Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 25 mai |
Sainte Madeleine-Sophie Barat
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

Grand oral du bac : ce verset de la Bible réconfortera les grands timides

WOMAN-STUDENT-TALKING.jpg

fizkes I Shutterstock

Mathilde de Robien - publié le 18/06/23

L’épreuve du grand oral du baccalauréat démarre ce lundi 19 juin. Les grands timides peuvent se tourner vers le Seigneur pour lui demander la force et le courage d’ouvrir la bouche face aux examinateurs.

Bien entendu, implorer le Seigneur n’est pas une formule magique. Réclamer son aide n’exclut pas des révisions dignes de ce nom et un travail sérieux tout au long de l’année. Néanmoins, lorsqu’un étudiant a fait tout ce qui lui était possible de faire, et qu’il reste tétanisé, à cause de sa timidité, à l’idée de devoir parler durant vingt minutes, ce verset de la Bible peut lui être d’un grand réconfort.

Il est tiré du Livre des Nombres, lorsque l’ânesse de Balaam, frappée par trois fois par son maître à cause de son refus d’avancer, se met soudain à parler sous l’action de Dieu : “Alors le Seigneur ouvrit la bouche de l’ânesse” (Nb 22, 28). Il ne s’agit absolument pas de comparer un élève de terminale avec une ânesse – sa confiance en lui en prendrait un sacré coup – mais de l’inviter à s’abandonner à la Providence et à avoir confiance en la toute-puissance de Dieu.

“Alors le Seigneur ouvrit la bouche de l’ânesse.”

C’est l’expérience qu’a faite Bénédicte Delelis, enseignante en théologie et auteur de nombreux livres spirituels, et qu’elle raconte dans son dernier ouvrage Lettre à ceux qui ont la vie devant eux (Mame). Durant ses études de théologie, elle était prise de tels accès de timidité qu’elle ne pouvait “quasiment plus parler”. Elle choisit alors dans la Bible “une devise qui obligerait Dieu à [lui] venir en aide”. Son choix se porta sur ces quelques mots : “Et le Seigneur ouvrit la bouche de l’ânesse”. “Si Dieu avait accompli la prouesse de faire parler une ânesse, il pourrait bien faire de même pour moi”, confie-t-elle.

C’est en se répétant ce verset qu’elle se rendit à son premier cours en tant qu’enseignante. Et effectivement, “il le fit”, témoigne-t-elle. “L’inquiétude et la peur peuvent paralyser. Mais elles peuvent aussi devenir un exercice d’abandon à la providence de Dieu. Il est bon. Il ne laisse pas seules ses créatures ; il ne les abandonne pas.” Réconfortant non ?

Tags:
baccaulaureat
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-ecrire-sans-vous-NONPOP.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement