Aleteia logoAleteia logoAleteia
Jeudi 07 juillet |
Saint Ralph Milner
Aleteia logo
Belles Histoires
separateurCreated with Sketch.

Saint Antoine et le miracle de la soupe empoisonnée 

Article réservé aux membres Aleteia Premium
Saint Anthony of Padua 01 – ar

© Antoine Mekary

Anne Bernet - publié le 12/06/22

L’ennui avec les saints qui ont le don de la parole, c’est qu’ils dérangent. Tous les moyens sont bons pour les faire taire, y compris le poison. Mais il en faut plus pour effrayer le frère Antoine de Padoue… 

L’une des faiblesses des catholiques actuels, surtout s’ils se savent doctes, est d’avoir perdu l’esprit de foi, qui est aussi souvent l’esprit d’enfance et de se croire plus intelligents, plus éclairés que ceux d’autrefois. Ainsi avons-nous fixé des bornes à ce qui nous semble crédible, et par conséquent à la puissance divine. Certains saints, dont l’existence a été littéralement tissée de miracles, font les frais de notre attitude suspicieuse. Saint Antoine de Padoue, fêté ce 13 juin, en est un bon exemple. Un religieux très érudit s’étant fait récemment son biographe nous a démontré sans la moindre hésitation qu’en fait, nous ne savons rien ou presque d’une des figures de sainteté les plus populaires du catholicisme, pas même sans doute son nom, ceux de ses parents ou sa date de naissance… De quoi désoler tous ceux qui vénèrent le franciscain de Padoue. Faut-il cependant gober toutes les affirmations des sages selon le monde ? Est-on pour autant un imbécile si l’on admet que tout prodige est possible à Dieu, et donc à ceux qu’Il aime ? À chacun d’en juger à la lumière de la foi.

Appelé dès l’enfance

Admettons donc, dans notre naïveté, qu’Antoine, ou plutôt Ferdinand, son prénom de baptême, de Bulhan, une déformation portugaise de Bouillon, est bien né à Lisbonne le 15 août 1195, d’une noble famille, probablement d’origine française par son père, et qu’il a reçu l’éducation soignée de son milieu, le destinant à devenir chevalier. Dans un très joli film destiné à la RAI et distribué en France par Saje, Umberto Marino, prenant quelques libertés, imagine que Ferdinand se serait donné à Dieu en échange de la survie de son meilleur ami qu’il aurait volontairement blessé lors d’un tournoi pour une querelle amoureuse (S. Antoine de Padoue, 11/2021). En fait, la vocation du garçon remonte à son enfance et s’est développée sous la direction d’une mère profondément mariale. Nul dans sa famille ne s’est donc vraiment étonné lorsque cet étudiant surdoué a préféré l’Église à la carrière des armes. Cela ne signifie pas que les siens aient été ravis de ce choix, à en juger par leurs tentatives pour le faire quitter le couvent lisboète des chanoines de saint Augustin, l’obligeant à se réfugier à Coïmbra. Cependant, ce n’est pas là que Dieu l’appelle et, vers 1220, le jeune chanoine quitte son Ordre afin d’entrer, attiré par leur pauvreté, chez les frères mineurs de Francesco Bernadone tout juste installés au Portugal. En prononçant ses vœux chez eux, il prend le nom d’Antoine.

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Accès exclusif à notre prestigieuse revue de presse internationale

5.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

6.

550 monastères accueilleront vos intentions et les porteront dans leur prière quotidienne

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
franciscainssaint Antoine de Padoue
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement