Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 18 mai |
Saint Éric
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

Cinq clés pour apaiser un enfant turbulent 

CHILD-RUN

Shutterstock I Evgeny Atamanenko

Colombe Hayot - publié le 23/08/23

Éduquer est une œuvre grandiose, source d’une multitude de questionnements. La clé ? Commencez par rendre heureux ceux que vous voulez rendre meilleurs. Voici cinq idées concrètes pour vous y aider.

L’enfance est l’âge de la pureté, des grands rêves, des éclats de rire. Un âge merveilleux mais parfois ardu à guider ! Les bambins cherchent à comprendre le monde et pour cela ont besoin d’en saisir les contours. Le rôle des parents, primordial et irremplaçable, est de fixer les limites, de guider vers ce qui est bon. D’autant que l’enfant est toujours reconnaissant d’évoluer dans un cadre exigeant, tant que ce dernier est juste et cohérent. Voici cinq astuces pour avancer avec sérénité : 

1Aimer

MOTHER-CHILD-LOVE-shutterstock_1660545943

Vous agissez pour que votre chérubin soit heureux mais il est difficile de le faire obéir, vous n’avez pas de “prise” sur lui. Pourtant, ce qu’il cherche avant tout est simple : votre amour. Créer un climat de tendresse au sein de la famille est fondamental car cela participe indirectement à l’éducation des enfants, à leur épanouissement. 

Gary Chapman, conseiller conjugal, est bien connu chez les couples, grâce à son livre Les langages de l’amour. Son postulat : même si l’on s’aime, il n’est pas toujours aisé de le communiquer. En fonction des personnalités, il distingue cinq façons de dire je t’aime : les paroles valorisantes, le toucher, les cadeaux, les services rendus, et les moments de qualité. Afin de trouver le langage de votre enfant, questionnez-le simplement : “Comment sais-tu que je t’aime ?”. 

Visualiser

Il n’est pas toujours évident pour l’enfant de trouver sa place dans sa famille. Des psychologues affirment d’ailleurs que certains forcent naturellement les traits de leurs caractères, afin de se distinguer de leur fratrie. Pourquoi ? Ils croient que l’amour se partage comme un gâteau, d’où la crainte d’être moins aimé que leurs pairs. Mais l’amour ne se divise pas par le nombre d’enfants au contraire il se multiplie par le nombre d’enfants ! Afin de le visualiser, voici une astuce : sur une feuille, dessinez deux grands cœurs (un pour la maman, l’autre pour le papa) puis des petits cœurs de taille identique à l’intérieur, avec les prénoms des enfants (ou une photo). Il apparaît ainsi que chacun a sa place et est aimé autant que les autres. Ce dessin peut être affiché dans un lieu visible par toute la famille, par exemple dans la cuisine, sur le frigidaire. 

Raconter 

“Au commencement était le verbe”, dit saint Jean dans le prologue de son évangile. En d’autres termes : la parole donne vie. Une parole vraie, composée de mots justes et de phrases affirmatives : voilà comment mobiliser, à tous âges. 

Il est ainsi toujours bon de récapituler le projet d’amour dans lequel l’enfant s’inscrit, si possible avec des photo. Vous pouvez raconter l’histoire de votre couple, la grossesse et la façon dont le bébé a été accueilli. Commentez les bonheurs et les souffrances vécues, en mettant des mots sur les émotions ressenties. Le jeune peut ainsi comprendre qu’il a faussement interprété certains incidents comme des manques d’amour et ainsi se libérer de ses angoisses. “Lorsque les mots sont posés sur les maux, l’enfant classe les faits et les dépasse. Comme s’il avait tout écrit sur une feuille qu’il avait ensuite froissée et jetée à la poubelle”, explique une psychologue disciple de Bernadette Lemoine. 

Isoler

ENFANT-SEUL-CHAMBRE

C’est le fameux Time-out. Cette technique, largement médiatisée par la psychologue Caroline Goldman, consiste à isoler l’enfant en crise quelques minutes dans sa chambre, pour l’aider à se calmer et éviter des tensions au sein de la famille. Le temps de mise à l’écart est à évaluer en fonction de la personne et du contexte, mais la psychologue invite à ne pas dépasser dix minutes à trois ans. 

Après le temps d’isolement, il est important de discuter avec son enfant : comment te sens-tu ? Pourquoi as-tu agi ainsi ? Qu’en penses-tu ? Te sens-tu capable de t’améliorer ? Si tu t’améliores, qu’est-ce que cela t’apportera de positif ? 

Ressentir

Canaliser ses émotions : c’est le travail d’une vie ! L’école, depuis quelques années, accompagne les élèves sur ce point car nommer l’émotion permet de l’accepter, la mettre à distance et donc d’améliorer la confiance en soi pour être plus disponible aux apprentissages. 

Comment faire ? La roue des émotions est un outil concret, à l’attention des enfants et adultes, pour écouter les messages envoyés par son corps et les accueillir. Présentée sous la forme de trois disques distincts, elle permet d’abord de cerner les sensations ressenties (météo intérieure pour les plus jeunes) puis d’identifier l’émotion correspondante et enfin de formuler le besoin sous-jacent. Par exemple, un enfant qui a peur peut ressentir des frissons dans le corps, être paralysé, avoir mal au dos… ou à l’inverse ressentir de la chaleur lorsqu’il est heureux. Une fois le besoin formulé, il ne vous reste qu’à le combler. 

Découvrez aussi ces saints qui sont de puissants intercesseurs pour vos enfants :

Tags:
ÉducationEnfantsFamille
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-ecrire-sans-vous-NONPOP.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement