chantant et cuisinant ensemble, à proximité de champs. À Beit Afram, une maison de retraite chrétienne située dans le village de Taybeh, à une vingtaine de kilomètres de Jérusalem, la vie quotidienne a souvent des allures de fête. Ici, on aime et on cultive la joie. « Quand tu fais un pas dans cette maison, il y a une énergie extraordinaire qui touche ton âme », affirmeMarco Bassir, son directeur. Pourtant, depuis le déclenchement de la guerre entre Israël et le Hamas le 7 octobre, la vie quotidienne de ses résidents a peu à peu changé. 

3.-Jour-de-fete-a-la-maison-Beit-Afram-en-octobre-2023.-Marco-Bassir-1
Jour de fête à la maison Beit Afram, en octobre 2023.

Il y a un an, Marco Bassir s’est vu proposer la direction de cet établissement unique en son genre dans la région, créé en 2005 par le curé du village. Le lieu est aujourd’hui l’une des rares maisons de retraite palestiniennes dédiées aux personnes âgées dépendantes. Gérée financièrement et administrativement par le Patriarcat Latin de Jérusalem, elle rassemble seize bénévoles pour vingt-six résidents sans famille ou sans revenu. « Notre mission, c’est de faciliter leur fin de vie, de les aimer et leur donner toute la dignité qu’ils méritent dans une perspective chrétienne », explique Marco. 

Maintenir un climat de paix et de joie

Depuis l’attaque terroriste du Hamas début octobre, la prise en charge des habitants de Beit Afram s’est complexifiée. Les routes reliant le village aux principaux axes de Cisjordanie sont bloquées chaque jour par des barrages de l’armée israélienne. « Nous ne pouvons plus circuler librement, et ce n’est pas simple. Mais nous prenons quand même le risque de nous déplacer car nos résidents ont des besoins importants, être nourris et être soignés notamment », raconte Marco. Le village est également entouré de quatre colonies israéliennes, illégales au regard du droit international. La présence de plusieurs centaines de colons violents – problème récurrent dans la région ces dernières années -, s’est intensifiée en l’espace de quelques semaines. « Nos voitures ont été vandalisées, nous nous sommes même fait tirer dessus. Nous avons très peur pour notre sécurité et celle des résidents », avoue le père de famille d’une quarantaine d’années.

1.-Marco-Bassir-directeur-de-la-maison-de-retraite-Beit-Afram-de-passage-a-Paris-le-24-novembre-2023.-©-Claire-Riobe-
Marco Bassir.

L’équipe soignante de Beit Afram tourne par ailleurs à effectifs réduits – les deux volontaires françaises de la maison ayant dû être rapatriées en octobre. Le personnel restant s’organise comme il peut pour maintenir une atmosphère de joie et de paix auprès des résidents. « Nous avons par exemple décidé d’interdire la diffusion de nouvelles en continue à la TV, pour protéger leur santé psychologique. Pour certains, entendre parler tous les jours du conflit était devenu trop anxiogène », explique Marco.

Ma joie, c’est de voir les résidents souriants et joyeux. Et nous allons poursuivre notre mission malgré la guerre !

Malgré le climat ambiant particulièrement compliqué, le directeur de Beit Afram souhaite se concentrer sur l’avenir de la maison. « Ma joie, c’est de voir les résidents souriants et joyeux. Et nous allons poursuivre notre mission malgré la guerre ! », affirme-t-il. Son objectif ? Continuer d’importants travaux de rénovation initiés à son arrivée comme directeur. En 2022, la maison ne comptait aucun lit médicalisé pour les résidents les plus dépendants.Les dons de mécènes locaux et européens ont permis de financer ces équipements essentiels à leur bien-être. Demain, « nous voudrions faire installer un système de climatisation », espère Marco. Il espère « pouvoir continuer à faciliter la fin de vie de chacune de ces personnes, dans l’amour et la douceur. Elles le méritent, et je continuerai de me battre pour cela ! »Il conclut :« Nous avons besoin de votre prière, de votre soutien et de votre solidarité. Priez pour les chrétiens de Terre sainte, priez pour la paix ! »

Tags:
personnes ageesTerre sainte
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Faites du soutien de notre mission votre effort de Carême 2024.

Notre mission ? Offrir une lecture chrétienne de l’actualité et transmettre l’espérance du Christ sur le continent numérique.

Nous sommes les missionnaires du XXIème siècle : accompagnez-nous par vos dons !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts.

(avec déduction fiscale)
ASSISE-Ictus-x-Aleteia.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement