Aleteia logoAleteia logoAleteia
Dimanche 14 avril |
Saint Maxime
Aleteia logo
Tribunes
separateurCreated with Sketch.

Mobilier de Notre-Dame : “Donnez-nous le vertige de Dieu”

Article réservé aux membres Aleteia Premium
MOBILIER-CATHEDRALE-DE-PARIS.jpg

Guillaume Bardet

Fleur Nabert - publié le 28/06/23

Sculpteur, créatrice de mobilier liturgique, Fleur Nabert confie regretter le "mutisme" sur le mystère divin du projet de mobilier retenu pour Notre-Dame de Paris. Candidate lors de la première phase du concours, elle livre ses attentes d’artiste et de fidèle pour que le mobilier choisi gagne en joie, en lumière et en grandeur.

À la découverte des premières images du mobilier retenu pour Notre-Dame de Paris, un soir d’été, mon cœur a plongé dans un immédiat hiver. Je suis tout à fait certaine cependant que personne n’agit à la légère : ni l’artiste ni les décideurs. Après avoir soulevé des observations techniques objectives, je voudrais attirer l’attention sur plusieurs dimensions qui sont encore en travail pour cette création qui est l’image de l’église au XXIe siècle. Rien de moins. Mon avis est un avis d’artiste et de fidèle, les deux étant indémaillables dans ma vie. 

J’invite à garder élégance et raison sur ce sujet. L’insulte balafre autant l’âme de celui qui la reçoit que de celui qui la profère. La colère ne sait élever des cathédrales. Qui sont, il n’est pas l’heure de l’oublier, des lieux de paix. Dans ce projet je suis tout à fait certaine que personne n’agit à la légère : ni l’artiste ni les décideurs. Mais voici ce qui me trouble.

L’enjeu est un mobilier liturgique. Pas un mobilier. La différence est que là où le mobilier est question d’usage et de forme, le mobilier liturgique est d’usage et de signification. L’absence totale de signe sur l’autel est problématique, particulièrement pour Notre-Dame. La cathédrale est visitée par des millions de personnes des quatre coins du monde. Bon nombre ne sont pas du tout chrétiens. Elle doit porter une catéchèse en image, simple, quintessentielle. Et la simplicité n’est pas une condamnation à la pauvreté. De quoi parle-t-on à ces visiteurs ? D’un meuble ou de Dieu ? Rien ne dit que s’y célèbre le mystère eucharistique. Que l’autel est le tombeau du Christ. Le visiteur pourra penser qu’on y fait des conférences. Le mystère divin est rendu… mutique.

Notre-Dame est le lieu où il faut montrer son ancrage et son éternité à travers les siècles et les tempêtes, sa nature qui dépasse toutes nos faiblesses. 

‌À titre personnel, je n’aime pas la forme de “culbuto” de l’autel. Ni la faiblesse du socle du baptistère par rapport à la partie haute plus volumineuse. Leur équilibre est instable. On pourra argumenter de la fragilité de la foi ? De l’Église ? Notre-Dame est le lieu où il faut montrer son ancrage et son éternité à travers les siècles et les tempêtes, sa nature qui dépasse toutes nos faiblesses. 

L’ombre au lieu de la lumière

06_MISE-EN-SITUATION-DU-PROJET-DE-MOBILIER-LITURGIQUE-DE-GUILLAUME-BARDET-DEPUIS-LENTREE®-Guillaume-Bardet.jpeg
Mise en situation du projet de mobilier liturgique réalisé par Guillaume Bardet de Notre-Dame de Paris. Vue depuis l’entrée de la cathédrale où se trouvera le baptistère.

J’aime l’éternité que porte le bronze. Mais la patine ombreuse choisie ici me semble trop fermée, trop bouchée, en un mot trop triste. Le tabernacle fermé est plus qu’austère si ce n’est funéraire (comme la cathèdre). La sublime perspective axiale baptistère-autel va d’ombre à ombre alors qu’elle aurait pu être un chemin de lumière. Les bâtisseurs du Moyen-Âge ont su faire entrer la lumière par les vitraux alors qu’ils avaient des contraintes inouïes. Nous ne pouvons pas éteindre cette lumière de la foi faite matière, qui doit briller dans les ténèbres. « Signe ce que tu éclaires, non ce que tu assombris » disait René Char.

‌L’écrin doit servir le joyau

18_CHASSE–RELIQUAIRE-sylvain-dubuisson_┬®-Sylvain-Dubuisson.jpg
Le futur reliquaire de la couronne d’épines.

À propos du reliquaire, c’est la moindre de mes remarques, mais il me semble que celui-ci n’est pas l’objet même de la contemplation. Il sert la relique et non l’inverse. Ici, la sainte couronne semble noyée dans une couronne qui parle d’elle-même plutôt que du trésor d’humilité et d’amour qu’elle contient.

Grandiose

Grandiose. C’est ce qu’est Notre-Dame. Ce que nous a légué le passé. Ce qui donne le vertige de Dieu. Je ne crois pas qu’il faille s’interdire ce vertige désormais. Ou alors il faut faire taire tous les orgues des églises et abattre les cathédrales. Dans ce qui est apporté par notre temps, je ne ressens pas cette émotion, ce vertige de Dieu qui soulève l’âme pour la mettre un instant face à ce qui la dépasse. Ou qui la fait tomber à genoux dans la reddition à l’amour infini. J’espérais de toutes mes forces ce bouleversement. Mais pour l’heure, seuls les ouvrages du passé de Notre-Dame gardent mon cœur dans un invincible été.

[EN IMAGES] Le mobilier liturgique de Notre-Dame

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes

Tags:
Art sacréNotre-Dame de ParisPatrimoine
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Pave-Aleteia-Ictus-V2.png
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement