Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 23 novembre |
Saint Clément Ier
home iconBelles Histoires
line break icon

Vendée Globe : "J’emmène la Vierge de Rocamadour avec moi"

Sébastien Destremau sur son bateau du Vendée Globe

Jean-Louis Carli/Alea

Le skipper français Sebastien Destremau s’entraine à bord de Merci pour le Vendée Globe au large des Sables d’Olonne, le 31 Octobre 2020.

Timothée Dhellemmes - Publié le 07/11/20

Depuis la précédente édition du Vendée Globe, un lien indéfectible relie Sébastien Destremau à la Vierge Noire de Rocamadour. Elle le guide et le protège sur le chemin sinueux de la foi. Dimanche, elle prendra place à ses côtés, à bord de son monocoque "Merci". Direction : le tour du monde.  

« Je vous préviens tout de suite, je ne suis pas une grenouille de bénitier », s’excuse presque Sébastien Destremau, au début de notre entretien. Il s’apprête à prendre le départ du Vendée Globe 2020, le deuxième de sa carrière. Un défi immense, à la hauteur de la quête d’absolu qui l’anime depuis son plus jeune âge. Éduqué dans une famille pratiquante à Ollioules, une ville de 13.000 habitants à dix kilomètres à l’ouest de Toulon, il se souvient avoir reçu une « éducation classique à la française ». Ses parents, du genre piliers de paroisse, l’amenaient à la messe tous les dimanches. « Papa était musicien et jouait toujours un petit morceau, on animait la messe comme ça », raconte-t-il.

En 2016, il fait bénir son bateau la veille du départ

À 56 ans, père de cinq enfants et divorcé à deux reprises, Sébastien Destremau n’a, semble-t-il, rien perdu de la foi transmise par ses parents. En 2016, à la veille de s’élancer dans son premier Vendée Globe, il demande au curé des Sables d’Olonne de bénir son bateau. Même s’il n’est pas pratiquant, Sébastien Destremau ressent le besoin d’aller à la messe, au cours de la semaine précédant le départ. « On part quand même dans une aventure qui présente quelques risques. J’avais senti qu’il fallait que j’y aille… », lâche-t-il.

La sainte vierge était là et elle m’a accompagné.

Curé de la paroisse Sainte-Marie-des-Olonnes à l’époque, le père Vincent Lautram lui fait alors cadeau d’une bible, que le navigateur ne manque pas d’embarquer à bord avec un chapelet et une image de la Vierge Marie. « Pour être honnête, je n’avais ouvert la Bible qu’une seule fois, quand j’étais dans le Pacifique. » Sébastien Destremau raconte : « Sur l’image de la Vierge que j’avais emportée, il y avait un petit mot :  Si vous saviez combien je vous aime, vous en pleureriez de joie. Cette phrase me gonflait ». Pendant 124 jours, l’image de la Sainte Vierge avec cette petite phrase, si agaçante soit-elle, était affichée sur la table à carte. C’est peut-être l’endroit du bateau où les skippers passent le plus de temps. Le lieu où ils prennent les décisions les plus importantes sur l’itinéraire à emprunter. Qu’importe, « la Sainte Vierge était là et elle m’a accompagnée ».

Sébastien Destremau sur son bateau du Vendée Globe
Jean-Louis Carli/Alea
A bord de son bateau qu'il a appelé "Merci", Sébastien Destremau s'entraîne pour le grand départ, dimanche 8 novembre.

Notre-Dame de Rocamadour aux Sables d’Olonne

Quatre ans plus tard, à l’aube d’un deuxième tour du monde en solitaire, Sébastien Destremau ne pourra ni se rendre à la messe la veille du départ ni faire bénir son bateau, comme il l’aurait souhaité. Contrainte sanitaire oblige. Mais ce jeudi 29 octobre, il était bien là pour accueillir la statue de la Vierge Noire de Rocamadour, arrivée en bateau aux Sables d’Olonne, dix jours avant le grand départ. Depuis le XIIe siècle, on lui attribue pas moins de 126 miracles, dont plusieurs en lien avec la mer et les sauvetages. C’est la sainte patronne des navigateurs.

J’ai une relation particulière avec la Vierge Noire de Rocamadour.

« J’ai une relation particulière avec la Vierge Noire de Rocamadour, depuis que la clé des océans lui a été remise », souffle Sébastien Destremau. Cette histoire a commencé il y a quatre ans, lorsque, depuis le beau milieu du Pacifique et bon dernier du classement, le Toulonnais avait ironiquement lâché au directeur de course : « J’éteindrai la lumière en sortant, je vérifierai qu’il n’y a plus personne, puis je fermerai la porte de l’océan à clé. » Aussitôt dit, aussitôt fait : le skipper prend alors tout ce qu’il a sous la main et confectionne la fameuse « clé » avec un cintre et des bouts de bois. À son arrivée aux Sables d’Olonne, le skipper confie l’objet au père Vincent Lautram et la dépose aux pieds de la Vierge de Rocamadour.

Sébastien Destremau avec la clé des océans
Olivier Blanchet / DPPI / Vendée Globe
Arrivé aux Sables d'Olonne le 11 mars 2017, Sébastien boucle son premier Vendée Globe, et ramène avec lui sa "Clé" des océans.

En 2018, il présente la « clé » au pape François

Un an plus tard, Sébastien reçoit une invitation du Saint-Siège pour présenter son fameux objet au pape François ! Une rencontre qui le marque à vie. « J’ai la chance immense d’avoir été béni par le Pape. Il a également béni la clé, puis on a organisé un pèlerinage vers Rocamadour pour la ramener là-bas ». Aujourd’hui, elle est exposée dans la chapelle de la Vierge Noire, au sanctuaire de Rocamadour. Un lieu que Sébastien Destremau visite de temps en temps, ne serait-ce que pour vérifier qu’elle est encore là. À partir de dimanche prochain, il aura l’occasion d’écrire un nouveau chapitre de son improbable histoire avec la Vierge Noire. « Je n’emmènerai pas de Bible, de chapelet ou de médaille sur le bateau. Je prendrai avec moi une miniature de la statue de Notre Dame de Rocamadour ».

Clé des océans exposée à Rocamadour
Sanctuaire de Rocamadour
La "Clé" des océans fabriquée par Sébastien Destremau et bénie par le pape François est exposée dans la chapelle de la Vierge Noire, au sanctuaire de Rocamadour (Lot).




Lire aussi :
La Vierge et les gens de mer, un attachement multiséculaire




Lire aussi :
La sportelle, l’insigne multiséculaire de la Vierge de Rocamadour

Tags:
FoirocamadourVendéeVendée GlobeVierge Marie
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Sanctuaire Notre-Dame de Montligeon
Agnès Pinard Legry
Cas de Covid-19 au sanctuaire de Montligeon :...
Mathilde de Robien
« S’il te plaît Marie » : une grande suppliqu...
Baptême à domicile chez Antoinette Faure
Timothée Dhellemmes
Confinée, Antoinette, 90 ans, a reçu le baptê...
Messe publique en France - Lyon
Agnès Pinard Legry
Reprise des messes : ce que l'on sait du futu...
Henri Quantin
Face à l’épidémie, êtes-vous thespien ou bocc...
Solenn Varennes
Créations originales et grands classiques, no...
christ en majesté
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
Le Christ-Roi, ou comment servir un roi qui s...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement