Aleteia logoAleteia logoAleteia
Dimanche 25 septembre |
Saint Firmin
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

Et si vous écriviez votre testament spirituel ?

Article réservé aux membres Aleteia Premium
shutterstock_2051840189.jpg

Triff / Shutterstock

Marzena Devoud - publié le 28/08/22

Trop souvent, les personnes qui approchent le grand âge oublient qu’un testament ne concerne pas uniquement les questions matérielles. Le vrai trésor à transmettre n'est-il pas plutôt le testament spirituel ?

Il s’y préparait depuis quelques années. Atteint de maladie de Parkinson, Pierre, 85 ans, sent qu’il ne lui reste pas beaucoup de temps à vivre. « Qu’est-ce qui me reste encore à faire alors que le passage vers l’au-delà est proche ? Il est grand temps d’écrire mon testament spirituel pour mes enfants et petits-enfants. D’autant plus que certains parmi eux ne croient pas en Dieu », confie-t-il à Aleteia en reconnaissant que ce n’est pas facile pour lui de passer à l’acte. « Avec une certaine peur de ne pas savoir m’exprimer, j’ai commencé à réfléchir à ce que je souhaitais leur transmettre d’essentiel et plus j’y réfléchissais, plus il m’a paru clair, explique Pierre, que c’est avec la prière que les mots justes se mettront finalement en place… »

Les trésors de vie

C’est ce qu’ont expérimenté Elodie, 73 ans et Christophe, 75 ans, mariés depuis 38 ans. L’idée d’écrire leur testament spirituel ne les a jamais heurtés. Leur approche est paisible, peut-être parce qu’ils savent intérieurement ce qui est essentiel pour eux. Heureux parents de quatre enfants et grands-parents de trois petits-enfants, c’est en parlant avec des amis, qu’ils ont décidé de préparer leur testament maintenant, au moment où ils « savourent pleinement » leur vie de retraités. En plus, sous une forme inhabituelle : « Pas très doués pour l’écriture, nous avons eu l’idée de faire un enregistrement audio. Notre fille, journaliste, nous a aidé en préparant quelques questions. C’était très émouvant de faire cet échange à trois voix et de confier ainsi tous nos petits trésors de vie, tout ce qui est porteur de sens de vie », confient-ils à Aleteia.

Comme le remarque la psychologue et psychothérapeute Marie de Hennezel dans un entretien publié dans Conversations sur la mort donc sur la vie (Service catholique des funérailles) « notre vie est limitée et c’est cette limite qui nous oblige à prendre conscience de l’importance de la vie, de son caractère précieux, et à nous poser les bonnes questions : qu’est-ce qui est essentiel pour moi ? Qu’est-ce qui me reste encore à faire si je suis âgé et que je sens que j’approche du terme ? Qu’est-ce que je veux léguer à mes proches ? »

Le crédo personnel

Trop souvent, les personnes qui approchent le grand âge oublient qu’un testament ne concerne pas uniquement les questions matérielles. Il peut s’agir des biens sentimentaux (comme des livres de collection), des biens intellectuels (comme des écrits ou des dessins), comme des biens spirituels. Le testament spirituel est un message en lien avec la foi, les convictions et les choix de son auteur(e). Un credo personnel qui sert d’outil de transmission de valeurs pour les jeunes générations et qui répond à la question « Qu’est-ce qui est important pour moi ? » Ecrire son testament spirituel peut-être aussi l’occasion de demander pardon, d’exprimer sa gratitude, d’inviter certains proches à se réconcilier. Et même, cette leçon de vie, peut être une belle manière d’évangéliser…

C’est ce que Pierre compte faire en préparant sa messe d’enterrement, lui qui prévoit de dicter son testament à un ami. Il y indiquera les lectures et les chants qui lui tiennent à cœur. Il veut  que tous « parlent de l’espérance, de la joie ». « Par ce choix, j’aimerais que mes enfants et mes petits-enfants connaissent la vraie joie d’être chrétien et sachent que mon âme continuera de veiller sur eux », explique-t-il.

Le testament des bienheureux Quattrocchi

Premiers époux à être béatifiés en tant que couple par Jean Paul II en 2001, Luigi et Maria Beltrame Quattrocchi ont eu « une vie ordinaire vécue de façon extraordinaire » comme dira d’eux le pape lors de leur béatification. Ils avaient décidé d’écrire leur testament spirituel. Celui-ci commence par quelques phrases de Maria adressées à son époux  : « Je vous recommande, mon cher, quand il s’agit de la relation de votre âme à Dieu, de ne pas abandonner les exercices de dévotion que vous faisiez quand j’étais avec vous », lui demande-elle.

Ensuite, elle s’adresse à ses enfants : « Que votre tâche constante soit de vous améliorer intérieurement à l’amour de Jésus et de la Divine Mère. Faites votre examen de conscience à chaque instant ». Et elle continue plus loin avec cette réflexion sur le rôle des parents : « Nous avons veillé sur les enfants jour et nuit, en prenant garde à ce qu’un élément maléfique ne parvienne pas à obscurcir leurs âmes de quelque manière que ce soit ».

De son côté, Luigi complète le testament le 1er novembre, soit quelques jours seulement avant sa mort qui survient dans la nuit du 7 au 8 novembre : « J’attends le moment où je quitterai la vie terrestre et me tiendrai devant le tribunal de Dieu avec un esprit tremblant, mais aussi avec la confiance en la miséricorde de Dieu. Je demande le pardon de tous pour toutes les fautes commises non pas tant à cause de ma mauvaise volonté, mais à cause de mes défauts de caractère et de mes nombreuses imperfections. »

Le testament de Maria et Luigi est adressé à ceux qu’ils aiment : ils veulent qu’ils sachent ce qu’ils ressentent, ce à quoi ils pensent, et ce en quoi ils croient.

Le testament de Luigi et Maria est plein de simplicité. Pas d’ornement, pas de figures de style, comme s’ils écrivaient leurs réflexions tout en priant. Pas non plus, de certitudes, mais beaucoup d’humilité dans leur confiance à la miséricorde de Dieu. Une chose qui frappe : leur testament est adressé à ceux qu’ils aiment : ils veulent qu’ils sachent ce qu’ils ressentaient, ce à quoi ils pensaient, et ce en quoi ils croyaient.

Quelques pistes pour se lancer…

Alors comment concrètement bien préparer son testament ? Le conseil du père Paul Habsburg de la paroisse Notre-Dame d’Auteuil à Paris, est tout d’abord de visualiser son dernier jour « avec un pied dans l’éternité ». Cette perspective aide à voir ce qui est réellement important. Imaginer ce dernier jour de votre vie donne la possibilité de la résumer. Ce sont donc les dernières paroles laissées aux proches. Pour s’inspirer, voici quelques exemples de débuts de phrases « brouillon » qui peuvent être utiles :

J’ai essayé de vivre ma vie selon ces valeurs…

Ce qui a donné un sens à ma vie était…

Voici les choses qui m’ont comblé de bonheur…

Les souvenirs qui m’ont rempli de joie sont…

Pour moi, la véritable joie, le vrai bonheur, c’est

Les plus grandes douleurs de ma vie ont été …

Les leçons les plus importantes que j’ai apprises dans ma vie sont …

Les meilleurs conseils que je peux vous donner pour une vie heureuse sont …

Il y a une chose qui a inspiré le plus ma vie…

J’aimerais que vous vous souveniez de cette chose sur moi…

Pardonnez-moi pour cette chose

Merci pour cette personne, cette chose…

Découvrez aussi, douze pensées des grands saints sur la vieillesse :

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Accès exclusif à notre prestigieuse revue de presse internationale

5.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

6.

550 monastères accueilleront vos intentions et les porteront dans leur prière quotidienne

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
fin de vieMort
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement