Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 24 novembre |
Saint Clément Ier
home iconCulture
line break icon

Le testament de Marie-Antoinette, quand une reine s'abandonne à Dieu

Fred de Noyelle / Godong

Marie-Antoinette soutenue par la Religion, Chapelle expiatoire, à Paris.

Marzena Devoud - Publié le 16/11/20

Bouleversant pour la justesse et la délicatesse de chaque mot, le testament spirituel de Marie-Antoinette, rédigé quelques heures avant d’être guillotinée, suscite toujours un débat passionné quant à son authenticité. Pour l’historien Emmanuel de Waresquiel aucun doute qu’il a été écrit par la dernière reine de France.

La lettre testamentaire de Marie-Antoinette, écrite dans la nuit du 16 octobre 1793, quelques heures avant sa mort bouleverse par la foi en Dieu absolue et l’amour envers ses enfants que la reine exprime avec une délicatesse saisissante. Egarée dans les tourments de cette époque troublée, cette lettre n’est retrouvée qu’en 1816, lorsque Louis XVIII fait saisir les documents conservés par le conventionnel Courtois, chargé de l’inventaire des papiers de Robespierre. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle certains affirment qu’il s’agit d’un faux document. « Même si ce document ne nous est pas parvenu simplement, je suis convaincu de son authenticité, explique à Aleteia l’historien Emmanuel de Waresquiel, grand spécialiste de la Révolution française, auteur de Juger la reine.

Marie-Antoinette rédige sa lettre testamentaire du fond des cachots de la Conciergerie après l’annonce de sa condamnation. Elle ne la signe pas et ne mentionne aucun nom, probablement dans l’espoir de la faire parvenir discrètement à sa belle-sœur, Madame Élisabeth qui partage la captivité des enfants royaux à la prison du Temple. Celle qui vient alors de vivre seule une captivité de deux mois et demi, sans pouvoir voir ses enfants, tente de lui transmettre ses dernières pensées, mais aussi, et surtout, de lui confier Marie Thérèse Charlotte et Louis Charles.

Contrairement à son image de femme superficielle, gâtée et autoritaire, la reine s’y exprime de façon très humble et avec une sensibilité bouleversante. Elle est essentiellement préoccupée par l’état d’esprit dans lequel ses enfants assumeront la mort de leurs parents, alors que le dauphin mourra en captivité. Sans un mot de plainte ni de regret, Marie-Antoinette ne songe plus qu’à laisser un héritage spirituel à ses enfants et se confie entièrement à Dieu. Hélas, Madame Élisabeth, guillotinée à son tour le 10 mai 1794, ne recevra jamais cette lettre.

Il n’y a pas d’autre explication que sa profonde dimension chrétienne pour comprendre la sérénité qui se dégage de ces pages. Son attitude face à la mort tient à des raisons terrestres et célestes, liées autant à son statut d’archiduchesse et de reine, qu’à sa foi.

« Ce qui m’émeut profondément à la lecture de ce testament, c’est la délicatesse des sentiments de Marie-Antoinette pour ses enfants. Elle les aime profondément. Malgré la déchirure de la séparation qu’elle sait définitive, elle leur écrit pour leur dire l’importance du pardon. Il n’y a pas selon moi d’autre explication que sa profonde dimension chrétienne pour comprendre la sérénité qui se dégage de ces pages », souligne Emmanuel de Waresquiel. Pour lui, son attitude face à la mort tient à des raisons terrestres et célestes, liées autant à son statut d’archiduchesse et de reine, qu’à sa foi. Cette attitude qu’elle aura au pied de l’échafaud, elle s’explique par son abandon à Dieu, et en même temps par sa volonté, son orgueil de souveraine de ne pas perdre la face vis-à-vis de ses ennemis. « En lisant son testament, je suis impressionné par la maîtrise de soi qui se dégage d’elle, et par son courage qui est exemplaire, ainsi que cette persuasion qu’elle a d’être dans les mains du Seigneur », confie encore l’historien.

Découvrez les extraits les plus poignants du testament spirituel de Marie-Antoinette dont le manuscrit se trouve dans l’armoire de fer des des Archives nationales françaises  :

« Ce 16 octobre, 4 heures 1/2 du matin.
C’est à vous, ma Sœur, que j’écris pour la dernière fois ; je viens d’être condamnée non pas à une mort honteuse, elle ne l’est que pour les criminels, mais à aller rejoindre votre frère. Comme lui innocente, j’espère montrer la même fermeté que lui dans ces derniers moments. Je suis calme comme on l’est quand la conscience ne reproche rien ; j’ai un profond regret d’abandonner mes pauvres enfants ; vous savez que je n’existais que pour eux, et vous, ma bonne et tendre sœur, vous qui avez par votre amitié tout sacrifié pour être avec nous, dans quelle position je vous laisse ! J’ai appris par le plaidoyer même du procès que ma fille était séparée de vous. Hélas ! la pauvre enfant, je n’ose pas lui écrire, elle ne recevrait pas ma lettre, je ne sais même pas si celle-ci vous parviendra, recevez pour eux deux ici ma bénédiction. J’espère qu’un jour, lorsqu’ils seront plus grands, ils pourront se réunir avec vous, et jouir en entier de vos tendres soins. Qu’ils pensent tous deux à ce que je n’ai cessé de leur inspirer : que les principes et l’exécution exacte de leurs devoirs sont la première base de la vie ; que leur amitié et leur confiance mutuelle en feront le bonheur ; (…) qu’ils sentent enfin tous deux que, dans quelque position où ils pourront se trouver, ils ne seront vraiment heureux que par leur union, qu’ils prennent exemple de nous : combien dans nos malheurs, notre amitié nous a donné de consolations, et dans le bonheur on jouit doublement quand on peut le partager avec un ami ; et où en trouver de plus tendre, de plus cher que dans sa propre famille ? Que mon fils n’oublie jamais les derniers mots de son père que je lui répète expressément : qu’il ne cherche jamais à venger notre mort. (…) Il me reste à vous confier encore mes dernières pensées. J’aurais voulu les écrire dès le commencement du procès ; mais outre qu’on ne me laissait pas écrire, la marche en a été si rapide que je n’en aurais réellement pas eu le temps. Je meurs dans la religion catholique, apostolique et romaine, dans celle où j’ai été élevée, et que j’ai toujours professée, n’ayant aucune consolation spirituelle à attendre, ne sachant pas s’il existe encore ici des prêtres de cette religion, et même le lieu où je suis les exposerait trop s’ils y entraient une fois. Je demande sincèrement pardon à Dieu de toutes les fautes que j’ai pu commettre depuis que j’existe. J’espère que, dans sa bonté, il voudra bien recevoir mes derniers vœux, ainsi que ceux que je fais depuis longtemps pour qu’il veuille bien recevoir mon âme dans sa miséricorde et sa bonté. (…) Je pardonne à tous mes ennemis le mal qu’ils m’ont fait. Je dis ici adieu à mes tantes et (ce dernier mot est rayé) et à tous mes frères et sœurs. J’avais des amis, l’idée d’en être séparée pour jamais et leurs peines sont un de mes plus grands regrets que j’emporte en mourant, qu’ils sachent au moins que, jusqu’à mon dernier moment, j’ai pensé à eux. Adieu, ma bonne et tendre sœur ; puisse cette lettre vous arriver ! Pensez toujours à moi, je vous embrasse de tout mon cœur, ainsi que ces pauvres et chers enfants : mon Dieu ! qu’il est déchirant de les quitter pour toujours ! Adieu, adieu ! Je ne vais plus m’occuper que de mes devoirs spirituels.(…) »

Il est environ 6 heures du matin lorsque Marie-Antoinette cesse d’écrire, puis pendant une heure, elle reste encore seule. On ne sait rien de ce qu’elle fait. Prie-t‑elle avant de mettre une robe blanche et marcher quelques heures plus tard vers sa mort ?


MADAME ELISABETH

Lire aussi :
Madame Élisabeth, solidaire jusqu’à la mort

Tags:
Marie-Antoinettetestament
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Mathilde de Robien
« S’il te plaît Marie » : une grande suppliqu...
Sanctuaire Notre-Dame de Montligeon
Agnès Pinard Legry
Cas de Covid-19 au sanctuaire de Montligeon :...
Baptême à domicile chez Antoinette Faure
Timothée Dhellemmes
Confinée, Antoinette, 90 ans, a reçu le baptê...
Solenn Varennes
Créations originales et grands classiques, no...
christ en majesté
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
Le Christ-Roi, ou comment servir un roi qui s...
La rédaction d'Aleteia
Célébrer le dimanche 22 novembre à la maison
La rédaction d'Aleteia
L'ultime enregistrement de Michael Lonsdale s...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement